.
.

Le triomphe de la vérité

.

Après ses déboires et la prison au Bénin: Simon Pierre Adovèlandé s’installe définitivement au Ghana


Vues : 2

L’homme vend désormais son expertise aux Ghanéens. Simon Pierre Adovèlandé, ex coordonnateur national du Millénium challenge account et toute sa famille se sont définitivement installés au pays  de John Mahamat Dramani  depuis quelques mois, selon des sources bien informées. Il y a créé  un cabinet d’expertise de haut niveau sur les questions de développement et offrirait déjà de très grandes prestations au gouvernement ghanéen ainsi qu’aux autres états de la sous-région qui le sollicitent régulièrement, a-t-on appris des mêmes sources. Simon Pierre Adovèlandé aurait des raisons valables de choisir ce pays, comme nouvelle terre d’adoption, le Ghana étant calqué sur le  modèle de développement américain. Cet expert international qui a longtemps travaillé dans le système des Nations Unies ne serait pas prêt à revenir au Bénin, pour y avoir vécu, il y a quelques mois des situations assez difficiles. Son arrestation, courant décembre 2009 et son emprisonnement dans l’affaire Betsaleel Bulding est l’un des moments les plus tristes de sa vie, lui, l’homme respectable et respecté dans l’intelligentsia béninoise.  On lui reproche dans cette affaire un délit commercial, commis par la société Bethsaleel Bulding dont il assurait la présidence du Conseil d’administration. Il y aurait eu, en effet, un flou dans la gestion des fonds alloués par les bailleurs de fonds dans le cadre du projet de construction de logements sociaux dans la commune d’Abomey Calavi par le  Groupe Betsaleel Building. Pour n’avoir pas remboursé leurs dettes, estimées à près de 2 milliards,  ni procédé aux régularisations nécessaires, les dirigeants de ce groupe dont Simon Pierre Adovèlandé ont été interpellés par la justice qui s’est engagée sur la voie pénale.   Il a été donc jeté en prison, alors qu’il conduisait le premier compact de Mca, avec beaucoup de dynamisme, selon les témoignages reçus à l’époque. Il y passera pratiquement un an avant de bénéficier d’une liberté provisoire.
D’aucuns n’avaient pas manqué de  soupçonner, en son temps, le gouvernement de Boni Yayi de ficeler ce plan d’arrestation, pour empêcher Simon Pierre Adovèlandé de faire prospérer les ambitions qu’on lui collait  à propos de la  présidentielle 2011. Si l’homme n’en n’avait jamais fait cas officiellement, à quelque occasion,  il aurait mis en branle une préparation secrète  autour de sa candidature.
Bref, Simon Pierre Adovèlandé est aujourd’hui loin de tous ses déboires, et se délecte d’une vie tranquille au Ghana entre son cabinet d’expertise et sa petite famille. Il aurait également ouvert une boite de nuit de haut standing à Lomé avec un associé dont le nom reste inconnu du grand public. D’autres informations rapportent que le climat ne serait plus au beau fixe entre lui et son grand frère Christian Pierre Adovèlandé, actuel président  de la Banque ouest-africaine de développement (Boad). Entre autres raisons, des voies indiscrètes avancent la présidentielle de 2016, pour laquelle, le grand frère serait partant contre l’opposition farouche du jeune frère.

Christian Tchanou

Reviews

  • Total Score 0%


Plus sur ce sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You cannot copy content of this page