.
.

Le triomphe de la vérité

.

Grave condamnation contre la Fédération béninoise de football sur le dernier tour qualificatif / CAN U-17: La CAF suspend le Bénin pour tricherie


Vues : 2

La Confédération africaine de football (CAF) vient de suspendre le Bénin de toutes les compétitions de catégories d’âges. Cette décision parvenue au secrétariat général de la FBF confirme que le pays a triché sur les âges de certains joueurs de sa sélection cadette lors du match aller des confrontations entre le Bénin et le Mali comptant pour le dernier tour des éliminatoires de la Can U-17 Niger 2015.   C’est la sanction que la commission d’organisation du CHAN U-17 a infligé au Bénin après étude et analyse de l’affaire. Du coup, il est privé de la suite des éliminatoires de la CAN Niger 2015 où les cadets béninois en pleine préparation devraient affronter, le dimanche 14 septembre prochain, leurs homologues de la Tunisie, au stade Charles de Gaulle de Porto-Novo. Cette décision est un coup dur pour le football béninois. Car, elle vient faire s’évanouir les derniers espoirs du Bénin dans les compétitions africaines, vu que les juniors et les seniors sont déjà éliminés. Le Bénin rentre alors dans les rangs des pays déjà épinglés par l’instance suprême du football continental.
Yayi informé, vers le retrait de l’agrément de l’Etat à la FBF

La nouvelle de la sanction du Bénin par la CAF n’est pas restée que dans les locaux du Ministère des sports. Aussitôt saisi, le ministre Safiou Idrissou Affo a donné des instructions afin que le premier sportif béninois, le président de la république, Boni Yayi soit informé. Ce qui est fait depuis hier. Et à ces heures, selon les informations, des réflexions sont en train d’être menées afin que de nouvelles orientations soient données à la collaboration de l’Etat avec la fédération béninoise de football. Ainsi, selon les indiscrétions au plus haut niveau au Ministère, il est fort probable que l’Etat mette entre parenthèses sa collaboration avec la FBF pendant le temps de la sanction. Selon la même source, très rapidement, le Ministère va adresser une demande d’explication aux dirigeants du football béninois. Il se pourrait que le retrait de l’agrément de l’Etat soit la grande conséquence de cette affaire, affirme la même source.

Président Augustin Ahouanvoébla prend acte de la décision
“Monsieur le Secrétaire général. C’est avec un grand regret que je reçois et lis la décision qui disqualifie le Bénin de la compétition U-17 Niger 2015; suspendant du coup le Bénin de la prochaine participation aux compétitions des catégories d’âges. Je prends acte de la décision, même si la faute administrative évoquée dans la décision n’incombe pas à l’administration actuelle de la FBF qui a pris service le 2 octobre 2013. Espérant que les sacrifices engagés depuis des années par le président Issa Hayatou dans le sens des réformes structurelles du football africain aboutissent, je reste persuadé que la famille du football s’unira davantage sous vos hospices et pour le bonheur des Africains.
Cordiales salutations”

Ils en parlent

Jean Tonon, opérateur économique:« Les dirigeants doivent travailler sérieusement maintenant à l’interne pour valoriser notre championnat local »

“J’ai appris avec consternation la décision surprenante de la  CAF qui suspend le Bénin des compétitions d’âges. A mon avis  la CAF  pouvait corriger cette erreur administrative et informer le Bénin de ce que les joueurs en question ne sont pas qualifiés pour la prochaine phase. Ce qui n’a pas été le cas malgré les explications des responsables du foot au Bénin.  Le vin est tiré. Il faut le boire, car il y a des faits incompréhensifs.  La décision de la CAF porte sur le match Bénin-Mali pour lequel il n’y a pas de réserve. Vu que cette décision ne frappe pas tout le système footballistique du pays, je peux dire que le football n’est pas mort. Alors j’invite les dirigeants à travailler sérieusement maintenant à l’interne pour valoriser notre championnat local.”

Ismael Ahoudou, capitaine de l’AS Agonlin, champion de la Ligue 2 béninoise:« La CAF ne fait rien au hasard. La fédération a tort »

La CAF a parfaitement raison. Elle ne fait rien au hasard. Cette sanction est la réalité du football béninois. Mais c’est dommage parce que ces enfants qui n’ont pas demandé cela sont sacrifiés pour le reste de leur carrière. Les responsables du football béninois n’ont pas eu de tact. Quand vous trichez, vous devez vous attendre à des résultats comme celui-là. Je suis triste que l’activité que je fais se transforme en une honte. Ce sont les joueurs qui vont le plus en souffrir dans cette affaire.

Modeste Anihouanou, reporter sportif et correspondant de la Radio Africa N°1 :« Il faut balayer totalement ce monde du football béninois »

C’est le prix de l’improvisation. C’est regrettable pour le football béninois. C’est un football qui ne mérite pas cette supercherie. Si vous n’êtes pas préparé pour venir aux affaires, ne venez pas aux affaires. Restez là où vous êtes jusqu’à avoir les coudées franches pour diriger. Il faut finir de vous préparer avant de venir aux affaires. Ceux qui sont là aujourd’hui nous montrent qu’ils sont des amateurs et qu’ils sont là pour s’en mettre plein les poches. Alors qu’ils n’apportent rien à ce football parce que les caisses de la fédération sont suffisamment vides. Ils sont en train de recevoir les leçons qu’il leur faut. Bon !!! Je crois qu’il faut balayer tout ce monde et refaire la maison du football béninois. Il faut prendre des décisions courageuses et en finir une fois pour de bon. Le Bénin est suffisamment sérieux pour avoir des responsables de ce genre. Il faut les balayer et les chasser complètement et totalement pour permettre au football béninois de redorer son blason. Le Bénin ne peut rien attendre de ceux-là.

