.
.

Le triomphe de la vérité

.

Présentation de cahier de doléances au Ministère de l’industrie: Naomie Azaria prône une industrie rénovée


Vues : 1

AzariaLe secteur industriel béninois traverse des situations difficiles méritant le secours du Gouvernement. Pour y remédier, l’Association nationale des industriels du Bénin (ASNIB) a rencontré le vendredi 21 mars dernier dans les locaux du Ministère, la ministre de l’industrie, Naomie Azaria.A cette occasion, les acteurs du secteur conduits par le président Raffet Loko,ont présenté à l’autorité, les problèmes auxquels ils sont confrontés. Ils sont, selon le vice-président, Arnaud Dègla, de deux ordres. Il s’agit des doléances industrielles et commerciales.

Les doléances industrielles

Les premiers problèmes que relèvent les industriels sont ceux relatifs au coût élevé de l’énergie électrique, l’absence d’une institution financière adaptée au financement des projets industriels. Ils exigent également la modulation du taux de TVA de façon substantielle et ce en accord avec les pays de l’UEMOA et de la CEDEAO pour son uniformisation. Une mesure qui, selonle vice-président, Arnaud Dègla, favorisera une forte consommation des produits. Elle limitera, a-t-il précisé, les fraudes exercées sur ces produits par les forces de sécurité. Dans ce cas,a-t-il confirmé, le Bénin verra davantage ses produits exportés vers les autres pays hors espaces communautaires, et mieux, sera réduit le taux de faillite des industries. Pour le développement du secteur, l’ASNIB pense également qu’il s’avère nécessaire de créer une banque d’investissement qui sera aussi appuyée par le Gouvernement soucieux de rendre disponible, les matières premières locales à un coût abordable et compétitif pour les usines transformatrices.Enfin, l’association a réclamé sa participation à certains conseils d’administration en rapport avec la production industrielle.

Problèmes commerciaux : les produits locaux non consommés

Le cahier de doléances présenté au ministre de l’industrie comporte aussi bien des problèmes industriels que commerciaux. Parlant de ce second volet,les différents chefs d’entreprises industrielles ayant pris la parole ont dénoncé les défaillances dans la distribution des produits fabriqués au plan local, dans la sous-région et dans le monde. Pour mieux maitriser la situation, le trésorier de l’ASNIB, Hicham SAYEDa proposé une rencontre avec les importateurs pour une meilleure sensibilisation. Ce qui, selon lui, permettra à l’ASNIB de s’informer sur les différences prévisionnelles pouvant couvrir les besoins du marché national et international.

Naomie Azaria rassure les industriels béninois

« Ne vous découragez pas, je suis informée des problèmes. Comptez sur la volonté manifeste du gouvernement afin que les goulots d’étranglement soient levés pour la redynamisation du secteur industriel béninois. Le gouvernement a pris des dispositions pour l’amélioration du climat des affaires et l’augmentation de la valeur ajoutée ». C’est donc en ces termes que la ministre de l’industrie, Naomie Azaria répondait à ses hôtes. Après avoir permis à ses cadres et directeurs techniques de se prononcer sur les problèmes, elle a promis une nouvelle feuille de route avec le secteur industriel. L’autorité a, au nom du gouvernement,confirmé en quoi, l’industrie est aujourd’hui, un secteur porteur d’espoir à ne pas négliger, au regard du problème de sous-emploi que vit le Bénin. En attendant, le séminaire sur la relance du secteur industriel prévu pour cette année,la ministre a promis la mise en place d’une commission interministérielle qui se chargera d’aider le gouvernement à apporter des éléments de réponse aux différentes doléances.

Emmanuel GBETO

Reviews

  • Total Score 0%


Plus sur ce sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You cannot copy content of this page