.
.

Le triomphe de la vérité

.

Match Guinée Equatoriale-Bénin: Les Ecureuils à l’assaut de l’un des demi-finalistes de la Can 2015


Vues : 26

Ecureuils au stade de KouhounouEcureuils au stade de KouhounouEcureuils au stade de KouhounouLes Ecureuils du Bénin affronteront dimanche prochain, au stade de Bata, le Nzalang National de la Guinée Equatoriale, demi-finaliste de la dernière Can. Dans cette rencontre, comptant pour la première journée des éliminatoires de la CAN Gabon 2017, les chances des deux équipes en opposition semblent à priori ne pas êtres égales. Et pour cause, le retard accusé par le Bénin dans la préparation de son Onze national. En effet, d’après les programmes de préparation de chaque formation, les Ecureuils n’ont eu droit à aucun match test. Ceci est dû au fait que le délai consacré à la préparation de cette équipe est trop court. Ce qui fait qu’aujourd’hui cette rencontre, capitale pour le début de toute équipe dans les phases éliminatoires d’une compétition comme la CAN, s’annonce comme celle qui va servir de test à Omar Tchomogo et à sa troupe. Si on ne doit pas douter de la capacité de l’entraineur, ni des joueurs, à tenir un match, on est en droit de douter de la cohésion que peut avoir cette formation en face d’un adversaire comme la Guinée Equatoriale qui a eu une préparation des plus équilibrées. Pendant que le Bénin était au repos, cette sélection était au front surtout lors des récentes journées FIFA. Elle a même eu droit à deux autres matches tests entrant dans le cadre de sa préparation qui a duré plus de deux semaines contrairement aux Ecureuils. Le Bénin qui va se produire pour la première fois depuis le match joué contre le Maroc (1-6), il y a de cela un an, aura en face une équipe homogène qui, a lors de sa CAN, démontré de très belles choses. On s’interroge sur comment le Bénin peut alors s’en sortir ? Difficile de répondre. Mais, des matches ont enseigné que le football est un jeu qui se fait à 11 contre 11 et pendant 90 minutes au cours desquelles, ce sont les 11 qui arrivent à mieux se sentir sur le terrain qui l’emportent. Il existe donc une solution pour le Bénin dans ce face à face qui s’annonce périlleux. Cette solution revient aux joueurs et à leurs entraineurs mais aussi aux adversaires. Si cette solution est trouvée, les Ecureuils seront des héros. Sessègnon, Poté, Koukou, Bello… aujourd’hui les cadres du groupe sont obligés de donner le meilleur d’eux-mêmes afin de tirer les jeunes vers le haut.

 

Les Ecureuils rallient Bata ce jour

Les Ecureuils du Bénin vont rallier, ce jour, Bata où, ils rencontrent le Nzalang National dimanche prochain pour le compte de la première journée des éliminatoires de la CAN 2017. Partis de Cotonou dans la nuit d’hier, jeudi 11 juin 2015, ils vont d’abord atterrir à Malabo. Ensuite,  ils prendront le vol pour Bata. Avant leur départ, Omar Tchomogo et ses poulains qui ont tenu une dernière séance d’entrainement après celles réalisées depuis le lundi, ont eu droit à un déjeuner d’au-revoir organisé à leur intention par le ministre des sports, Safiou Idrissou Affo. Parlant de la séance d’entrainement, les 22 joueurs de champ ont travaillé afin d’aiguiser leur sens de but. A la fin de cette séance, l’entraineur a réaffirmé sa satisfaction. Serein, il a laissé entendre que l’état de forme de ses joueurs est favorable à un résultat positif. Ce qu’a aussi confirmé Mickael Poté, attaquant d’Omonia Nicosie et des Ecureuils. «Je peux vous assurer que l’ambiance va super bien et que quelque chose de positif se profile à l’horizon», a-t-il avancé. Quant à Stéphane Sessègnon, le capitaine des Ecureuils et sociétaire de West Bromwich, la première phase de cette préparation a remis tout le monde en condition. «Qualifier le Bénin pour une prochaine CAN est la meilleure chose que nous aurons donné à nos supporters. Et cela passera par cette première rencontre », a-t-il déclaré. Il est alors clair que les Ecureuils ne veulent pas perdre ce match même si l’adversaire s’annonce un cran au-dessus d’après les préparations des deux formations.

