.
.

Le triomphe de la vérité

.

Crise au département de la Flash/UAC: Le Prof. Dossou Guèdègbé explique lesystème LMD et la position des enseignants


Vues : 6

Invité hier dimanche 12 juillet 2015 sur l’émission ‘’Ma part de vérité’’ de Golfe TV, la vice-doyenne de la Faculté des lettres, arts et sciences humaines (Flash), Odile DossouGuèdègbé a expliqué de long en large la situation qui prévaut à l’université d’Abomey Calavi. Elle est revenue sur les contours de la mise en œuvre du système LMD et des risques d’invalidation de l’année académique.

La crise qui secoue depuis plusieurs semaines l’Université d’Abomey-Calavi ne sera pas sans conséquence sur l’année académique en cours. Particulièrement, pour la faculté des lettres, arts et sciences humaines qui compte plus de 40 mille étudiants, elle pourra conduire à une année blanche. C’est ce qu’on peut retenir du tableau peint par le professeur Odile DossouGuèdègbé. A en croire ses propos, des situations antérieures sont à la base de cette crise qui secoue l’Université d’Abomey-Calavi. Il s’agit, selon elle, de la gratuité de l’enseignement supérieur qui a drastiquement fait monter le nombre d’étudiants dans les universités publiques et surtout à la Flash. A cette gratuité, s’ajoute la mise en œuvre du système Licence Master Doctorat (LMD) qui, selon les propos de l’invitée, est un système salutaire qui facilite non seulement la tâche à l’enseignant, mais permet également à l’étudiant de s’approprier son cursus et de l’affronter de façon pédagogique. Certes, la mise en œuvre du système LMD nécessite un certain nombre de réformes dont l’exclusion de la session de rattrapage à laquelle sont hostiles les étudiants. Le professeur Odile DossouGuèdègbé a expliqué les mesures d’accompagnement prévues par les enseignants  afin de faciliter la tâche aux étudiants et les dispositions mises en place pour la poursuite de l’année scolaire. Selon ses propos, les nombreux étudiants inscrits à la Flash qui ne viennent pas au cours et n’ont pas fait les compositions de la première et unique session verront l’année invalidée. Pour l’heure, il convient de retenir que les enseignants sont prêts à reprendre les cours en septembre à condition que leur sécurité soit bien assurée. Ainsi, les compositions pourront avoir lieu, toujours selon les explications de la vice-doyenne de la Flash, en octobre. Document à l’appui, elle a expliqué la mise en œuvre du système LMD par les facultés depuis trois ans et ses contours, comparativement au système de multiples sessions pour lequel la durée de l’année académique n’est jamais déterminée.

Yannick SOMALON

Reviews

  • Total Score 0%


Plus sur ce sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You cannot copy content of this page