.
.

Le triomphe de la vérité

.

Attentat meurtrier contre le siège du journal Charlie Hebdo à Paris: Le Bénin condamne la barbarie


Vues : 2

 Dans une lettre de condoléances qu’il vient d’adresser au président français, le président Boni Yayi a exprimé la grande compassion qu’éprouve le peuple béninois suite à l’assassinat de plusieurs animateurs de Charlie Hebdo, mercredi à Paris. « Les assaillants devront être poursuivis jusque dans leur dernier retranchement et être châtiés à la mesure des actes qu’ils viennent de perpétrer. La nation béninoise, horrifiée, exprime sa vive indignation et sa grande condamnation. Que le seigneur accueille dans sa félicité les personnes disparues ». Ce sont quelques extraits de cette lettre lue hier sur le plateau de la Télévision nationale par le secrétaire général du Gouvernement, Alassani Tigri. Il a aussi annoncé que l’Etat béninois a décrété un deuil national de 24 heures ce vendredi 09 janvier pour soutenir le peuple français dans sa douleur.
Par ailleurs, des membres du Gouvernement, au nombre desquels, le ministre des Affaires étrangères, Nassirou Bako Arifari et son homologue de la Justice, Valentin Djènontin, étaient dans la soirée d’hier à la tête d’une marche silencieuse pour  condamner cette barbarie. Brandissant des bougies allumées et des bouquets de fleurs en mémoire des victimes, les marcheurs ont exprimé l’indignation du peuple béninois contre un tel acte. La marche a échoué dans la cour de l’ambassade de France près le Bénin, sise à Cotonou.
Entre autres réactions, l’Union fait la Nation a également condamné l’odieux acte, à travers l’un de ses leaders, Théophile Montcho, qui a déclaré que «l’UN est profondément choquée par ce qui est arrivé et compatit à la douleur de la France».
Ils sont au total 12 animateurs de cet hebdomadaire satirique français qui ont perdu leur vie dans l’attaque contre leur siège. 11 autres personnes ont été également blessées. Outre Cabu et Wolinski, Charb, Tignous et Honoré, des caricaturistes historiques de «Charlie» connus pour leurs dessins irrévérencieux, on  compte aussi parmi les morts, le chroniqueur économique Bernard Maris, deux policiers, une chroniqueuse, un correcteur, un invité de la rédaction et un agent de maintenance. L’indignation a gagné le monde depuis ce mercredi.

Wandji A.

Reviews

  • Total Score 0%


Plus sur ce sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You cannot copy content of this page