.
.

Le triomphe de la vérité

.

Alphonse da Silva, directeur de l’Office du Bac: « Il n’y a eu ni fuite, ni substitution d’épreuves au Bac 2014 »


Vues : 13

Après l’organisation de la phase écrite du baccalauréat 2014, le directeur de l’Office du baccalauréat, Alphonse da Silva fait un point sommaire. Dans un entretien qu’il nous a accordé, il a passé en revue cet examen qui s’est déroulé sans la moindre erreur. Saluant l’accompagnement de ses collaborateurs et du ministre sous tutelle, il a rassuré que la suite du processus sera également sans erreur. A cet effet, il a annonce le démarrage de la correction prévu pour le 28 juillet prochain et la première délibération programmée pour le 07 août.
L’EVENEMENT PRECIS : Vos impressions au terme de la phase écrite du baccalauréat 2014

Le DOB/Alphonse da Silva : Je remercie le Seigneur et mes collaborateurs pour le travail soutenu qui a été abattu. Mon état d’esprit personnel, c’est le soulagement et la satisfaction. Sans être très élogieux à l’égard de moi-même, je dois dire que le travail est bien fait mais on peut encore mieux faire. Vous êtes le seul à tirer la kyrielle d’épreuves des différentes séries du Bac dans la grande confidentialité.

Comment avez-vous organisé cette étape pour que nous ayons des épreuves propres à la phase écrite, sans la moindre coquille ?
C’est vrai que l’écrit est la phase la plus difficile. Nous avons 128 épreuves pour 13 séries dont la série technique et technologique, le secrétariat etc. Je n’ai pas forcément fait ces spécialités. Mais il a fallu effectivement travailler d’arrache-pied pendant plus de trois mois, de jour comme de nuit, à saisir et surtout à faire le travail d’imprimeur. Car, c’est moi qui ai tiré près de 4,5 millions d’épreuves de pages. Aussi, ai-je collationné tout puisqu’il faut avoir les épreuves en main sûre. Je ne peux pas le confier à quelqu’un. C’est de longs mois de travail, de stress, de fatigue mais d’ardeur au travail. Cela se fera certainement sentir sur ma santé personnelle, car l’homme n’est pas fait de fer mais de chair… Mais c’est la nation qui m’a appelé à la tâche. Ce sont des responsables qui m’ont fait confiance à ce poste. Donc, j’assume ma part de construction de notre pays. Et, il fallait réussir absolument. Vous avez dit qu’il n’y a pas eu de coquilles sur les épreuves. Je suis surpris moi-même qu’il n’y ait aucune erreur dans toutes les épreuves. Il n’y a pas eu fuite d’épreuves, ni confusion d’épreuves encore moins de substitution etc. J’en sors satisfait, mes collaborateurs aussi, pourquoi pas tout le pays. Pour y arriver, il a fallu le soutien et l’encouragement de mon chef hiérarchique, le ministre François Adébayo Abiola. Il n’a cessé de m’appeler, de me conseiller, de m’accompagner. Il était pour moi aussi bien un frère, qu’un père, qu’un responsable hiérarchique.

En dépit de notre technologie limitée au Bénin, vous avez produit des listes d’émargement des candidats, des listes d’affichage et des convocations toutes avec photos des candidats sans se mélanger les pédales. Comment tout ça a été possible ?
Là aussi, c’est une autre paire de manche. Avec mes collaborateurs, nous sommes obligés de faire un travail d’épiciers pour contrôler chaque dossier, chaque photo sur plusieurs paliers afin d’éviter la moindre erreur, la moindre interférence malencontreuse. C’est un travail très harassant. Les collaborateurs le savent et le font avec beaucoup d’engouement et de concentration. A partir de la réception du dossier de candidature au premier, deuxième, troisième contrôle, dépouillement, scannage. Là aussi, c’est une phase très importante. Car, elle concerne aussi bien les listes d’émargement, d’affichage que les convocations. Tout ceci a été fait de façon méticuleuse. Après, il y a eu la phase d’impression des convocations, de distribution et la phase des épreuves pratiques et écrites. C’est toute une vie, l’organisation du bac. Le bac dans sa préparation réunit plus de 300.000 personnes, les enseignants, les élèves, les parents d’élèves, le personnel de conception, d’appui et de soutien qui travaillent sans relâche pendant au moins six mois d’affilée pour son aboutissement.

