.
.

Le triomphe de la vérité

.

Passation de service hier entre Pierre Agossadou et Lambert Agblo: De fermes instructions au nouveau commissaire central de Cotonou


Vues : 1

«Désormais, nous travaillerons dans la dynamique de la gestion axée sur les résultats », a annoncé hier Nazaire Hounnoupkè, le directeur général adjoint de la police nationale. C’était à la cérémonie de passation de service entre l’ancien et le nouveau commissaire central de Cotonou. Lambert Agblo, qui a pris depuis hier les rênes de cette unité de police à la tête de la ville, a reçu un cahier de charges contenant des instructions fermes. Obligation d’apporter aide et protection aux citoyens, d’inculquer la culture de la pro-activité à l’ensemble du personnel, de travailler à rapprocher davantage la police de la population, de mettre en place un mécanisme de coordination de l’ensemble des unités opérationnelles de la ville, de répertorier et démanteler systématiquement tous les ghettos de la ville dans un délai de 12 mois. Ce sont autant de points que contient ce cahier de charges qui, apparemment, tient beaucoup à cœur à la direction générale de la police nationale. « C’est terminé, la navigation à vue. Celui qui n’aurait pas atteint ces résultats doit savoir qu’il ne va pas attendre longtemps avant de commencer à faire ses valises », a prévenu hier l’adjoint du DGPN.
Le nouveau commissaire central de Cotonou affirme mesurer l’immensité de la tâche qui l’attend. « Je me retrouve dos au mur et face à l’épreuve qui consiste à sécuriser et à centraliser les opérations de protection de la plus grande ville du Bénin », avoue-t-il, mais souligne que l’insécurité doit être appréhendée comme une affaire de tout le monde. «Votre serviteur n’est pas sorti de la cuisse de Jupiter pour venir décréter l’apocalypse des criminels de tout poids qui continuent de sévir dans Cotonou. La collaboration de tous et de chacun est donc nécessaire dans la réussite de notre mission », a également déclaré Lambert Agblo, précédemment commissaire central de Porto-Novo. Il n’a pas manqué de rendre un hommage mérité au gardien de la paix, Crespin Dènon, récemment abattu lors d’un braquage à Cotonou et qui a été inhumé hier, dans la matinée, dans son village natal à Zè.
L’homme vient de passer 11 mois 20 jours à la tête du commissariat central de Cotonou et est appelé à assurer les mêmes fonctions dans la capitale politique du Bénin, Porto-Novo. Pierre Agossadou pense avoir donné le meilleur de lui-même pour la lutte contre l’insécurité sous toutes ses formes à Cotonou. Il a rendu, hier, un vibrant hommage à tous ses collaborateurs qui l’ont soutenu dans l’exercice de ses fonctions et les a invités à en faire davantage avec son successeur. Neutralisation de plusieurs malfrats et implication personnelle dans le traditionnel passage sur la piste cyclable sont, entre autres, les exploits à mettre à l’actif de Pierre Agossadou, selon le porte-parole du personnel du commissariat central de Cotonou, Richard Akplogan. « Vos capacités intellectuelles, votre jeunesse et autres atouts nous rassurent davantage que vous ferez encore mieux », s’est réjoui ce dernier, parlant de leur nouveau patron.

Christian Tchanou

Reviews

  • Total Score 0%


Plus sur ce sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

You cannot copy content of this page