.
.

Le triomphe de la vérité

.

Tournée d’échanges sur les microcrédits: Bilan positif pour la ministre Marie-Laurence Sranon


Vues : 2

Du samedi 27 au mardi 30 décembre 2014, la ministre en charge de la Microfinance, Marie-Laurence Sranon a effectué une grande tournée d’échanges avec les femmes bénéficiaires des micros crédits aux plus pauvres (MCPP). L’objectif a été de recenser les difficultés et de faire un bilan du programme pour sa relance en 2015. Dans l’ensemble des communes parcourues, à savoir, Cotonou, Bohicon, Lokossa, Parakou, Djougou, il ressort des interventions de la plupart des bénéficiaires que l’initiative doit perdurer sous le régime de Boni Yayi au regard du dynamisme de ses ministres ayant dirigé le programme et surtout de l’actuelle ministre, Marie-Laurence Sranon Sossou. Pour elles, le programme a été d’une grande importance dans leur décollage économique. Profitant de l’occasion, elles ont salué l’attention du chef de l’Etat à leur endroit à travers les différentes descentes qu’il effectue dans les départements pour s’informer des problèmes.

Toutefois, des problèmes persistent

Le remboursement des crédits reste un problème sérieux pour ces femmes. « Les problèmes rencontrés sont nombreux et variés », se sont exprimé les nombreuses femmes rassemblées dans la salle des fêtes des Tours administratives de Cotonou le samedi 27 décembre 2014. Pour certaines, les difficultés résident dans l’octroi des crédits. Elles estiment qu’elles n’en jouissent pas réellement comme l’aurait voulu le président Boni Yayi. Car les taux de remboursement excèdent largement les clauses des contrats. Mais pour d’autres, et surtout les responsables des groupements,  elles estiment que les femmes bénéficiaires des microcrédits qui en jouissent par le biais de leurs associations ne sont pas solvables. Du coup, elles se retrouvent à rembourser les prêts de leurs militantes. Après Cotonou pour l’Atlantique-Littoral, la délégation ministérielle s’est rendue dans la Donga. A Djougou, les femmes ont soulevé les problèmes liés au dédouanement de leurs marchandises. En effet, étant proches du Togo, les femmes commerçantes, bénéficiaires des micros crédits sont obligées de payer des frais de douanes qu’elles estiment élevées par rapport aux crédits qu’elles obtiennent. En outre, à Parakou, Bohicon et Lokossa, lors des différentes rencontres, la ministre a  insisté sur un certain nombre de comportements qui ne favorisent pas la continuité de la chaine. Il s’agit, a-t-elle précisé, du fait que certaines femmes contractent plusieurs prêts à la fois et ne les remboursent pas. C’est un réel problème qu’il faille résoudre pour ne plus retomber dans les mêmes erreurs en 2015. « Il faut que vous preniez conscience du fait que vous pénalisez d’autres bénéficiaires lorsque vous ne remboursez pas les prêts », a-t-elle rappelé avant de rassurer les femmes qui, d’ailleurs soutiennent inconditionnellement les actions du chef de l’Etat, sur l’engagement de son gouvernement à les sortir de la précarité afin de les rendre réellement autonomes.

Emmanuel GBETO

Reviews

  • Total Score 0%


Plus sur ce sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You cannot copy content of this page