.
.

Le triomphe de la vérité

.

Précarité des joueurs et de l’encadrement technique du club de football de l’Uac: Patrice Bannerman et ses poulains sans salaires depuis des mois


Vues : 1

Eléonore YayiDepuis le début de la saison et même avant, le coach de l’Uac FC est sans salaire. Il en est de même pour ses joueurs. C’est le moins que l’on puisse dire. En effet, depuis le mois d’octobre où il a commencé les entrainements avec la formation universitaire jusqu’à ce jour, l’entraineur de l’Uac FC, une équipe qui évolue en 2ème division béninoise, n’a perçu le moindre copeck des mains des dirigeants du club. Selon les informations qui circulent, la formation universitaire manque de tout. Il n’y a pas suffisamment de ballons, les joueurs et les encadreurs n’avaient pas de godasses jusqu’à cette semaine où certains joueurs ont commencé par en recevoir. Tout porte à croire que les responsables du club universitaire ne pensent nullement au bien-être des joueurs et de l’encadrement. Joint au téléphone, l’un des cadres de l’équipe qui, voulant requérir l’anonymat pour sa sécurité,confirme la situation actuelle que traverse le 8ème du championnat national de 2ème division. « Nous n’avons rien. Il est dit depuis janvier que nous aurons une prime forfaitaire de 15 000 francs par mois. En ce qui concerne les primes de matches, les dirigeants nous ont dit qu’en cas de victoire nous aurons 10000 f Cfa, le nul est à 5000 f Cfa ». Il poursuit en disant que « jusque-là, ce sont les frais de repas que nous avons. Ces sous s’élèvent à 9000 francs par semaine pour les joueurs et 5000 pour les deux encadreurs ». Approché, le coach principal, Patrice Bannerman alias AZE dit qu’il attend toujours et qu’il a commencé par travailler depuis le mois d’octobre. Il pense que les dirigeants s’attèlent déjà à régler les arriérés de salaires et de primes de matches aussi bien pour les joueurs que pour lui et son adjoint Fadaïro Marc « ZAGOLI ». En dépit du langage diplomatique du coach « Azé », les faits sont là et têtus. Ce n’est pas la grande sérénité au sein de cette formation. A en croire certains, il y a des badauds qui viennent de temps en temps perturber les séances d’entrainement de l’équipe sur le terrain du campus d’Abomey-Calavi. Ces hors la loi estiment que l’équipe ne fait pas de bons résultats et saisissent les ballons souvent pendant des minutes avant de les retrocéder. Les responsables de l’équipe, surtout le chef service du sport du Cous (Centre des œuvres universitaires sectorielles), Léopold Ganhoumèdé doivent prendre leurs responsabilités et régler ce problème. Joint au téléphone, hier soir, Léopold Ganhoumèdé estime qu’il préfère ne rien dire pour le moment. La D/Cous Eléonore Yayi qui, certainement, n’est pas encore au parfum de cette crise est interpellée. Elle doit corriger, au plus pressé, les irrégularités pour que les joueurs de l’Uac FC restaurent leur façon de jouer qu’on appelle ‘’football de laboratoire’’.

 Mathias COMBOU

Reviews

  • Total Score 0%


Plus sur ce sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You cannot copy content of this page