Un déjeuner pour galvaniser la troupe

D’ailleurs, ils l’ont confirmé devant l’autorité qui leur a  offert un déjeuner dans un restaurant  de Cotonou avant leur départ. Au cours de ce déjeuner, le ministre des sports a rappelé aux ambassadeurs, la mission à eux confiée. «Revenez-nous avec la victoire. Le peuple et tout le Gouvernement vous soutiennent », a-t-il déclaré. Stéphane Sessègnon, pour sa part, l’a remercié pour toute l’attention qu’il porte pour eux. «Vous nous soutenez depuis que nous sommes en regroupement. C’est une source de motivation pour nous. Alors, au nom de mes coéquipiers, je vous promets que nous n’allons pas vous décevoir », a-t-il rassuré. El Farouk Soumanou, désigné pour conduire la délégation, n’a pas manqué, lui aussi, de rassurer l’autorité quant à la discipline du groupe. Il faut rappeler que 70 personnes composent cette délégation dont 24 joueurs.

Les grands absents des Ecureuils

Rudi Gestede, Frédéric Gounongbé, Imorou Emmanuel, Jordan Adéoti, Fabien Farnolle et Reda Johnson ont été appelés par le sélectionneur des Ecureuils du Bénin mais n’ont pu effectuer le déplacement de Cotonou pour rallier Bata via Malabo. Ces six internationaux, parmi les cadres de la sélection béninois et titulaires indiscutables seront les grands absents du rendez-vous de dimanche et vont manquer forcément à Stéphane Sessègnon et ses coéquipiers. Si Imorou et Adéoti séjournent depuis quelques jours aux Etats Unis parce qu’en vacances, Farnolle a pris le vol pour Dubaï pour se reposer. Gounongbé et Gestede sont annoncés blessés par les informations qui sont distillées dans l’opinion. Bien qu’appelé pour aider Adénon dans l’axe central de la sélection, ce qui a souvent marché depuis la retraite internationale de Krysostome  Damien, Reda Jonhson, le joueur de Coventry City n’a pas donné les raisons de son absence. Vivement que ces joueurs répondent à l’appel du sélectionneur national en septembre prochain lors de la réception du Mali à Cotonou.

Les impressions de quelques joueurs

Chams Deen Chaona, Sunshine Star/Nigéria

« je souhaite que le peuple nous supporte massivement ».

Tout s’est bien passé depuis le lundi. A ce jour, nous sommes tous au top et nous sommes prêts pour aborder la rencontre. Les coaches ont fait un travail remarquable avec nous. Cela va nous permettre de ne pas fléchir. Dans ce sens, je pense bien qu’on peut revenir avec un résultat positif. Alors je souhaite que le peuple nous supporte massivement.

Nabyl Yarou, Aspac

« Je donnerai le meilleur de moi-même quand l’entraineur m’aurait donné la chance »

 

Pour ce qui me concerne je vais donner le meilleur de moi quand l’entraineur m’aurait donné la chance de fouler la pelouse. Nous avons eu des séances d’entrainement de qualité. Et on espère vaincre là-bas.

Stéphane Sessègnon, West Bromwich/Angleterre

« Il y a de la qualité dans ce groupe de jeunes joueurs»

 

Depuis le début de la semaine, tout s’est bien passé. Nous avons bien travaillé surtout physiquement. Et là, nous sommes prêts pour le départ en espérant aller faire un résultat à Bata. A mon niveau il n’y a pas de question à se poser, il n’y a aucun problème. Je vais essayer de donner le maximum. Nous avons un groupe de jeunes qui ont de l’envie. Il n’y a pas que Stéphane Sessègnon. Nous allons essayer d’être le plus collectif possible, parce que ce n’est qu’en s’appuyant sur le collectif qu’on pourra aboutir au résultat que nous souhaitons. Il y a quand même de la qualité dans ce groupe de jeunes joueurs donc nous allons les épauler pour ramener un bon résultat. La volonté est là. C’est important pour l’évolution d’un groupe. Nous ne connaissons pas trop cette équipe équato guinéenne. On les a vus à la CAN. Maintenant je pense qu’on doit se concentrer sur nous avant de penser à l’adversaire. Avec une bonne dose de concentration, tout est possible. On va alors garder cette concentration pour aller surprendre l’adversaire.

 

Réalisation Anselme HOUENOUKPO

Reviews

  • Total Score 0%



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

You cannot copy content of this page