.
.

Le triomphe de la vérité

.

Sortie médiatique de neuf membres de la Fbf désapprouvant la gestion d’Ahouanvoébla: Le football béninois à nouveau dans la tourmente


Vues : 7

On voyait venir le danger depuis quelques mois. Mais personne n’a jamais osé lever le petit doigt pour le dire. On peut l’affirmer maintenant sans se tromper. Le football béninois plonge à nouveau dans la crise. La sortie médiatique de jeudi dernier du président Valère Glèlè et huit de ses pairs résume la situation. En chœur, ils dénoncent la gestion cavalière du président actuel de la fédération béninoise de football (FBF). Pour le groupe des dissidents, le président ne met pas à la disposition de l’administration du football béninois les moyens nécessaires pour son développement. La preuve, les Ecureuils ont été sortis des éliminatoires de la Can 2015 à l’étape des préliminaires, les matches amicaux se sont soldés par de cuisantes défaites face à la Tanzanie (1-4) et au Maroc (1-6), la légèreté dont a fait preuve le secrétariat général dans la gestion du dossier des cadets et l’élimination des juniors du championnat d’Afrique  U-20. En plus de tout ceci, Augustin Ahouanvoébla ne joue pas jeu-franc avec ses « amis d’hier ». La sortie du groupe des dissidents vient confirmer la grande inquiétude des acteurs du football avant même l’élection du comité exécutif. On se souvient qu’aux heures chaudes de la campagne électorale, beaucoup d’observateurs s’interrogeaient sur la capacité du président actuel à diriger l’instance et le caractère hétérogène de sa liste. Au lendemain de l’élection, c’est un membre du comité exécutif, et pas des moindres, qui monte au créneau pour désavouer publiquement  son président. Comme si cela ne suffisait pas, c’est le président, lui-même, qui nargue l’un de ses vice-présidents sur les ondes d’une radio de la place. Au départ, on voulait régler un problème. On voulait se débarrasser d’Anjorin Moucharafou. Ce faisant, on est allé vite. Dans cet imbroglio, on a mis sur pied un bureau cacophonique. Juste un an après, c’est l’implosion. Non seulement ce groupe n’a pu qualifier les Ecureuils pour la Can 2015, est incapable de réconcilier la grande famille du football béninois, a reporté sine die le championnat national… mais aussi et surtout, ne peut s’entendre à l’interne. Après le 20 décembre 2010, avec la démission de 12 membres du comité exécutif de la FBF, le football béninois ouvre une nouvelle crise en cette fin d’année.

Mathias COMBOU

Reviews

  • Total Score 0%


Plus sur ce sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

You cannot copy content of this page