.
.

Le triomphe de la vérité

.

Dossier spécial Coupe du monde Brésil 2014/Modeste ANIWANOU, journaliste sportif et correspondant d’Africa N°1 au Bénin au sujet de la coupe du monde: « Les Béninois ont fait de cette compétition une véritable religion »


Vues : 5

Il fait partie des rares journalistes béninois à avoir connu des moments exceptionnels en couvrant les compétitions africaines et mondiales. En cette période où les Béninois sont à l’unisson avec les voisins du monde entier pour suivre le mondial au pays du Roi Pelé, l’expérimenté nous parle du niveau général de la compétition, des particularités de cette édition et des différentes sorties des représentants africains dans cette coupe du monde.

L’Evénement Précis: Vu votre grande expérience et vos relation sur les  compétitions internationales, quelle est votre appréciation du niveau général des 32 équipes de la XXème coupe du monde de football ?

Modeste Aniwanou : Ecoutez ! Il y a forcement un nivellement des valeurs qui s’opère dans cette coupe du monde de football. Personne n’attendait  le Costa Rica encore moins le Chili à cette étape de la compétition avec des oppositions dignes de nom. Ces deux formations par exemple, nous ont prouvé qu’elles se sont bien préparées avant l’entame de la coupe du monde.  Il y a aussi des déceptions, notamment, l’Espagne de Bixente Del Bosque, l’Angleterre… qui sortiront par la petite porte de la compétition. Ces deux formations européennes pourraient aller loin si elles n’étaient pas passives au niveau de leur bastion défensif et si elles étaient venues jouer véritablement au ballon.

Venons-en aux formations africaines qualifiées pour ce mondial. Bilan à mi-parcours
Personnellement, je ne misais pas sur cette équipe camerounaise. Même l’une des anciennes valeurs de cette formation, Patrick Mboma, a laissé entendre juste après le tirage au sort que les Lions Indomptables sont qualifiés par un trou de souris pour ce mondial et que cette équipe fera piètre figure. Selon lui, il y a aussi le fait que les joueurs ne s’entendent pas  entre eux sans oublier les clivages au niveau des responsables chargés d’administrer ce football. Donc quand on prend ces deux facteurs, c’est dans un univers pollué que les Lions allaient évoluer. Les résultats sont là. Face au Mexique, ils ont été sans réaction pendant 90mn et même quand l’équipe adverse a ouvert le score. Face à la Croatie, c’est un Cameroun qui est passé à la trappe 4-0. Le match face au Brésil vient les renvoyer définitivement du mondial pour manque de sérieux et copie sale. Il va falloir refaire entièrement et totalement la maison des Lions. De l’autre côté, les Black Stars qui ont perdu leur match face aux Etats-Unis ont commis un grand péché. C’est une explication à ne jamais perdre. Il faut avoir des stylos en main maintenant pour faire des calclus. Mais, j’ai la malheureuse présomption que ces Ghanéens risquent de sortir au premier tour malgré que ce soit, à mon avis, la meilleure formation africaine à cette coupe du monde au Brésil. L’Algérie m’a surpris agréablement. Mais, j’attends son dernier match pour me situer sur cette formation. Au-delà de tout, ce mondial nous a montré qu’il faut faire attention avec les pronostics. Un Nigéria un  peu décevant. On a attendu autre chose de cette formation des Super Eagles. J’espère que le coach trouvera le gris-gris nécessaire pour permettre à cette formation nigériane d’aller au second tour. Je vais finir par les Eléphants de la Côte d’Ivoire. Ils avaient la possibilité de se mettre à l’abri avec un nul face à la Colombie. Il y a beaucoup de valeurs au sein de cette formation ivoirienne. Donc elle a son destin en main pour la suite de la compétition. Je pense qu’ils vont laisser le chichi de côté et jouer au ballon.

En tant qu’homme averti, comment vous voyez l’adhésion du peuple béninois à cette coupe du monde ?
Il faut dire que tous les après-midis et tous les soirs, le football est devenu une religion ici au Bénin. Chacun va à sa messe. On trouve un bar, un lieu public ou quelque part où il y a un écran géant ou un poste téléviseur pour suivre les matches. Lorsque vous faites un tour dans la ville de Cotonou les nuits, elle est complètement déserte ; chacun est devant son poste téléviseur pour suivre son match. Je crois que les Béninois ont fait de cette coupe du monde une véritable religion qui a beaucoup d’adeptes. Dans la ville, il y a de petits groupes qui se créent ça et là selon les affinités pour suivre les matchs même au-delà de 1h du matin avant de repartir à la maison.

Malheureusement tout ceci sans les Ecureuils du Bénin…
Lorsque nous avons une fédération comme la nôtre, nous avons tout ce qui se passe ici au Bénin où le football est devenu un lieu où il faut aller pour se mettre plein la poche, il ne peut en être autrement. Je pense que les dirigeants tireront les leçons qui s’imposent et sauront que pour mériter de participer à une compétition continentale ou internationale, il faut batailler dur, ne rien laisser au hasard,  créer une bonne ambition et une synergie autour de ce football béninois.

Votre mot de la fin…
Je souhaite que la meilleure nation puisse remporter cette coupe du monde de football et que l’Afrique puisse prendre véritablement conscience qu’il est grand temps maintenant que les Africains puissent faire la différence dans une compétition d’envergure. Nous n’allons pas passer tout le temps à s’arrêter en quart de finale ou à sortir au premier tour de la compétition. Nous avons des valeurs sur le continent qui peuvent faire le boulot. Il faut laisser les entraineurs sans job et mourants chez eux et faire confiance aux techniciens nationaux qui ont la capacité de conduire loin les sélections nationales africaines.

Propos recueillis par José Mathias COMBOU

Reviews

  • Total Score 0%


Plus sur ce sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

You cannot copy content of this page