.
.

Le triomphe de la vérité

.

Victime d’un accident de travail: Un ouvrier du chantier Godomey-Pahou handicapé à vie


Vues : 2

Charles Hounpkè, la vingtaine, peine à retrouver sa force physique et sa mobilité d’antan depuis le tragique accident dont il a été victime, courant juin 2014, sur le chantier de construction de l’axe Godomey-Pahou. Alors qu’il travaillait sur un engin installé sur le site de l’entreprise chinoise en charge des travaux, une brusque coupure d’électricité a déclenché l’éjection d’une importante quantité d’acide contenu dans un bocal, qui s’est déversé sur lui. Selon les informations reçues des sources locales, il a été conduit en un premier temps vers un centre de santé de Cocotomey qui l’a immédiatement référé vers le Centre national hospitalier et universitaire (CNHU). Mais la première mauvaise surprise chez les ouvriers procédait de ce que c’est juste un billet de 10.000 CFA qui a été mis à sa disposition par les responsables chinois pour couvrir les premiers soins. L’indignation des uns et des autres était telle qu’ils n’ont pas hésité à transiter par un poste de police qui aurait dû sommer les Chinois de sortir l’argent nécessaire pour traiter l’ouvrier accidenté. Ce qu’ils feront, par la suite, après une longue période de tergiversations.

Charles Hounkpè dont une bonne partie de la peau a été sérieusement détruite par l’acide, a eu la vie sauve grâce aux soins appropriés dont il a bénéficié. Reste que sa santé a pris un grand coup. Le suivi aussi n’est plus assuré faute de moyens, au point où les plaies qui commençaient à se cicatriser se sont, de nouveau infectées, le rendant toujours inapte pour reprendre le travail.  Si l’entreprise chinoise ne l’a pas totalement abandonné et continue de lui payer son salaire, néanmoins elle lui soustrait chaque fois 20.000 FCFA du montant total qui est de 60.000 FCFA. Ce que dénonce Charles Hounkpè et ses parents qui s’indignent face à un tel traitement dont il fait l’objet, alors que le drame dont il portera à vie les séquelles, est survenu sur les lieux du travail. Ils exigent un dédommagement en bonne et due forme pour permettre au jeune ouvrier de s’orienter autrement dans sa vie, avec son handicap. Ils en appellent aussi à un meilleur suivi de sa santé, en dépit des soins qu’il a déjà suivis. Charles Hounkpè supporte difficilement toute cette situation avec sa petite famille dont il a l’obligation d’assurer la survie quotidienne. A ce jour, les tentatives pour en savoir davantage sur son sort, du côté de l’entreprise chinoise, sont demeurées vaines.

Christian TCHANOU 

Reviews

  • Total Score 0%


Plus sur ce sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You cannot copy content of this page