.
.

Le triomphe de la vérité

.

Suspension sous conditions de la grève de l’Unamab et du Syntrajab: La tension baisse, le travail reprend


Vues : 9

Michel ADJAKAL’Union Nationale des Magistrats du Bénin (UNAMAB)  a  décidé de suspendre son mouvement de grève pour une durée d’environ un mois.  Cette décision a été prise hier à l’issue d’une assemblée générale extraordinaire tenue hier  dans les locaux du Tribunal de première instance à Cotonou.  L’UNAMAB donne jusqu’au vendredi 04 avril 2014 au Gouvernement pour, dit-elle,  concrétiser les mesures de sécurité promises et parachever le processus de correction des irrégularités. Passé ce délai, prévient-elle,  l’assemblée générale donnera pleins pouvoirs au Bureau exécutif  de l’UNAMAB pour reprendre le mouvement de grève.  Lire ci-après l’intégralité  de cette déclaration de presse et celle du syntrajab.

DECLARATION DE PRESSE DE L’ASSEMBLEE GENERALE DE L’UNION NATIONALE DES MAGISTRATS DU BENIN (UNAMAB)

Réunie en assemblée générale extraordinaire ce jour mardi 04 mars 2014, l’Union Nationale des Magistrats du Bénin a procédé à une évaluation du mouvement de grève déclenchée le 03 décembre 2013. Ledit mouvement vise à exiger du Gouvernement :
1- la rétrocession de l’intégralité des fonds illégalement et arbitrairement défalqués;
2- la mise en place d’un dispositif pour assurer la sécurité de tous les magistrats;
3- la correction des irrégularités contenues dans les nominations de 2013 et de 2014.
En ce qui concerne la revendication incidente relative à la rétrocession des défalcations sur salaires opérées en janvier et février 2014, l’assemblée générale a pris acte de ce que le Président de la République, dans son adresse à la nation du 28 février 2014, s’est engagé formellement devant l’opinion publique nationale et internationale à les faire restituer.
Sur la question de la sécurité des magistrats, l’assemblée générale a noté que les négociations enclenchées avec le Gouvernement ont abouti à la mise en place d’un cadre de réflexions et d’actions avec les forces de sécurité pour identifier les mesures susceptibles d’assurer la sécurité du magistrat tant au service qu’à domicile.
S’agissant du troisième point de revendication, l’UNAMAB a relevé que les nominations prononcées les 18 décembre 2013, 20 janvier 2014 et 26 février 2014, en dépit des efforts consentis par le Conseil Supérieur de la Magistrature, recèlent de nombreuses irrégularités attentatoires à la crédibilité et à l’indépendance du pouvoir judiciaire.
Pour mettre fin à cet engrenage des nominations peu respectueuses de la légalité, le Garde des Sceaux a enfin accepté de faire montre de plus d’ouverture afin que les prochaines propositions à soumettre au Conseil Supérieur de la Magistrature tiennent davantage compte des dispositions de l’article 35 de la loi portant statut de la magistrature ainsi que des règles de préséance qui régissent le corps de la magistrature.
Pour éprouver, une fois encore, la bonne foi du Gouvernement et de son Chef et surtout, soucieux de compatir aux souffrances des justiciables, notamment des détenus, l’UNAMAB tout en demandant à ses membres de reprendre service à compter du jeudi 06 mars 2014, exige du Gouvernement :
– la rétrocession sans délai des fonds qu’il a illégalement et arbitrairement défalqués en janvier et février 2014,
– la correction des irrégularités contenues dans les nominations de 2013 et 2014.
Elle impartit, par ailleurs, jusqu’au vendredi 04 avril 2014 au Gouvernement pour concrétiser les mesures de sécurité promises et parachever le processus de corrections des irrégularités.
Passé ce délai, l’assemblée générale donne pleins pouvoirs au Bureau exécutif pour reprendre le mouvement de grève.
L’UNAMAB rend le Gouvernement responsable des déconvenues qui découleraient de son inaction et de sa mauvaise foi.

DECLARATION DE PRESSE DU SYNTRAJAB
Suite à la séance de négociations tenue le lundi 03 mars 2014 entre le ministre du travail de la fonction publique, de la reforme administrative et institutionnelle chargé du dialogue social, intérimaire permanent du garde des sceaux, ministre de la justice et le Bureau Directeur National du SYNTRAJAB qui a duré de 15 heures 30 minutes à 21 heures ;
Le Bureau Directeur National du SYNTRAJAB s’est réuni comme à l’accoutumée après cette séance pour analyser la situation de grève déclenchée depuis le 10 décembre 2013. De cette analyse, il se dégage les constats ci-après :
Des 13 points de revendication objet de sa motion, cinq (05) ont été satisfaits à savoir les points n° 1, 6, 10, 11 et 12 ;
Plusieurs points faisant objet de désaccord entre l’administration et notre organisation syndicale ont connu à cette séance de négociation avec le ministre chargé du dialogue social des avancées notables constatées par le relevé de conclusion des négociations en date du 03 mars 2014 ;
S’agissant des points de revendication non encore satisfaits, une commission interministérielle est créée pour leur étude dans un délai raisonnable ;
La revendication incidente relative à la restitution des défalcations illégalement opérées sur les salaires de janvier et de février 2014 hissée au rang de question préalable à toute négociation en vue d’une sortie de crise a connu une réponse solennelle et favorable du Chef de l’Etat le 28 février 2014 ;
Suite à cette analyse et prenant en compte la très longue souffrance des justiciables induite par la grève en cours, le cri de détresse des populations et les différents appels à un dégel de la tension sociale pour éviter le chaos au peuple béninois ;
Le Bureau Directeur National du SYNTRAJAB a décidé de suspendre provisoirement à l’issue de la séance de négociation du lundi 03 mars 2014 et ce, pour une durée de 03 mois pour compter du 04 mars 2014, la grève déclenchée le 10 décembre 2013. En conséquence, les militantes et militants du SYNTRAJAB sont appelés à reprendre le service le mercredi 05 mars 2014 à 08 heures précises à leur poste de travail respectif.
Le Bureau Directeur National du SYNTRAJAB en prenant cette responsabilité historique :
dénonce toutefois l’immobilisme administratif notoire des autorités du ministère de la justice coutumiers des actes de provocation inutile générateurs de tension permanente au sein dudit ministère ;
appelle le gouvernement béninois à mettre en œuvre des mécanismes fiables et efficaces de règlement préventif des conflits sociaux notamment au ministère de la justice ;
met en garde le gouvernement et les cadres du ministère de la justice contre la non résolution des questions en suspens dans le délai imparti d’une part et contre toute mesure de représailles ultérieures notamment les affectations-sanction de ses militants d’autre part ;
remercie le peuple béninois, les hommes des média et les facilitateurs au dégel de la crise pour leur contribution respective à la sortie de la crise ;
remercie ses militants pour leur endurance et leur discipline tout au long de cette lutte héroïque et les appelle à rester vigilants et mobilisés dans l’intérêt de la justice béninoise et du peuple béninois tout entier.
VIVE LE BENIN ! VIVE LA JUSTICE ! VIVE LE SYNTRAJAB ! VIVE LA DEMOCRATIE BENINOISE.

Cotonou, le 04 mars 2014

POUR LE SYNTRAJAB,
LE SECRETAIRE GENERAL

Dénis TOGODO

Reviews

  • Total Score 0%


Plus sur ce sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You cannot copy content of this page