.
.

Le triomphe de la vérité

.

Déclaration de Oswald Homeky, président du Front pour l’alternative en 2016: « Le départ de Yayi en 2016 est le grand combat que nous mènerons »


Vues : 1

Oswald Homeky se dit déterminé aux côtés de plusieurs jeunes, comme lui, à mener le combat qu’il faut pour réaliser une alternance au pouvoir à la prochaine présidentielle. Président du Front pour l’Alternance en 2016, l’homme  était l’invité de l’émission «Zone Franche » de Canal 3 de ce dimanche et n’a point caché sa détermination à « faire partir » Boni Yayi en 2016. « Nous allons user de toutes les voies démocratiques et de toutes les lois républicaines pour atteindre cet objectif », a-t-il promis, visiblement dubitatif sur le départ effectif du président Boni Yayi du pouvoir dans moins de deux ans, en dépit de toutes les assurances qu’il a déjà faites à ce propos. « Même si cela devient nécessaire, le Front ira au front », a-t-il annoncé.

Le Front pour l’alternative en 2016 est une organisation de jeunes qui a vu le jour le 06 avril 2014 dernier. En plus des premières actions qu’il a déjà menées, il entame bientôt une tournée nationale pour aller à la rencontre des jeunes de toutes les communes du Bénin et les sensibiliser sur la nécessité d’adhérer à ce regroupement en vue des combats à venir. « Je demande aux jeunes de briser la glace, de ne plus avoir peur de quelque autorité qu’elle soit, fut-elle président de la république », a martelé hier l’invité de Canal 3. « La politique est un sacerdoce et je regrette amèrement, la manière dont on exploite aujourd’hui des leaders, de jeunes béninois qui se contentent du titre de « fous du roi » ou de « chiens d’attaque », a affirmé Oswald Komeky, faisant allusion à quelques jeunes qui agissent aujourd’hui en faveur de la mouvance présidentielle. « Pour moi, la politique n’est pas un jeu d’intérêt, mais une dynamique pour atteindre de très bons résultats. Le Bénin est désormais dans l’essor économique et c’est sa jeunesse qui va s’en charger», a affirmé aussi l’homme qu’on dit très proche du président Abdoulaye Bio Tchané, très probable candidat à la présidentielle 2016. Mais Oswald Homéky déclare être en contact avec beaucoup d’autres présidentiables, et pense que l’essentiel est qu’il y ait réellement une alternance au pouvoir en 2016.

L’invité ne s’est pas privé non plus de réagir à la grosse actualité du moment, à savoir le pardon de Boni Yayi à Patrice Talon et consorts, dans les affaires dites de tentative d’empoisonnement et de coup d’Etat contre sa personne. «Je n’en suis pas ému, car c’est une application tardive d’une décision de justice », a-t-il dit, ajoutant que ce pardon est un «non évènement», même s’il se veut heureux de constater qu’enfin, « le chef de l’Etat ait compris que cette affaire ne lui apporterait rien». Il se désole aussi que Boni Yayi ait pris en otage tout le pays avec cette affaire sous ses émotions personnelles. Ce pardon, a-t-il souhaité, par ailleurs, doit être accompagné d’actes, au nombre desquels, la libération effective des personnes détenues et le rétablissement des juges Angelo Houssou et Justin Gbènamèto dans leurs droits pour avoir subi de tristes sorts relatifs à des positions qu’ils ont eues dans cette affaire

Entre autres sujets abordés, l’invité de Canal 3 a également insisté sur la nécessité de faire doter le Bénin d’une véritable Liste électorale permanente informatisée, après la correction en cours.

Christian TCHANOU

Reviews

  • Total Score 0%



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You cannot copy content of this page