.
.

Le triomphe de la vérité

.

Climat des affaires au Bénin: Les remèdes du Cpi pour un meilleur accès des Pme aux crédits


Vues : 1

A la suite de récentes mesures prises par le gouvernement pour faciliter les conditions de création d’une entreprise au Bénin, le Conseil présidentiel d’investissement (Cpi) vient de faire de nouvelles propositions, dont un meilleur accès des Petites et moyennes entreprises (Pme) aux crédits en vue de leur assurer une longue vie. C’était mercredi dernier lors d’une conférence de presse au Ministère des Finances et de l’Economie.

Lever les barrières qui empêchent l’accès au crédit par les Petites et moyennes entreprises (Pme). C’est l’un des remèdes forts que propose le  Cpi pour leur assurer une réelle vitalité. Pour ce faire, il va falloir que les jeunes, selon cette institution, se rapprochent régulièrement des « Business promotion center », du fait de la forte garantie exigée par les banques de la place. A cette conférence de presse, les responsables du Cpi soulignent aussi qu’il est très important que la certification des états financiers, comptes et bilans de l’entreprise soit positivement perçue des chefs des Pme, que les Centres de gestion agréés (Cga) soient mieux connus et régulièrement saisis par les micro et petites entreprises,  sa certification étant reconnue par l’Association professionnelle des banques et établissements financiers (Apbef). Le Cpi, d’après Aurel Houngbédji et Christophe Vignigbé, propose également l’amélioration de la législation en vigueur sur les sûretés et création des bureaux d’information sur le crédit (BIC) ou « Crédit bureau ». Mieux encore, le Cpi voudrait voir l’amélioration de l’étendue de l’information sur le crédit à travers la création de « Bureaux d’information sur le crédit (Bic) » ou « Crédit Bureau », en accélérant le processus de transposition au plan national de la loi uniforme Uemoa y relative. Nasser Yayi, secrétaire permanent du Cpi, pour sa part, n’a pas manqué de reconnaitre que la plupart des prêts accordés par les banques semblent difficilement dépasser la durée d’une année. La solution ici, selon lui, est de faire intervenir les institutions multilatérales comme la Banque africaine de développement (Bad), la Banque ouest-africaine de développement (Boad) ou autres partenaires dans la mobilisation et la mise à disposition des Pme de ressources à long terme auprès des banques commerciales. Il a aussi exhorté les promoteurs d’entreprises à prendre au sérieux leurs compétences managériales en ce qui concerne l’élaboration du plan d’affaires.

Autant de remèdes que proposent ainsi les responsables du Cpi, après les mesures récemment prises par le gouvernement pour faciliter les conditions de création d’entreprises au Bénin. Depuis des années, en effet, il fallait avoir au minimum une somme de 500.000 F pour créer une entreprise. Ce montant est passé de 500.000 F à 225.000 F dans un premier temps et, tout dernièrement, par le décret N°2014 du 13 mars, il a été nettement revu à la baisse et est aujourd’hui à 150.000 F CFA. D’où la perspective d’une augmentation rapide  du nombre des entreprises au Bénin. Mais le souci du CPI est leur pérennité, lorsqu’on sait que nombre de ces entreprises ne dépassent pas souvent 5 ans d’existence dans un pays où le crédit bancaire constitue une source faible de financement pour ces dernières. Selon le Cpi, le Bénin a un ratio crédit intérieur qui se situe autour de 24 %, inférieur à ceux du Togo et du Sénégal qui sont les seuls pays de l’Uemoa dont le ratio crédit intérieur au secteur privé rapporté au Pib tourne autour de 31%.

Christian TCHANOU

Reviews

  • Total Score 0%


Plus sur ce sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You cannot copy content of this page