.
.

Le triomphe de la vérité

.

Rencontre des PMA à Cotonou: Le succès de l’agriculture néozélandaise séduit les conférenciers


Vues : 1

C’est en sa qualité de représentant spécial du premier ministre néo-zélandais que l’ambassadrice des Nations Unies à Genève, Elis Amanda, a donné un point de presse, ce mercredi 30 juillet au Palais des congrès de Cotonou. A l’issue de cette rencontre riche en échanges avec les journalistes, l’invitée s’est prononcée sur l’importance de l’agriculture dans le développement de l’Afrique.

En prenant comme exemple la Nouvelle-Zélande qui a pu quitter le statut de PMA grâce à l’agriculture, Elis Amanda a expliqué à l’assistance, le mécanisme du développement de ce pays de 4 millions d’habitants. Pour elle, cet essor est dû à l’importance accordée à l’agriculture par la population. « 72% des exportations sont agricoles et 90 voire 95% de ces produits sont exportés », a-t-elle expliqué. Cette réalité est bénéfique, non seulement pour ses agriculteurs mais aussi pour la Nouvelle-Zélande. A cette réalité, l’intervention de la science à travers le développement de l’agro-business et de l’agro-industrie, a aussi eu un impact positif sur son économie. A titre d’exemple, un fermier néozélandais qui produit du lait, est à 937 mille dollars par an. Dans le souci d’aider les pays moins avancés à accéder au développement grâce à l’agriculture, la représentante du ministre affiche une certaine conviction dans cette œuvre par un renforcement des capacités agricoles. « Le continent africain dispose de 60% de terres arables et c’est un potentiel pour l’Afrique. Ce qu’il faut, c’est la recherche, l’appui aux associations gouvernementales et l’accès aux marchés », a-t-elle ajouté. Grâce à la conférence ministérielle sur les nouveaux partenariats pour le renforcement des capacités productives, la Nouvelle Zélande a noué un partenariat avec le Bénin, qui a pour ambition le développement du secteur agricole. Ceci, à travers le partage des connaissances agricoles, l’échange avec les experts agricoles nationaux et la facilité de l’accès des produits agricoles du Bénin aux marchés extérieurs. Dans ce cadre, le professeur Stephen Goldson de Lincoln University en Nouvelle Zélande, a annoncé une approche de soutiens aux projets des jeunes étudiants qui ont pour ambition d’embrasser la filière agricole et d’être des pionniers de son développement en Afrique.

Rastel DAN

Reviews

  • Total Score 0%


Plus sur ce sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

You cannot copy content of this page