.
.

Le triomphe de la vérité

.

Lancement des activités académiques du 21ème centre universitaire: Abiola inscrit Gogounou sur la liste des villes universitaires du Bénin


Vues : 4

La commune de Gogounou est entrée depuis le lundi 23 mars 2015 dans le cercle  des villes universitaires du Bénin.  A travers  le lancement officiel des activités académiques de l’Ecole nationale supérieure agro-pastorale (ENSAP), une première au Bénin dont la spécificité est de former dans différentes filières agro-pastorales du niveau  Licence professionnelle,  c’est la carte universitaire du Bénin qui est enrichie. En effet, le gouvernement, conscient de ce que le développement d’une nation passe par la formation professionnelle de ses cadres, a décidé d’offrir à la jeunesse béninoise une plate–forme de formations arrimées sur le marché du travail à travers le système LMD. C’est ainsi qu’il a été décidé de l’ouverture de 22 centres universitaires sur toute l’étendue du territoire national afin de désengorger les universités nationales dont les effectifs pléthoriques réduisent considérablement la qualité des enseignements. Sur les 22 centres  prévus à la fin de l’année 2015, 21 sont fonctionnels à la date du 23 mars 2015, soit un taux de plus 95%. Et ceci est à l’actif du ministre d’Etat, le professeur François Adébayo Abiola qui a joint l’acte à la parole et respecté les engagements du conseil des ministres du 18 juillet 2012. Créée par arrêté n°341 du MESRS du 24 juillet 2014 et placée sous la tutelle de l’Université de Parakou, l’Ecole nationale supérieure agro-pastorale (ENSAP) est un établissement public de formation universitaire. Le choix de la commune de Gogounou pour l’abriter se justifie du fait de sa position géographique dans la région agro-pastorale par excellence du Bénin et par la proximité des deux plus grands marchés à bétail du Bénin. Dans son allocution, le directeur de cabinet représentant le ministre d’Etat, a laissé entendre que la vision du Ministère de l’Enseignement supérieur est de faire de cette institution, une école régionale de formation en agro- pastoralisme en intégrant l’agriculture à l’élevage pour son intensification. Aux dires de ce dernier, cette école est chargée d’assurer au profit de la société, la formation, la recherche et l’appui au développement dans les domaines de l’alimentation et de la nutrition animale, des biotechnologies nouvelles qui y sont liées. Pour le professeur Salifou Sahidou, en fin de formation, le titulaire de licence professionnelle disposera d’expertise  dans le domaine de l’aménagement et de la gestion des parcours naturels, en particulier, l’amélioration de la production laitière et de la viande. « L’impact à long terme de cette école sera d’intensifier l’élevage afin de sédentariser progressivement les pasteurs pour réduire non seulement la destruction des ressources naturelles mais aussi les conflits entre éleveurs transhumants paysans », a renchéri le directeur de cabinet du ministre d’Etat. Mais avant le directeur du cabinet, le maire de cette commune, le Dr Sanni Gounou, dans son mot de gratitude et de remerciement, a laissé entendre que la création de cette école relève de la volonté manifeste du chef de l’Etat ; une volonté concrétisée par le ministre d’Etat, le professeur Abiola.
Selon le directeur de l’ENSAP Gogounou, le Dr Daouda Is-haquou Hugues, deux options seront créées dans cette école. L’option ‘’conduite d’élevage agro-pastoral’’ et l’option ‘’production et technologie laitières’’ et la formation va s’étendre sur 3 ans. Très content de l’aboutissement de ce processus dont il est l’un des principaux acteurs, le  Maître de conférences, Bio Bigou Bani Léon a remercié le ministre d’Etat et surtout le président Boni Yayi pour avoir accepté d’inscrire Gogounou sur la liste des communes qui abritent un centre universitaire national. Aussi, a-t-il rappelé les temps forts du processus ayant conduit à cette ouverture avant de solliciter la contribution de toute la population à soutenir cette initiative et à accompagner le processus. Le recteur de l’Université de Parakou, le professeur Prosper Gandaho s’est, pour sa part, engagé,  au nom de ses collègues, pour faire tout ce qui est de son pouvoir pour accompagner la commune de Gogounou dans la mise en œuvre difficile certes, mais louable de la vision de diversification des centres et filières de formation au profit de la jeunesse initiée par l’Etat béninois.

Wandji A.

Reviews

  • Total Score 0%


Plus sur ce sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You cannot copy content of this page