.
.

Le triomphe de la vérité

.

Suite aux déclarations du chef de l’Etat sur les élections: Valentin Houdé appelle Boni Yayi à respecter la Constitution


Vues : 2

A la faveur d’une déclaration publique qu’il  a faite vendredi dernier à l’Infosec, à Cotonou, le député Valentin Aditi Houdé, président de l’Alliance Nationale pour  la Démocratie et le Développement (ADD) a vertement dénoncé les récents propos de Boni Yayi relatifs à la cherté des élections au Bénin et à l’incapacité du Trésor public à assurer les dépenses liées à celles en vue. «L’Alliance Nationale pour la Démocratie et le Développement  continue de penser que l’engagement du chef de l’Etat  réaffirmé dans son message du 31 juillet 2014  reste d’actualité et que les élections seront organisées comme  constitutionnellement convenu. Elle invite expressément  le président de  la République à s’abstenir, dorénavant, de toute déclaration tendancieuse et à considérer que la parole donnée au sommet de l’Etat est chose sacrée », a-t-il affirmé, entre autres.

Déclaration de Valentin Houdé, président de l’Alliance Nationale pour la Démocratie et le Développement
Mesdames et messieurs les journalistes, nous avons pris la peine de vous inviter pour crier notre haro suite  aux déclarations  faites par le chef de l’Etat à Boko. Boko, dans la commune de N’dali, haro par rapport à ses déclarations de Boko, pour que Haram ne s’ajoute pas à Boko pour détruire notre démocratie.
Le Bureau politique de l’Alliance Nationale pour la Démocratie et le Développement (AND) s’est réuni en session extraordinaire, les 24, 25, et 26 septembre 2014 à Cotonou. Au cours de ses assises, le Bureau politique s’est penché, entre autres, sur l’actualité politique nationale. Il s’est notamment intéressé au débat que suscite la sortie politique du président de la République et ses déclarations  le lundi 22 septembre 2014 à Boko au sujet des  consultations électorales et de  leur financement. Très préoccupé par cette sortie ambigüe dont le chef de l’Etat est désormais coutumier, l’Alliance Nationale pour la Démocratie et le Développement, après de profondes réflexions et analyses, rend public ce qui suit :
L’historique conférence des forces vives de la nation a doté  notre pays, la République du Bénin, d’une  constitution qui a toujours préservé les acquis démocratiques du peuple béninois. A cet effet,  l’Alliance Nationale pour la Démocratie et le Développement (AND) rappelle que l’article 41 de la constitution du 11 décembre 1990  dispose que le président de la  République est le  chef de l’Etat, il est l’élu de la nation et incarne l’unité nationale, il est le garant de l’indépendance nationale, de l’intégrité territoriale et du respect de la constitution, des traités et accords internationaux.  C’est nécessairement conscient de ce principe que le chef de l’Etat, lors de son adresse solennelle à la nation, le 31 juillet 2014,  veille de la fête de l’indépendance de notre pays a réaffirmé avec insistance et conviction, son engagement à organiser des élections transparentes et crédibles, avant la fin de l’année 2014. Mais le lundi 22 septembre 2014, grande a été notre surprise d’entendre les propos tenus par le président de la république, lors de sa sortie à Boko devant les populations de cette localité, en présence de la presse.
En effet, le doute semé par les propos du chef de l’Etat dans l’esprit de nos concitoyens, n’est pas de nature à renforcer le parc républicain, qui assure à notre pays, une stabilité politique et qui, par ailleurs, constitue une grande stabilité pour le Bénin, depuis la conférence nationale de 1990. Une telle intervention du chef de l’Etat qui surgit en moins de 24 heures après les déclarations du président Houngbédji, président du PRD, prêtant au chef de l’Etat, un plan  machiavélique de confiscation du pouvoir, et qui consiste  à user de manœuvres dolosives pour  ne pas organiser les élections et créer un vide juridique  qui lui permettra de gouverner par ordonnance  et s’éterniser au pouvoir, une telle intervention du chef de l’Etat, disons-nous, est grave et sonne comme un parjure.
C’est pourquoi, l’Alliance Nationale pour la Démocratie et le Développement exprime sa vive inquiétude par rapport aux propos du premier magistrat de notre pays. Pour l’AND, les élections sont  le gaz de l’alternance et l’oxygène de la démocratie. Et tout état de cause, si l’organisation des élections coûterait plus cher, l’absence d’élections crédibles et transparentes, coûte nécessairement plus cher à notre démocratie et au peuple qui aspire légitimement à la paix, à la justice et au mieux-être.
L’Alliance Nationale pour la Démocratie et le Développement, une fois encore, affirme qu’aucune autre préoccupation ne saurait reléguer au second plan, l’organisation à bonne date des consultations démocratiques, dont le peuple reste l’acteur et le metteur en scène. L’Alliance Nationale pour la Démocratie et le Développement mobilisée, invite toute la classe politique à rester en état de veille pour barrer la route à toute imposture.
De tout ce qui précède, l’Alliance Nationale pour la Démocratie et le Développement  continue de penser que l’engagement du chef de l’Etat réaffirmé dans son message du 31 juillet 2014,  reste d’actualité et que les élections seront organisées comme  constitutionnellement convenu. L’Alliance Nationale pour la Démocratie et le Développement invite expressément  le président de  la République, chef de l’Etat, chef du gouvernement à s’abstenir  dorénavant de toute déclaration tendancieuse et à considérer que la parole donnée au sommet de l’Etat est chose sacrée.

Vive l’AND
Vive la démocratie
Vive le Bénin

Fait à Cotonou le 26  septembre 2014

Je vous remercie

Reviews

  • Total Score 0%


Plus sur ce sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You cannot copy content of this page