.
.

Le triomphe de la vérité

.

Journée internationale de la femme à Parakou: les engagements de Boni Yayi pour un mieux être social des femmes


Vues : 4

DSC_0213La ville de Parakou a vibré, samedi, aux rythmes des festivités officielles marquant la 19ème  édition de la  Journée internationale de la femme sous le haut parrainage du Chef de l’Etat, Boni Yayi en présence des femmes venues des coins et recoins du Bénin.

Autour du chef de l’Etat, Boni Yayi et de son épouse, la ministre en charge de la Famille, Marie-Laurence Sranon Sossou a mobilisé plusieurs centaines de femmes pour magnifier la femme et plaider sa cause. Députés, ministres, cadres à divers niveaux de la République n’ont pas manqué le rendez-vous. A cette occasion, les discours ont été empreints d’engagement à mieux se battre pour compter à part entière dans la société et au niveau des instances de prise de décisions. De l’argumentaire des femmes pour un mieux-être social à l’appel de Marie-Laurence Sranon Sossou, le ton n’a pas varié. Boni Yayi, Président de la République a d’abord félicité la ministre Sranon pour sa dextérité dans la mise en œuvre de la politique de promotion de la femme au Bénin. Dans un ton qu’on lui connaît, Boni Yayi a fait des propositions et souhaité que de franches et sincères discussions soient engagées pour des résolutions concrètes sur la situation de la femme. Devant des femmes venues des quatre coins du pays et de l’extérieur du Bénin, Boni Yayi a, une fois encore, réitéré son engagement à lutter contre la marginalisation et surtout les pratiques néfastes qui freinent l’émancipation et l’autonomisation de la femme au Bénin. En bon père et époux, le président Boni Yayi a fait siennes toutes les doléances exprimées par les femmes au cours de cette cérémonie. Les femmes ont, en effet, émis le vœu de voir la journée du 08 mars chômée et payée. Mais, pour cette question, Boni Yayi a invité tout le peuple béninois à engager une réflexion sur le sujet, car selon lui, il ne lui revient pas d’en décider. « L’atteinte des objectifs du millénaire pour le développement ne peut se faire sans l’implication des femmes », a-t-il déclaré. « C’est la femme qui fait démarrer la société et qui la fait progresser. Vous, les hommes ! Ne violentez donc plus les femmes », a-t-elle plaidé à l’endroit des auteurs des violences faites aux femmes. Un match de football féminin a mis fin aux manifestations officielles en présence du Chef de l’Etat, Boni Yayi.

Au-delà des festivités !

 Le 08 mars n’était pas que la fête. Au nombre des activités exécutées depuis plusieurs semaines par le Ministère de la Famille, il y a des séances de formations, de sensibilisation et de vulgarisation dans plusieurs communes sur les violences faites aux femmes, la répression des mutilations génitales féminines et la santé de reproduction. Des membres des groupements féminins ayant reçu des appuis du Ministère ont été formées en gestion financière et du matériel. Une grande foire commerciale a eu lieu pour valoriser les potentialités créatrices des femmes. Durant toute la période, les réseaux des femmes leaders ont assuré avec éclat la vulgarisation de l’argumentaire sur la participation des femmes aux instances de prise de décisions.

 Yannick SOMALON

Reviews

  • Total Score 0%


Plus sur ce sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You cannot copy content of this page