.
.

Le triomphe de la vérité

.

Griefs contre l’organe en charge de la correction de la Lépi: Epiphane Quenum et Chabi Sika dénoncent la « gestion opaque» du Cos-Lépi


Vues : 2

A la faveur d’une conférence de presse organisée hier à l’Infosec à Cotonou, les députés Epiphane Quenum et Chabi Sika, tous membres du Conseil d’orientation et de supervision de la Lépi (Cos-Lépi), ont largement désavoué la gestion « chaotique et opaque » qui se fait de cet organe par le bureau que préside Sacca Lafia. Ils ont également indiqué que les 8 milliards réclamés comme budget complémentaire n’étaient pas « sérieux » et que 2 à 3 milliards suffiraient pour achever les travaux restants.

S’il a longtemps gardé le silence, le député Epiphane Quenum, également membre du Conseil d’orientation et de supervision de la Lépi (Cos-Lépi) l’a rompu depuis hier. « Il y a ceux qui n’ont pas tenté de gagner l’autre rive mais qui se moquent de ceux qui se noient », a affirmé, d’entrée de jeu, Epiphane Quenum avant de faire constater que depuis 18 mois déjà qu’il est membre du Cos-Lépi, il a été toujours « écarté » des décisions et séances de travail importantes pour la vie de l’organe. « Les gens n’ont jamais voulu que j’assiste aux prises de décisions parce que je ne cautionnerais pas du faux », a-t-il avoué fustigeant le « flou compact » qui entoure la gestion du Cos-Lépi qui, à ce jour, à le croire, n’aurait jamais soumis un rapport d’activités à ses membres, ni de relevés de comptes. « Le bureau du Cos-Lépi a pris en otage l’institution et élaboré les budgets sans informer les autres membres. Et quand ils le balancent au Gouvernement pour recevoir les sous, il n’en parle non plus à personne », dénonce, par ailleurs, Epiphane Quenum. Ex président de la défunte Commission permanente de supervision de la Lépi, Epiphane Quenum va aussi rappeler qu’il avait fini par comprimer à 6 milliards le budget de 12 milliards qu’il avait soumis au Gouvernement, au moment où Sacca Lafia et autres étaient ministres. Et ce sont eux qui l’y avaient contraint, en jugeant excessif son budget d’alors. Si aujourd’hui les mêmes personnes exhibent aussi des budgets à polémique, Epiphane Quenum pense qu’il y a problème. « Sur les 6 milliards et quelques, finalement retenus, je puis vous dire que je n’ai dépensé que 800 millions en 8 mois de mandat, préoccupé que j’étais par des raisons d’économie », a aussi fait savoir Epiphane Quenum qui a battu en retrait les 8 milliards nouvellement demandés par Cos-Lépi pour achever le processus. A le croire, à peine 2 à 3 milliards suffiraient pour tout boucler. « S’il y a besoin de corriger la Lépi, c’est d’amener les gens à aller aux élections », a aussi insisté Epiphane Quenum hier, avertissant qu’il ne voudrait être « complice de rien ». Pour lui, « la mission du Cos-Lépi, n’est pas de tout faire. On a mis suffisamment le Cos-Lépi dans un drap devenu trop large comme la mer de sorte que personne ne sait par où prendre le bout ». Il a lancé hier un appel aux acteurs politiques et aux institutions de la république. Car, pour lui, « nous devons baisser le ton et nous concerter parce qu’il est question de sauver le pays aujourd’hui ».
L’honorable Chabi Sika, pour sa part, s’est indigné au sujet de la déclaration du bureau du Cos-Lépi lundi dernier, faisant croire que « la Lépi a été reprise presqu’à zéro ». Chabi Sika pense que cette affirmation n’est pas juste et se demande si c’est le Cos-Lépi qui a confectionné la liste ayant servi aux élections de 2011. « En politique, il y a l’art de ne pas dire la vérité, mais affirmer que c’est maintenant qu’ils ont tout repris à zéro. La parade est malencontreuse », s’est offusqué Chabi Sika, ajoutant aussi que « ce n’est plus décent que le mandat des membres du Cos-Lépi aille au-delà de 2014. Notre démocratie ne mérite pas cela. Il faut qu’on aille aux élections ».

Christian Tchanou

Reviews

  • Total Score 0%


Plus sur ce sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You cannot copy content of this page