.
.

Le triomphe de la vérité

.

Crise à l’église protestante méthodiste du Bénin(EPMB): Les deux ailes antagonites s’entrechoquent


Vues : 13

Ce sont des cadres de l’Eglise protestante méthodiste du Bénin (EPMB) plutôt très remontés contre l’administration publique béninoise qui ont échangé mercredi dernier avec les journalistes. C’était dans leur temple délocalisé sis à Akpakpa-Centre à l’occasion d’une conférence de presse. En cause, la crise qui secoue cette institution religieuse depuis plus d’une décennie déjà.  Désormais lassés par le blocage  de l’exécution des décisions de justice qui leur donnent raison contre l’Eglise protestante méthodiste-Conférence créée par le  pasteur Moïse Sagbohan, une orchestration  selon leurs explications des  ministres de la justice et  de l’intérieur, ils ont pris l’opinion publique à témoin de la situation. Et ils affichent désormais clairement leur objectif dans cette crise. « Nous voulons reprendre nos temples et presbytères », a clairement affirmé Darboux Nestor, un des conférenciers. Et preuve à l’appui, les conférenciers ont exprimé les motifs de leur amertume qui se résume à la non exécution des décisions de justice qui ordonnent le déguerpissement pur et simple des temples illégalement occupés par les responsables et fidèles de l’EPMB-Conférence. Au total, six jugements et arrêts des Cours et tribunaux du Bénin qui donnent raison aux cadres de l’EPMB. La première décision qui ordonne  le déguerpissement du pasteur Moïse Sagbohan, promoteur de l’EPMB-Conférence à l’époque remonte du 7 juin 1999. Le juge y a clairement ordonné dans sa décision, « le déguerpissement de Monsieur Moïse Sagbohan du Presbytère, logement de fonction sis à Missèbo carré n°2 Avenue Mgr Steimetz Cotonou qu’il occupe désormais sans titre ni droit ». Cette décision a été confirmée en appel. Le dernier arrêt est venu de la Cour suprême le 12 juin 2007 et a même annulé le récépissé d’enregistrement  de l’Eglise protestante méthodiste-Conférence. Ce qui fait dire aux conférenciers que l’EPMB-Conférence n’existe que de fait et non de droit. Mais malgré tous ces arrêts et  décisions, voire les mises en garde du Chef de l’Etat pour que force reste à la loi, les installations de l’EPMB continuent d’être abusivement utilisées par leurs protagonistes. Et   ce qui outre davantage les cadres de cette église, c’est que depuis trois mois, la demande d’autorisation de bon à déguerpir déposée par leur huissier de justice auprès du procureur de la République demeure sans suite. Ce qui leur faire dire qu’il y a  une réelle volonté du ministre  de la justice et celui de l’intérieur de porter entorse à la loi. Ils invitent alors le Chef de l’Etat à prendre ses responsabilités afin que l’UPMB retrouve ses biens illégalement détenus.

Donatien GBAGUIDI

Reviews

  • Total Score 0%


Plus sur ce sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You cannot copy content of this page