.
.

Le triomphe de la vérité

.

Lancement de la construction des infrastructures prioritaires de l’Université agricole de Kétou: François Abiola et Boni Yayi révolutionnent le monde universitaire


Vues : 2

Yayi AbiolaLe président de la République, Boni Yayi a procédé ce samedi 30 août 2014 au lancement des travaux de construction des infrastructures prioritaires de l’Université Agricole de Kétou. La cérémonie officielle de lancement s’est déroulée sur le site du campus de Sakété, en présence du ministre d’Etat François Adébayo Abiola, de plusieurs autres membres du gouvernement, du préfet des départements de l’Ouémé et du Plateau, Moukaram Badarou, des universitaires, de plusieurs maires, conseillers communaux, têtes couronnées, sages et notables ainsi qu’une foule impressionnante.

Du rêve à la réalité. C’est ce qu’on pourrait dire du lancement par le chef de l’Etat des travaux de construction des infrastructures prioritaires de l’Université agricole de Kétou (UAK). En effet, après la cérémonie de pose de la première pierre le 1er février 2013, beaucoup s’impatientaient par rapport à l’effectivité de ce projet. Mais depuis  le samedi dernier, les choses se précisent. Ainsi, d’ici à 12 mois, les infrastructures prioritaires de l’UAK seront entièrement réalisées sur les différents sites qui la composent. A Kétou, sur le site d’Awaï, il est prévu dans un délai de dix mois, la construction par le groupe MDC, du Rectorat, constitué d’un bâtiment Rez-de-chaussée  plus deux étages. Ensuite, dans un délai de six mois, la construction par l’entreprise RBC de la clôture, du portail, la guérite et les VRD pour un coût global de réalisation de 1 493 928 725 FCFA. A Idigni, toujours dans la commune de Kétou, il est prévu, dans un délai de dix mois, la construction par l’entreprise Mapolo Sarl, d’un block pédagogique de type R+1. Il est également prévu dans un délai de six mois la réalisation d’une grande bibliothèque et d’une infirmerie et enfin, la réalisation par l’entreprise MARA Service et le groupe HJ import-export dans un délai de six mois de la clôture, du portail et des VRD. Le montant total de ces différentes constructions est de 2 300 117 239 FCFA hors taxes et hors douane. Sur le site de Sakété, il sera construit par l’entreprise ABS international dans un délai de dix mois, un block pédagogique de type R+1. Toujours sur ce même site, l’entreprise SERAT-BTP dispose de huit mois pour réaliser une grande bibliothèque, une salle informatique et une infirmerie. Enfin, en six mois, l’entreprise Multi-Trans-Bénin doit réaliser les VRD, la clôture, la guérite et le portail. Le montant total de la réalisation de ces infrastructures sur le site de Sakété est de 1 745 700 197 FCFA hors taxes et hors douanes. Ainsi pour les trois sites, le coût global de réalisation de ces infrastructures est de 5 242 746 160 FCFA hors taxes, hors douanes. Il est important de signaler que les différentes entreprises choisies pour réaliser lesdites infrastructures ont pris séance tenante et devant le chef de l’Etat, des engagements fermes en vue du respect strict des délais de livraison des travaux.

« Le développement du Bénin passe par le développement de l’agriculture », dixit François Adébayo Abiola

Très heureux du démarrage effectif des travaux de construction des premières infrastructures de l’UAK, le ministre François Adébayo Abiola a déclaré que le développement du Bénin passe par le développement de son agriculture. Il a expliqué que l’UAK fournira à l’économie nationale des ressources humaines de hautes compétences techniques que sont les ingénieurs, savants, experts agricoles, vulgarisateurs ruraux, accompagnateurs des paysans, techniciens et spécialistes du foncier rural, des terres, de l’irrigation, de l’eau potable et de l’assainissement, de la mécanisation, de la production à grande échelle de diverses spéculations, des experts de la pluviométrie, de la production animale et végétale. Mieux, c’est une université ouverte sur les pays de la sous-région en raison de son caractère bilingue et sa tendance multilingue. C’est pourquoi il a tenu à remercier  le chef de l’Etat, le président Boni Yayi pour avoir eu cette vision de rapprochement des universités de ces concitoyens. Remerciements également, à l’endroit du Fonds saoudien pour son soutien financier ainsi qu’à l’endroit des maires, conseillers, autorités morales et religieuses des différentes communes qui abritent les campus de l’UAK  pour avoir accepté contre vents et marrés, mettre gracieusement à la disposition de son département ministériel ces sites.

Hugues E. Patinvoh

Reviews

  • Total Score 0%


Plus sur ce sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You cannot copy content of this page