.
.

Le triomphe de la vérité

.

2èmes grande rencontre sur la crise de l’UAC: Enseignants et étudiants ne démordent pas


Vues : 2

Sinsin et AbiolaLa rencontre entre le vice-premier ministre en charge de l’enseignement supérieur, les enseignants, les recteurs, l’intersyndicale du supérieur avec les responsables étudiants dans la matinée puis dans la soirée d’hier mardi 28 juillet 2015 n’aura rien donné. Aucune résolution n’a été prise pour régler la crise qui agite depuis quelques mois l’université d’Abomey-Calavi (UAC). C’est ce qu’on peut retenir du point fait dans la nuit d’hier par le ministre François Abiola. « Les positions n’ont pas évolué », a-t-il déploré. Des conclusions, il ressort donc que quand bien même les enseignants restent disponibles pour sauver l’année, ils insistent pour jouir de leurs congés annuels d’un mois qui démarrent le 31 juillet prochain. Du côté des étudiants, ils maintiennent leur position de poursuivre le mouvement tant que leur revendication principale concernant la session de rattrapage à tous les étudiants ne sera pas prise en compte. Et puisque cette question académique a été supplantée par une nouvelle préoccupation relative au problème de sécurité au niveau de l’Université, le vice-premier ministre en charge l’enseignement supérieur pense qu’il faudra mettre le mois d’août à profit pour le règlement de ce problème et les autres, notamment, le problème de LMD. Pour finir, l’autorité se dit optimiste pour une suite favorable et pense que la solution sera trouvée durant les congés d’août.

 Lire la déclaration du Vice premier Ministre en charge de l’enseignement supérieur, Professeur François Abiola

« La mésentente entre les enseignants et les étudiants est partie d’une question de rattrapage de seconde session. Il faut dire que les positions n’ont pas évolué jusque là. Ce problème est purement académique et ne peut  trouver sa solution qu’à l’intérieur de l’Université. Je vais d’abord remercier tous ceux qui ont fait avec nous la médiation pour amener les uns et les autres en de meilleurs sentiments. Au niveau des enseignants, nous avons pensé qu’ils ont accédé à cette question de «deuxième session » par ce qu’ils ont qualifié de deux rattrapages. C’est-à-dire le rattrapage au niveau des délibérations et de rattrape pour ceux qui n’avaient pas participé aux cours lors des semestres impairs.  Mais cette question académique a été supplantée par une nouvelle préoccupation. Il s’agit du problème de sécurité au niveau de l’Université. Vous avez vu et relayé par moment les actes de vandalismes, d’agression, de violence entre les étudiants et parfois même, nous a-t-on dit entre enseignants et étudiants. Certains ont qualifié les étudiants de véritables terroristes au niveau de l’université. Et un des anciens recteurs disait lors d’une émission que nous avons des risques dans cette espace là, si rien n’est fait. Tout cela pour dire que la préoccupation sécurité a pris le pas finalement sur les problèmes académiques qui étaient les problèmes de départ. Nous sommes devant une situation où les enseignants qui doivent aller en congés à partie du 31 juillet 2015, ont réaffirmé qu’ils doivent jouir de leur repos. C’est là nous avons attiré l’attention des étudiants depuis que nous nous voyons. La question qui se pose est de savoir s’il faut invalider l’année ou qu’il faut tout faire pour la sauver. Nous en avons parlé avec les enseignants qu’ils ont dit leur disponibilité à sauver l’année.  Ça c’est le problème académique. Maintenant puisque le  problème sécuritaire a pris le pas, nous avons accepté leur départ en congés de un (01) mois comme prévu. Pendant ce mois, nous allons prendre les initiatives pour travailler ensemble afin de panser les problèmes sécuritaires au niveau de l’université.  Nous en ferons une préoccupation avec les professionnels de cette question de sécuritaire. C’est l’essentiel pour que nous ne laissions un terreau favorable à ce que vous savez. C’est là j’ai partagé cette priorité avec les étudiants. Toujours au cours de ce mois, on aura aussi à visiter les cabines des étudiants puisqu’il y a beaucoup de choses qui se passent. Nous avons dès lors demandé au rectorat d’organiser un atelier sur le LMD afin de permettre aux étudiants de saisir la conduite à tenir. Surtout nous avons dire qu’il faut aller vers la construction de ce LMD. Bien sûr les étudiants ont dit ‘’quid’’ de leur seconde session. Là, je leur ai répété ce que je leur disais depuis longtemps, que le mois de novembre proposé par les enseignants en loin et que beaucoup de choses peuvent se passer. En résumé, l’Université d’Abomey-Calavi est en congé à partir du 31 juillet et nous allons mettre ce temps à profit pour voir les préoccupations à régler pour que la paix et la tranquillité reviennent dans cette université. C’est une situation entre enseignants et étudiants, entre des pères et enfants…. A propos de la question des responsables étudiants de savoir l’information à donner à leur base, nous leur avons demandé de leur dire qu’on a été tous rattrapés par les congés normaux de l’université. Je reste optimiste que pendant le mois, on pourra s’entendre  sur quelque chose  parce que quand chacun ira en congés, les esprits vont s’apaiser et on va reprendre on va reprendre le dossier avec moins de passion et d’émotion. »

Emmanuel GBETO

Reviews

  • Total Score 0%



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You cannot copy content of this page