.
.

Le triomphe de la vérité

.

Démarrage de la rentrée scolaire 2014-2015: L’école rouvre ses portes, timide reprise des cours


Vues : 2

En dépit des bouderies dans les rangs des partenaires sociaux, les classes des établissements publics  ont effectivement ouvert leurs portes, ce jeudi 16 octobre 2014. Dans la majorité des établissements visités, le moment est aux retrouvailles entre élèves après deux (02) mois de repos. Du primaire au secondaire dans l’Atlantique-Littoral, l’administration s’active.  Les nouveaux écoles et élèves assurent leur inscription. C’est le cas de Junior F. conduit par son père au complexe scolaire de Togoudo pour être inscrit au Cours d’initiation (Ci). Tout comme lui, beaucoup d’autres élèves accompagnés de leurs parents ou frères, se livrent à cet exercice.  La descente du ministre de l’enseignement secondaire au  Collège Catholique Père Aupiais a révélé un corps professoral disponible, une administration pro-active et des élèves prêts à démarrer les cours. Au collège d’enseignement général Suru-Léré d’Akpakpa, seules les classes de Terminale semblent être prêtes pour un démarrage effectif. Même si les inscriptions préoccupent au CEG Sègbèya, on a pu constater l’exemple même de la discipline dans les rangs du peu d’élèves ayant répondu présents et qui nettoient leurs salles. Au  CEG Le Littoral, la directrice Eugénie Houngbo Ahouandjinou a confié que « la rentrée a commencé et les professeurs sont en train de prendre leur emploi du temps, la cour a été déjà nettoyée par les apprenants ». Pour Hermione, élève au CEG le Nokoué, « la raison de l’absence des camarades est liée à ce que les premiers jours ont souvent été pour les préparatifs, et la rentrée proprement dite démarre une semaine après ». Par contre dans la majorité des établissements privés, les cours ont démarré. C’est le cas au Complexe Sainte Félicité dans la commune d’Abomey-Calavi, où la raison de ce démarrage est liée, selon les responsables, aux perturbations souvent rencontrées au cours de l’année. Par ailleurs, un regard sur la partie septentrionale du pays, et le constat reste le même. Les établissements du département du Borgou-Alibori sont tous couverts de broussailles. L’opération d’inscription des nouveaux écoliers a à peine démarré. Dans tous les cas, les perturbations  annoncées par les responsables syndicaux ne sont  pas encore constatées  sur le terrain. Il reste que les chefs d’établissements mettent les bouchées doubles pour  vite mettre les enfants au travail.

La rentrée scolaire 2014-2015 lancée à Akpro-Missrété

C’est   à Akpro-Missrété, précisément  à l’Ecole primaire publique (EPP)  de Vakon que  s’est déroulée, hier jeudi  16 octobre,  pour la phase départementale Ouémé/Plateau, la cérémonie officielle de lancement de la rentrée scolaire 2014-2015.  Etaient présents à ladite cérémonie, les responsables politico-administratifs, les  enseignants, les élèves ainsi que leurs parents.  Le directeur départemental des enseignements maternel et primaire  (DDEMP) Ouémé/Plateau, Lucien Hounsa, prenant la parole  au cours de  la cérémonie, a invité tous les acteurs du système éducatif  à  placer la nouvelle année sous le signe « de l’amour aux enfants et l’amour du travail bien fait ».  Il a souhaité que les deux départements sortent premiers au terme de l’examen du  Certificat d’études primaires (CEP) édition 2015. Pour cela, il a prié les professionnels de l’éducation présents d’accomplir sans faille la mission qui leur a été confiée par la nation.  Après lui, le maire  Michel Bahoun a remercié les uns et les autres pour avoir fait le déplacement avant de promettre  financer les travaux de construction  de la  clôture de l’école. Son vœu est que, de sa commune, sorte le premier de tout le Bénin au CEP 2015. Le préfet Moukaram Badarou, également de la partie, n’a pas manqué de  dire un mot  à l’endroit de l’assistance.
Eric N’Dah lance l’année scolaire à Kandi

Kandi a accueilli le lancement officiel de l’année scolaire 2014-2015. La cérémonie s’est déroulée dans l’enceinte de l’école primaire publique Sacca Boukoukinnin en présence du préfet du Borgou-Alibori, des chefs des circonscriptions scolaires des deux départements et des cadres de l’Alibori.
L’école béninoise reprend vie. Après environ deux mois de repos, enseignants et apprenants retrouvent les portes des classes dès ce jeudi 16 octobre. Le top de neuf mois de travail a été donné lors d’une cérémonie marquée par une forte mobilisation et diverses allocutions. C’est d’abord Richard Houndagnon, chef de la circonscription scolaire de Kandi qui a souhaité la bienvenue à l’assistance et remercié le ministre des enseignements maternel et primaire pour le choix porté sur Kandi pour abriter cet événement. Pour Salamatou Kora Kponou, préfet des départements du Borgou et de l’Alibori, ce choix est la preuve que le forum sur l’éducation dans les deux départements tenu récemment a eu un bon écho auprès du Gouvernement. Le représentant du maire de Kandi, Monra Bio lui a souhaité que l’année scolaire qui démarre ainsi connaisse la quiétude pour aboutir à des résultats meilleurs à ceux de l’année écoulée. Pour qu’il en soit ainsi, chacun devra assumer sa responsabilité. Eric N’Dah Kouagou a alors invité les enseignants à enterrer l’arme des grèves pour donner un enseignement de qualité aux apprenants. Les parents doivent aussi accompagner l’œuvre de l’école à travers un suivi rigoureux de leurs enfants. Le ministre des enseignements maternel et primaire a saisi l’occasion pour revenir sur les nombreuses actions du Gouvernement au profit de l’éducation allant du recrutement, de la formation d’enseignants à la construction d’infrastructures en passant par la mise à disposition des acteurs de matériels didactiques.

Un démarrage timide
L’année scolaire a été officiellement lancée à Kandi où la rentrée reste timide quoiqu’effective. Si  toutes les écoles ont ouvert leurs portes, l’affluence n’est pas encore celle attendue, du moins dans le public. Les cours des complexes Sacca Boukoukinnin, Kandi-centre, Gansosso, Madina et autres sont toutes couvertes de broussailles. L’opération d’inscription des nouveaux écoliers a à peine démarré. Des écoles à l’image de Madina B sont même sans directeur. Au secondaire, les choses avancent mieux avec des enseignants qui ont déjà leur emploi du temps. Mais les élèves eux se font encore attendre. L’administration s’occupe, pour l’heure, de l’inscription des nouveaux collégiens et des transferts d’un établissement à un autre. Pour certains responsables, on devra attendre encore des jours pour espérer le démarrage effectif des cours. Pendant ce temps, des apprenants ont déjà reçu leurs premières leçons ce premier jour de la nouvelle année scolaire.

Réalisation: Emmanuel GBETO, Esckil AGBO, Nicolas AGBIKODO (Coll.)

Reviews

  • Total Score 0%


Plus sur ce sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You cannot copy content of this page