.
.

Le triomphe de la vérité

.

Conférence africaine de la Décentralisation et du Développement Local: Experts et directeurs jettent les bases d’un nouveau départ


Vues : 2

La Conférence africaine de la Décentralisation et du Développement Local (Caddel) se tient à Cotonou du 12 au 15 août. En prélude à l’ouverture officielle de cette grande rencontre africaine, l’heure est à la réunion du comité des directeurs chargés de la Décentralisation. Démarrée hier, à l’hôtel Marina, elle réunit les experts, consultants et directeurs chargés de la Décentralisation venus de plusieurs pays d’Afrique tels que l’Afrique du Sud, l’Algérie, l’Angola, le Burkina-Faso, le Botswana, le Cameroun, le Cap-Vert, la Côte d’Ivoire, le Kenya, le Ghana, le Gabon, l’Ethiopie, le Libéria, le Mali, le Malawi, le Nigéria, le Niger, le Sénégal, le Togo… Au cours de cette journée, les participants ont passé en revue les activités de la Caddel pour la période 2011-2014. Ensuite, ils ont échangé sur le processus d’intégration du Comité technique spécialisé de l’Union africaine ; enfin, des résolutions de l’Union africaine relatives à la charte et au Haut Conseil des Autorités locales. Dans son mot de bienvenue à l’ouverture de la rencontre, le ministre de la Décentralisation, de la gouvernance locale, de l’administration et de l’aménagement du territoire (MDGLAAT), Isidore Gnonlonfoun a souligné la nécessité pour l’Afrique de prendre appui sur la gouvernance locale dans sa vision de développement. A cet effet, le ministre a salué le choix porté sur Cotonou pour abriter les échanges. Pour lui, « la décentralisation, levier d’intégration en Afrique, s’avère une nécessité pour le développement de nos territoires et la pérennisation des actions déjà engagées en faveur des populations africaines ». Il poursuit dans une vision prospective selon laquelle, la gouvernance locale doit assurer le développement économique, social et politique des populations grâce au mécanisme de transfert de pouvoirs aux communautés à la base. Le ministre Gnonlonfoun n’a pas occulté de le rappeler et d’inviter à réfléchir sur le rôle de la sécurité dans le développement local des Etats africains. Après lui, la présidente en exercice du Caddel et ministre de l’Administration du territoire du Mozambique, Carmelita Rita Namashulua a présenté un bref bilan sur les réalisations de son équipe durant les trois ans qu’elle a passés à la tête de la Caddel. Profitant de l’occasion, elle a salué les pays membres qui ont su jouer leur partition afin que son mandat soit une réussite. Par ailleurs, le président de l’Autorité de transition a donné une communication sur le thème « Renforcement de la gouvernance locale pour la sécurité, la paix et le développement local ».

Emmanuel GBETO

Reviews

  • Total Score 0%


Plus sur ce sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You cannot copy content of this page