.
.

Le triomphe de la vérité

.

6ème round des négociations entre gouvernement et syndicats: Les syndicats arrachent la satisfaction de deux revendications


Vues : 6

les secrétaires généraux appellent les travailleurs au respect du mouvement de ce jourC’est aux environs de 00 heures que le 6ème round des négociations a pris fin le vendredi 07 mars dernier à l’Infosec. Démarré dans la matinée vers 09 heures, sans caméras, micros et stylos, sur instructions des autorités gouvernementales, cette nouvelle rencontre n’aura pas connu l’avancée souhaitée par les représentants des travailleurs. Seulement, le Salaire Minimum Interprofessionnel Garanti (SMIG) qui était à 31.625 Fcfa depuis le conseil des ministres ordinaire du mercredi 25 mars 2009 a connu une augmentation. Sixième point du cahier de charges des syndicalistes, il passe désormais à 40.000 F Cfa. Après, le gouvernement a confirmé la restitution des défalcations 2014. Il a fixé mars comme date butoir. C’est dire donc que tous les travailleurs ayant connu de défalcations sur leurs salaires de janvier et février 2014 vont être remboursés.

Les autres points et la signature du relevé des conclusions

Cette rencontre supposée celle de tous les espoirs mais ayant duré environs 15 heures d’horloge a été marquée par la signature d’un relevé des conclusions des négociations. Le contenu du document signé par les deux parties, à savoir, les ministres, les facilitateurs et les responsables syndicaux porte sur les points d’accord et de désaccord. En réalité, sur les sept (07) points objets de revendications, le gouvernement n’a satisfait que deux (02). Par contre, pour ce qui concerne, la restitution des défalcations 2012 et les 25% demandés par les enseignants, le gouvernement et le médiateur estiment que cela doit être débattu par la grande commission Gouvernement/centrales syndicales. Une proposition qui a été très vite balayée du revers de la main par les syndicalistes. Pour ce qui est du limogeage du préfet de l’Atlantique-Littoral, Placide Azandé et du commissaire central de Cotonou, Pierre Agossadou, le gouvernement exige une procédure disciplinaire d’abord avant une décision de sanction. Enfin, après de longues discussions sur le concours frauduleux objet de la marche pacifique réprimée le 27 décembre 2013, le gouvernement pense qu’il faut attendre les conclusions de la commission Moïse Mensah avant d’agir. Une proposition aussitôt rejetée par les syndicalistes. Par ailleurs, parlant de la question de la sédentarisation des vacataires, les Ministères sectoriels sont chargés de trouver les solutions de même que toutes les questions relevant de leurs compétences. En conclusion, le gouvernement n’a pas donné satisfaction aux revendications objet de la grève démarré depuis le 07 janvier 2014. En conséquence, la grève se poursuit cette semaine, à compter du mardi 11 et ce, au jeudi 13 mars 2014.

Emmanuel GBETO

Reviews

  • Total Score 0%



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You cannot copy content of this page