.
.

Le triomphe de la vérité

.

Dialogue social au MICPME: Françoise Assogba à l’écoute des partenaires sociaux pour le mieux être des travailleurs de son Ministère


Vues : 0

Depuis hier, mardi 21 octobre 2014, se tient la première session du comité du dialogue social du Ministère de l’Industrie, du Commerce, des petites et moyennes entreprises (MICPME). Ouverte dans les locaux du Ministère par la ministre de tutelle en personne, elle a été l’occasion pour le directeur des ressources humaines, Christian Zokpodo, de saluer le souci permanent de la ministre pour la stabilité des négociations entre le cabinet et les partenaires sociaux. Pour lui, la présence de la  ministre dénote  de sa volonté de rechercher et de manière participative  et consensuelle les solutions aux problèmes auxquels est confronté le département dont elle a la charge et ceci, dans un creuset défini, le comité de dialogue social. Il précise, par la suite, qu’en dépit des moyens technologiques, de la qualité de ses ressources humaines et de la taille du Ministère, aucune organisation ne peut atteindre ses finalités économiques ou sociales, s’il ne se développe en son sein, le désir de vouloir vivre ensemble, un sentiment d’appartenance et de partage de ses valeurs. Ce qui suppose, selon lui, un creuset d’échanges permanent  pour aplanir les difficultés  et jeter les ponts de la prospérité, tant il est vrai, « une tête est une case, deux têtes constituent un  village, c’est de la discussion que jaillit la lumière ». En tenant à l’organisation de cette session, la ministre Françoise Assogba entend éviter des contre-performances.   En réalité, au cours des échanges qui prendront fin ce mercredi 22 octobre, les participants feront le point des recommandations issues de la première session tenue du mardi 30 au mercredi 31 juillet 2013. Il sera également adopté le règlement intérieur du comité de suivi de l’examen d’autres points de revendication, dont notamment,  le paiement immédiat et sans délai des primes spécifiques et de rendement aux collègues des agences,  la promotion des cadres du Ministère, l’érection du Centre de perfectionnement et d’assistance en gestion (CEPAG) en une école de formation, le prélèvement des ristournes provenant des cotisations de la Chambre de commerce et d’industrie du Bénin (CCIB) au profit des directions qui établissent les cartes d’importateurs et de commerçants,  la création de l’APIEX et ses menaces sur la vie du Ministère. Il est attendu au terme de l’atelier, des solutions idoines aux préoccupations qui seront abordées. Il faut préciser qu’à l’ouverture de la séance, le secrétaire général du Ministère, Théophile Odounlami a procédé à la vérification des mandats. Ce qui a permis de constater la présence effective des différents acteurs aussi bien du côté de l’administration que des partenaires sociaux.

Emmanuel GBETO

Reviews

  • Total Score 0%


Plus sur ce sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

You cannot copy content of this page