.
.

Le triomphe de la vérité

.

Visite du Dg Fnpeej sur les sites des bénéficiaires de l’Ouémé: Christophe Vignigbè évalue les unités de production


Vues : 6

Christophe Vignigbé, le directeur général du Fonds national de promotion de l’entreprise et de l’emploi des jeunes (FNPEEJ) a effectué le jeudi 19 février, une descente dans plusieurs communes du département de l’Ouémé. L’objectif de cette visite est de constater l’évolution des activités des bénéficiaires des appuis financiers.
Porto-Novo (Djègan-Kpèvi), Akpro-Missérété, Dangbo et Adjohoun. Ce sont-là les localités visités par Christophe Vignigbé. Avec sa suite, le DG/FNPEEJ s’est rendu dans les unités de production de chaque bénéficiaire. Occasion pour lui de constater leur installation effective, l’évolution de leurs activités et de relever les difficultés que rencontrent ces derniers afin d’y apporter des solutions.
C’est au pas de course que la tournée a démarré. Première escale, le site du nommé Emmanuel D. Houédoté. Spécialisé dans la production et la commercialisation de jus d’ananas (secteur de l’agrobusiness), à Djègan-Kpèvi, il produit en moyenne 50 casiers de 24 bouteilles de jus par semaine grâce au financement du FNPEEJ. Emmanuel D. Houédoté, qui fait aussi dans l’élevage de lapins est reconnaissant au FNPEEJ. «L’appui du FNPEEJ a été un grand soulagement pour moi, car il m’a donné confiance. C’est le lieu pour moi de remercier très sincèrement le chef de l’Etat qui a bien voulu mettre en place cette chaîne de solidarité nationale qui permet de lutter efficacement contre le chômage et le sous emploi», a-t-il laissé entendre. Après Porto-Novo, Christophe Vignigbé s’est rendu dans la commune d’Akpro-Missérété pour visiter l’extension d’une unité d’imprimerie moderne (secteur artisanal) réalisée grâce à l’appui financier du FNPEEJ. Le promoteur André Satowanou n’a pu cacher sa joie. «C’est la preuve que le FNPEEJ porte ses bénéficiaires dans son cœur. Nous n’avons pas été abandonnés. Le suivi et l’évaluation sont de mise et nous remercions ses principaux responsables pour cette dynamique», a-t-il témoigné. Dans la même commune, Robert Viwamèto a également reçu le Fnpeej qui a visité son centre de production et de commercialisation d’œufs de table et de poules reformées (agrobusiness). Dans la commune de Dangbo, les centres de production et de commercialisation des poissons tilapias et clarias de Gervais Dadjo Agossou et de Florent S. Houéto n’ont pas été oubliés par Christophe Vignigbé et sa suite. Grâce aux financements du FNPEEJ, ces promoteurs ont pu développer et moderniser  leurs outils de production et construire des forages. «Le financement du Fnpeej nous a permis de moderniser nos centres de production et de renforcer nos capacités. Nous avons beaucoup investi dans la construction des étangs et la sécurisation de nos produits», ont-ils déclaré à la délégation du FNPEEJ.
A Gouti, commune d’Adjohoun, Christophe Vignigbé s’est rendu dans une unité de production et de commercialisation de poissons clarias et tilapias. Love Fitila Koto a fait faire le tour du propriétaire à ses hôtes.  «Je suis très content de cette visite qui prouve que le FNPEEJ est toujours plus proche de ses bénéficiaires. Il suit de près l’utilisation qui est faite des ressources mises à notre disposition. Je crois qu’il n’est pas déçu, car les fruits ont tenu la promesse des fleurs : nous avons réalisé notre rêve, utiliser l’argent aux fins indiquées dans notre projet», a fait observer Love Fitila Koto.

Le nouveau dispositif d’intervention du FNPEEJ
La tournée d’hier jeudi dans l’Ouémé a été l’occasion pour Christophe Vignigbé de constater de visu l’utilisation faite des fonds mis à la disposition des bénéficiaires, d’enregistrer leurs doléances et de leur prodiguer des conseils. M. Vignigbé, tout au long de sa tournée, a rassuré les jeunes. Il les a édifiés sur le nouveau dispositif d’intervention du FNPEEJ. «Le FNPEEJ n’exclura aucun jeune du Bénin porteur de projet pertinent entrant dans le cadre de la stratégie du faire-faire. Le processus d’enregistrement des plans d’affaires se poursuivra, toujours par le biais de nos portes d’entrée», a-t-il déclaré. Evoquant le nouveau dispositif, il a été clair. «Les nouvelles réformes ne permettent plus au FNPEEJ de financer directement les promoteurs. C’est pourquoi nous invitons les jeunes à se rapprocher des BPC pour présenter leurs projets afin d’avoir notre appui», a-t-il rappelé. Expliquant le nouveau dispositif d’intervention de son institution, il a laissé entendre qu’il s’appuie sur trois principes directeurs. D’abord la mise en œuvre de la stratégie du «faire faire» qui passe par la nécessité de nouer des partenariats avec les prestataires les mieux indiqués pour la réalisation de sa mission ; ensuite le guichet unique qui permet de cadrer les provenances et les portes d’entrée empruntées par les projets et la mise en place de nouvelles modalités d’octroi de crédits. Ce vendredi 20 février, le FNPEEJ poursuit sa tournée dans les unités de production et de commercialisation des cultures maraichères de Félicien Yédégo Tiko (à Avrankou) toujours dans l’Ouémé puis dans le département du Plateau  au centre de transformation des noix de palme et de commercialisation de ses dérivées de Pauline Akiodé, puis au centre de production et de commercialisation de l’huile rouge de Waidi Lawani et au centre de production et de commercialisation de manioc, de tomate et de piment de contre-saison de Saliou Oyitchandé, tous à Adja-Ouèrè. Tous ces promoteurs font partie des jeunes dont les projets ont été financés suite à la relance des activités du FNPEEJ, le 20 novembre 2014 par le chef de l’Etat.

Wandji A.

Reviews

  • Total Score 0%


Plus sur ce sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

You cannot copy content of this page