D’aucuns disent qu’à l’avènement de votre équipe à la tête de l’Office du Baccalauréat, l’organisation du Bac a été réinventée avec une bonne dose de technologies soutenues par des innovations les unes couronnées de succès et les autres retentissant loin de nos frontières. Que direz-vous ?
Eh bien, il n’est pas bien de parler de soi-même. J’ai suivi le chemin tracé par mes prédécesseurs que je remercie et que je salue avec beaucoup de considération. Mais, il a fallu mieux faire parce que la technologie nous rattrape et nous dépasse parfois. Nous avons dû faire avec la nouvelle technologie pour atteindre le scannage des photos. Nous réservons une surprise pour étonner à la fin de cette session du baccalauréat. Nous travaillons à présenter la meilleure image de notre pays pour ce qui concerne l’organisation du baccalauréat.

Quelle est la suite du calendrier du déroulement du Bac ?
Après la phase écrite, il y a la session de conception et d’élaboration du corrigé-type et du barème qui a démarré depuis le jeudi 17 juillet. Tous les enseignants se retrouvent pour juger des difficultés et des pièges contenus dans les épreuves en vue de fixer un barème en conséquence pour mieux apprécier la copie des apprenants. Aussi, la phase de secrétariat a-t-elle commencé dans les différents centres de correction.  Le ramassage des copies des centres de composition vers les centres de correction est automatique. Ensuite, il y a le contrôle des copies en vue de voir si les candidats ont bien écrit leurs noms, leurs numéros et ensuite suivra la phase technique qu’on appelle ‘’pair et impair des copies’’. Elle sera bouclée par la compilation des copies. Cette phase finira par l’étape d’anonymat faite avec des stylos très spécifiés. Après l’anonymat, il y aura la préparation de la correction. Mais, avant, il y a la permutation des copies par département pour éviter que les correcteurs ne connaissent la provenance des copies. Ensuite, il y aura le démarrage de la correction prévu pour le 28 juillet. C’est vrai qu’il y a la fête de Ramadan et la fête d’accession à l’indépendance de notre pays. Nous en tiendrons compte dans l’organisation. Nous projetons la première délibération au 07 août. Ensuite, la deuxième délibération le 9 août et la 3ème autour de 16 août.

Qu’en est-il de la session des malades ?
La session des malades est destinée à ceux qui sont tombés malades au cours des compositions ou tout juste avant l’examen. Ceci est certifié par un médecin assermenté. La session des malades va se dérouler le 13 août prochain dans la logique du respect du délai d’un mois, selon les dispositions qui régissent le bac. Les candidats de cette session seront mis dans les mêmes conditions que les candidats de la session normale.

Est-ce que nous pouvons avoir une idée des absents à la session qui vient de s’achever ?
En attendant de faire une compilation correcte, il faut rappeler que nous avons eu moins de candidats absents cette année que l’année derrière puisque les consignes ont été suivies. Le nombre d’absents tourne autour d’un sixième du nombre des candidats au bac 2014. La grande majorité des absents se trouve parmi les élèves des classes de seconde, première etc… qui ont tenté de faire une inscription frauduleuse. Les communiqués de l’Autorité de lutte contre la corruption et l’appel du ministre d’Etat ont dissuadé ces fraudeurs à l’inscription. 80 % des absents à la phase écrite sont parmi les élèves de classes inférieures frauduleusement inscrits. En somme, l’action de l’autorité de lutte contre la corruption et l’action du gouvernement à travers l’arrêté interministériel que le ministre d’Etat et le ministre de l’enseignement secondaire, Alassane Djemba ont signé, ont contribué efficacement à dérouter les fraudeurs. Tout ceci contribue à organiser un bac clair au Bénin pour garder sa place de leader dans la sous région.

Les fraudeurs ont la peau dure. Est-ce que vous en avez épinglé durant la phase écoulée ?
Quelques mercenaires sont épinglés. Le nombre est nettement inférieur à celui de l’année dernière. En attendant que j’aie tous les procès-verbaux, il y a des fraudeurs aussi bien dans la partie septentrionale que dans la partie méridionale surtout dans le Plateau, à Pobè. Ils seront
sévèrement punis.

Si vous avez un message à l’endroit des enseignants, les candidats et toute la chaine de secrétariat que direz-vous ?
A l’endroit des candidats qui ont composé, ils ont déjà fait leur travail. Les autres phases vont suivre normalement. Je leur souhaite bonne chance à la lumière des efforts fournis. A l’endroit des enseignants, je lance un appel pressant pour dire que la tâche continue. Après la réussite de l’écrit, il faut gagner le pari des autres étapes. Ils savent le faire et je suis convaincu qu’ils le feront avec détermination et professionnalisme. Aux parents d’élèves, c’est l’attente. Je souhaite que la bonne nouvelle arrive.

Propos recueillis par la rédaction

Reviews

  • Total Score 0%



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

You cannot copy content of this page