Wabi GOMEZ, ancien sélectionneur des Ecureuils du Bénin: « Quand on ne respecte pas les règles du jeu, c’est le résultat »

C’est dommage pour mon pays. Lorsqu’on participe à une compétition, il faut respecter les règles du jeu. Quand on le leur dit, ils ne veulent pas comprendre. Je pense personnellement que c’est une bonne chose au-delà de tout. Il faut reprendre le football béninois à zéro pour se mettre sur les rails. C’est une bonne décision, je suis très content, heureux et ravi. Je ne suis pas apatride mais je veux le développement du football béninois. La plaie du football béninois, ce sont nos dirigeants. Il y a quand même un règlement qui a été envoyé par les instances, il faut juste s’aligner sur ce qui a été dit. Il ne faut pas cherhcer à gagner coûte que coûte. Il ne faut pas chercher des victoires par tous les moyens. Il faut travailler d’abord. Il ne faut pas des victoires au bout desquelles les gens vont s’en mettre plein les poches. Il faut partir à la base pour développer le football béninois. C’est la solution. Ce n’est pas de la maggie. Je vais vous donner un exemple : la Côte d’Ivoire en 1980 est allée au Nigéria encaisser 3-0, une raclée. Le ministre Fologo a dissout toute la fédération. Le pays a organisé la Can en 1984 avec des joueurs locaux. En 1992 avec Yéo Martial, ce pays a remporté la Can et depuis les Eléphants constituent un exemple pour le tout le continent africain. Il faut saisir la disqualification pour le reprendre le football à zéro. Il faut tout reprendre pour le bonheur des enfants et de leurs parents qui rêvent qu’ils deviennent les Ronaldo, Messie, Robben, Eto’o, Drogba…Même notre championnat est sans repères et il faut le revoir. Honnêtement moi je suis content. Si les gens veulent me lancer la pierre demain qu’ils le fassent, s’ils veulent me tuer qu’ils me tuent.

Bonaventure Coffi CODJIA, ancien arbitre international: « Tout ceci ressemble à de l’improvisation »

Cette situation me rend triste parce que les jeunes vont rester à la maison pendant deux ans sans l’activité qu’ils ont choisie. C’est une situation extrèmement grave. Je suis vraiment meurtri par rapport à ces jeunes qui vont rester sans jouer au ballon à la fleur de l’âge. Il faut revoir beaucoup de choses au niveau de notre football. Tout est à refaire. Le mal est plus grand que cette simple sanction. Il faut revoir la charpente du football béninois pour  qu’on reparte sur de nouvelles bases. Il faut tout réorganiser pour que l’on donne plus de valeur au football béninois. La CAF peut revoir sa sanction à la baisse mais là encore cela revient à la diplomatie béninoise. Vous savez que la CAF est une grande institution qui a déjà sanctionné d’autres pays et on sait ce qui s’est passé par la suite. Mais dans le cas du Bénin, je ne sais pas ce qui va se passer par la suite. Nous n’avons pas de championnat au niveau des catégories d’âge. Ces joueurs cadets ont été retrouvés où alors ? Le réel problème du football béninois est à ce niveau. Il faut nécessairement un championnat au niveau des cadets et des juniors. Tout cela ressemble à de l’improvision.  Mais, on nous traite comme de viles personnes dans notre pays. Nous avons beaucoup de choses à apporter dans l’administration du football et dans le sifflet de notre pays. J’ai fait plusieurs coupes du monde et plusieurs coupes d’Afrique mais dans mon pays on n’a pas besoin de moi.

Francis-Hervé Jossè, journaliste sympathisant des Ecureuils: « C’est la rançon de la tricherie »
 
« Je dirai tout simplement que c’est la rançon de la tricherie. Malheureusement, nous sommes coutumiers de ce genre de manigances. Le moins qu’on puisse souhaiter est que cette sanction serve de leçon à la FBF, surtout pour que ses membres se remettent en cause. Il faut que, cette fois-ci, ils ramènent effectivement la balle à terre et envisagent de faire les choses selon les règles de l’art. Le football se construit par la base. Quand on veut sauter les étapes, voilà ce qui arrive. C’est une honte nationale ! Je crois que maintenant, on peut saisir l’occasion pour étudier la question des naturalisations fantaisistes auxquelles on assiste dans ce sport et essayer de mettre des garde-fous. Il ne sert à rien d’aller chercher des  footballeurs dans d’autres pays et de les naturaliser en diminuant leurs âges. Il faut intensifier la formation dans les écoles de football et centres de formation et à travers des compétitions régulières. Alors, si tant est que nous voulons réussir dans les compétitions d’âge, pourquoi ne pas imposer aux clubs de l’élite un quota de jeunes à défaut, franchement, d’avoir des compétitions de catégories d’âges régulières ».

Réalisation: José Mathias COMBOU et Anselme HOUENOUKPO

Reviews

  • Total Score 0%


Plus sur ce sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You cannot copy content of this page