.
.

Le triomphe de la vérité

.

Rencontre du MCRI avec la société civile: Gustave Sonon donne les vraies raisons du retard des élections


Vues : 1

Le rôle de la société civile est d’une importance capitale dans un processus électoral. C’est ce que le ministre chargé des Relations avec les institutions (MCRI), Gustave Sonon a déclaré hier, mardi 21 octobre, dans la Tour administrative à Cotonou, à l’occasion d’une séance d’échanges avec les responsables des organisations de la Société civile. Avec eux, il a échangé sur les dispositions prises par le Gouvernement, le Conseil d’orientation et de supervision de la Liste électorale permanente informatisée (Cos/Lépi) et la Commission électorale nationale autonome (Cena) pour la bonne organisation des élections au Bénin. A cet effet, il a présenté à ses vis-à-vis, les vraies raisons du retard des élections au Bénin. Pour le ministre Sonon, ces raisons reposent sur les difficultés techniques en dépit de la détermination du Gouvernement à organiser les élections à bonne date. Pour la sauvegarde de la paix, il a souhaité que les uns et les autres travaillent pour sortir le pays de cette impasse. « Le Bénin est pour nous tous. Vous êtes les partenaires privilégiés du Gouvernement. On doit se rencontrer périodiquement. Tous, nous parlons au nom du même peuple. Ce qu’on souhaite, c’est qu’à des moments donnés, on dialogue… », a déclaré le ministre Gustave Sonon à l’assistance. « Nous avons le devoir d’écouter tout le monde. Entre acteurs de la Société civile, on peut se dire certaines vérités dans des termes bien appropriés… », a-t-il précisé. Selon ses propos, le Gouvernement tient à l’organisation des élections communales, municipales et locales avant la fin de cette année. « Le Gouvernement est prêt à organiser les élections avant le 31 décembre. Mais, ce n’est pas le Gouvernement qui organise les élections… », a ajouté le ministre chargé des Relations avec les institutions. Toutefois, il a expliqué aux acteurs de la Société civile que certaines lois votées par l’Assemblée nationale ont compliqué la tâche au Cos/Lépi. Il a cité, en l’occurrence, le Code électoral, la loi portant création des unités administratives. « J’ai noté que c’est à ces difficultés que sont confrontés les techniciens.. », a-t-il expliqué. Donc, techniquement et légalement, il a reconnu que les élections ne pourront plus se tenir cette année. « La loi dit que le corps électoral doit être convoqué à 90 jours des élections… », a indiqué le ministre Gustave Sonon. Prenant la parole, la plupart des intervenants ont reconnu que le Gouvernement n’en est pour rien en ce qui concerne le retard dans l’organisation des élections. Pour la suite, les différents acteurs ont promis œuvrer pour la sauvegarde de l’unité et du consensus autour des prochaines élections.

Emmanuel GBETO

Reviews

  • Total Score 0%


Plus sur ce sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

You cannot copy content of this page