.
.

Le triomphe de la vérité

.

Invité de la rubrique ‘’Sous l’arbre à palabre ‘’ de L’Evénement Précis: Laurent Mètongnon condamne l’impunité sous le régime Yayi


Vues : 6

Invité de la rubrique ‘’Sous l’arbre à palabre ‘’ de L’Evénement Précis: Laurent Mètongnon condamne l’impunité sous le régime Yayi

81ème invité, mardi, de la rubrique phare « Sous l’Arbre à Palabre »de votre  journal l’Evénement Précis, Laurent Mètongnon, le secrétaire général de  la Fesyntra Finances est revenu sur l’historique de la lutte syndicale au Bénin. Affirmant que l’argent circule malheureusement  dans ce milieu dont il fait partie, l’administrateur des finances à la retraite condamne avec véhémence  l’impunité qui sévit au Bénin. Il a aussi abordé beaucoup d’autres sujets relatifs à  la disparition du sieur Pierre Urbain Dangnivo,  le bras de fer qui oppose les magistrats etles députés au parlement puis sa lecture de la gestion du pays.

Le secrétaire général de la Fesyntra Finances, Laurent Mètongnon, à bâtons rompus avec les journalistes, a répondu à près d’une  trentaine de questions relatives à l’actualité.Il  n’est pas allé du dos de la cuillère pour condamner avec véhémence  l’impunité du gouvernement face à certains dossiers très sensibles  qui jusqu’ici sont restés  sans suite. A l’en croire, la gestion du pays dans presque tous les domaines, laisse à désirer. Preuves à l’appui, le président du conseil d’administration de la Caisse nationale de sécurité social (CNSS) énumère le dernier concours de recrutement organisé par l’Etat à l’endroit de la jeunesse ; un concours qu’il qualifie de « cafouillage ». Le nouveau  siège inachevé  de l’Assemblée nationale  situé à l’entrée de la ville de  Porto-Novo dont le coût global est estimé à quatorze milliards de francs CFA, l’Affaire ICC, l’affaire   CEN SAD  et beaucoup d’autres dossiers dont les auteurs ne sont toujours pas inquiétés pour des raisons politiques ou politiciennes,martèle-t-il,tout en profitant pour jeter un regard critique sur l’actuelle Autorité nationale de lutte contre la corruption (ANLC). Selon lui, cet organe manque de dynamisme dans ses actions. « Nous sommes dans un régime d’impunité…. On peut tout reprocher à Jean-Baptiste Elias sous les deux mandatures qu’il a eues à effectuer, mais je pense qu’au-delà de tout, nous avons atteint un certain nombre de résultats grâce à son dynamisme», a-t-il expliqué. Abordant les questions relatives aux libertés, le secrétaire général estime que l’avenir est prometteur puisque, dit-il,  les mouvements de janvier à avril 2014 ont permis de décanter les crises qui ont secoué le Bénin. « Je crois que les travailleurs ont compris que désormais  la défense de leurs intérêts leur revient. Et, ce n’est qu’à ce prix qu’on peut réellement arracher ou gagner  la liberté »,a-t-il laissé entendre.

Mathieu K. BOKO(Coll.)

Reviews

  • Total Score 0%


Plus sur ce sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

You cannot copy content of this page