.
.

Le triomphe de la vérité

.

Déclaration de Vicentia Boco au siège de L’Evénement Précis: « Plus nous aurons de femmes maires, meilleure sera la gouvernance locale »


Vues : 0

Boco Vicentia net89ème invitée de la rubrique ‘’Sous l’arbre à palabre’’ du quotidien l’Evénement Précis, le professeur Vicentia Boco n’a pas caché son amertume quant à la façon dont les femmes sont traitées au Bénin. Présidente de l’Institut national pour la promotion de la femme (INPF) depuis 2009, elle a dressél e bilan de ses activités et de leurs  impacts sur la vie des femmes béninoises. Elle croit fermement que le combat pour la parité est une bonne chose et qu’il faut organiser un lobbying, avoir l’adhésion de tous avant de pouvoir espérer le concrétiser.
« Nous essayons aujourd’hui de ne plus être une institution de recherche théorique mais plutôt une institution de recherche action». C’est en ces termes que le professeur Vicentia Boco a présenté l’Institut national pour la promotion de la femme. Pendant près de  deux heures,  la 89ème invitée de la rubrique ‘’Sous l’arbre à Palabre’’ du quotidien l’Evénement Précis est restée fidèle à son franc-parler. En effet, pour résumer le bilan de quatre ans d’activité, elle a expliqué que l’INPF s’est consacrée essentiellement aux études thématiques sur la femme. L’institut a également organisé  des activités de  sensibilisation et de prise de contact avec les femmes sur toute l’étendue du territoire national. Au total, apprend-on de la présidente, 17 études sont à l’actif de l’INPF et  les rapports ont été envoyés aux décideurs. La radiologue de formation a énuméré quelques thèmes sur lesquels ont porté ces études. A l’entendre, les conditions de la femme béninoise diffèrent d’une région à une autre et selon les us et coutumes de chaque région. Elle a précisé que, selon l’une des études, 47% des revenus d’un  foyer en milieu rural sont apportés par la femme. Tandis qu’en milieu urbain, la femme seule apporte 66% des revenus du foyer. Mais, ces revenus, a-t-elle poursuivi, sont  essentiellement absorbés par les petites dépenses du ménage et ne donc pas trop perceptibles. Parlant de la présence de l’INPF au niveau des femmes, la présidente a expliqué qu’avec les prises de contact faites par son équipe à la base, les femmes béninoises en général connaissent l’Institut et en attendent beaucoup. C’est d’ailleurs pour cela qu’elle a affirmé que l’INPF doit aller au-delà des recherches pour s’investir également dans l’action. Les questions d’actualité ont été abordées au cours des échanges. Parlant de la gouvernance locale, la présidente en a appelé à l’implication réelle des femmes. Selon elle en effet, seule la prise en compte des préoccupations des femmes et leur implication effective aux affaires, conformément aux  textes, peut ouvrir l’ère de la bonne gouvernance au Bénin. « Plus nous aurons de femmes maires, meilleure sera la gouvernance locale », a-t-elle déclaré en substance. Vicentia Boco n’a pas omis de faire part des stratégies mises en place par l’INPF pour accompagner les femmes aux différentes élections qui s’annoncent. Véritablement sous un arbre à palabres, Vicentia Boco a levé un coin de voile sur sa vie de femme mariée et mère de trois enfants et grand-mère. Le professeur Vicentia Boco a été admise à faire valoir ses droits à la retraite en 2014. Son éducation et sa vocation de servir les autres font d’elle une femme engagée aux côtés des femmes et de la nation béninoise.

Yannick SOMALON

Reviews

  • Total Score 0%


Plus sur ce sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

You cannot copy content of this page