.
.

Le triomphe de la vérité

.

Démarrage du Forum National sur la Diaspora 2013: Sceller un nouveau pacte entre le Bénin et ses fils de l’extérieur


Vues : 1

( de gauche à droite), le ministre d'Etat François Abiola, le ministre des affaires étrangères, Nassirou BAKO-ARIFARI le représent du HCBE, GAbriel KOchoffaLe Forum National sur la Diaspora 2013 (FONAD 2013) a effectivement démarré ses travaux hier jeudi au Palais des congrès à Cotonou avec la participation des Béninois venus massivement de plusieurs pays d’Afrique et du monde. La cérémonie officielle de lancement des assises a eu lieu dans la soirée dans l’une des nouvelles tours administratives de Cotonou sous la présidence du ministre d’Etat, François Abiola.
Ils sont venus d’Afrique du Sud, du Ghana, de l’Allemagne, de la France, du Nigéria, du Sénégal, des Etats-Unis, de la Chine et de beaucoup d’autres pays pour prendre part à cet important rendez-vous de l’histoire entre le Bénin et sa diaspora. Les Béninois vivant à l’étranger ont favorablement répondu à l’appel du Chef de l’Etat, Boni Yayi, initiateur de ces assises placées sous le thème, «Le Bénin et sa Diaspora : une relation de confiance pour une meilleure contribution des Béninois de l’Extérieur au développement national ». Comme objectifs spécifiques, le Forum national sur la Diaspora 2013 (FONAD 2013) entend évaluer la mise en œuvre des recommandations formulées lors du symposium de 2007 ; mieux connaitre la diaspora béninoise et ses attentes (espérances) ; dégager les grandes orientations d’une politique nationale des Béninois de l’extérieur ; jeter les bases d’un partenariat mutuellement bénéfique pour les deux acteurs (renforcement de la protection des droits et intérêts des Béninois dans les pays d’accueil et proposition de mécanismes et de mesures d’incitation à l’investissement multisectoriel pour ces derniers dans leur pays d’origine).
Que sont devenues les recommandations du symposium international des Béninois de l’extérieur tenu à Cotonou du 26 au 28 juillet 2007 et qui prévoyaient, entre autres, la mise en place d’outils d’accompagnement de projets de développement, telle que la Banque des Béninois de l’Extérieur ? Le FONAD ne serait-il pas une initiative de plus ? Face à cette foire de questions, le ministre des Affaires étrangères, Nassirou Bako-Arifari, a partagé avec les participants le souci du gouvernement béninois de recadrer et d’harmoniser les multiples initiatives, les unes aussi pertinentes que les autres concernant la gestion des Béninois de l’extérieur. « Toutefois, aussi brillantes et originales que soient les thématiques, elles resteront malheureusement lettres mortes si au terme de nos assises, nous ne réussissons pas à les faire traduire en objectifs clairs, précis, mesurables et opérationnels », a-t-il affirmé à l’ouverture des travaux. « La connaissance des Béninois de l’extérieur », « L’arsenal juridique et institutionnel pour la protection des Béninois de l’extérieur et leurs intérêts », «L’amélioration de la contribution des Béninois de l’extérieur au développement socio-économique du Bénin » sont, entre autres, les thèmes qui meubleront les débats au cours des trois jours que dureront ces assises.

« Nous sommes venus parce que nous voulons voir le Bénin grandir »
Gabriel Kochoffa, le président du Haut Conseil des Béninois de l’Extérieur, a longuement salué hier la tenue de ces assises en remerciant le Chef de l’Etat pour avoir pris cette initiative. « Nous sommes venus à ce forum parce que nous voulons tous voir le Bénin grandir dans le concert des nations », a-t-il déclaré, rassurant qu’ils sont prêts à œuvrer au cours des travaux pour aboutir à des recommandations réalistes et rapidement exploitables. Pour Gabriel Kochoffa, aucun pays au monde ne peut se développer sans la contribution de ses ressources humaines extérieures. Ils sont aujourd’hui près de 3.500.000 Béninois qui composent la diaspora, selon les dernières statistiques.
Le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) a fortement soutenu le FONAD 2013 avec un appui financier important pour favoriser sa tenue. Mme Odile SORGHO-MOUNIER qui en est la représentante par intérim, n’a pas caché sa satisfaction face à la grande mobilisation de la diaspora pour ces assises. « L’apport de la diaspora dans nos pays n’a pas encore révélé toutes ses potentialités », a-t-elle dit, indiquant, par exemple, qu’elle peut être l’un des acteurs essentiels pour tirer profit des accords préférentiels dont bénéficient souvent les pays en développement. Elle a également souhaité que les débats soient féconds pour le succès de ce forum capital dans le développement économique du Bénin.
« Vous avez toujours été au rendez-vous de l’histoire de notre pays », s’est réjoui, pour sa part, le ministre d’Etat, François Abiola venu représenter le Chef de l’Etat. Il fait ainsi allusion à la participation massive des Béninois de l’extérieur à l’historique conférence nationale des forces vives de la nation de février 1990. Transmettant les mots de remerciement de Boni Yayi à tous les participants pour avoir répondu à son appel, il a annoncé de nouveaux défis à relever pour une meilleure implication des Béninois de l’extérieur dans le développement du Bénin, au nombre desquels, le lancement du recensement de la diaspora à travers le monde et la création d’une maison de la diaspora.

Ils ont dit

Stenelus Serge ONILOUDE, Béninois résidant aux Etats-Unis:« Nous ne souhaitons pas que cela soit un forum de plus »
Je suis le président de l’Union des Béninois de Washington Métropolitain, une zone tampon des Etats Unis. Alors, comme vous le constatez depuis ce matin, nous sommes venus pour le FONAD 2013. Et le constat est un peu amer au début parce qu’en fait, il y a eu de petites coquilles au niveau de l’organisation parce que nous n’avons pas commencé comme cela se doit. Néanmoins, avec le dynamisme du ministre des Affaires étrangères, nous avons rattrapé un peu le train et nous commençons bientôt les travaux en plénière. Alors, les attentes de la diaspora en ce qui concerne ce forum sont importantes. Nous ne souhaitons pas que cela soit un forum de plus. Nous aurions vraiment souhaité que les résultats qui en sortiraient soient immédiatement exploitables parce que vous savez, aujourd’hui, pour une question de développement, nul n’est de trop. Et nous avons besoin de la diaspora qui représente une force dans le développement économique de ce pays. Que les résultats soient appliqués de façon efficiente afin que le développement puisse être amorcé comme le souhaite son excellence le Président Boni YAYI. La communauté béninoise du côté de Washington métropolitain se porte très bien. Actuellement, nous sommes là aussi pour un projet que nous avons démarré, à savoir, ‘’Noël pour les enfants démunis au Bénin’’.  

Théodora NOUTAï AGBANGLA, vient de passer 43 ans en France: « Je me bats pour la voix des femmes au sein de la diaspora »
« Je trouve que le laisser aller demeure la règle et il faut que ça change. Si je devrais faire des recommandations je vais dire deux choses : d’abord, c’est déjà bien qu’on nous ait conviés pour ce forum. Cela veut dire que nous représentons quand même un poids financier important même si nous ne constituons que 5% du PIB. Je voudrais aussi, et je me bats pour cela, que les femmes de la diaspora aient leur place. Je suis la présidente des anciennes du cours secondaire en France. Et mon combat, c’est toujours la place de la femme au sein de la diaspora surtout que nous n’y sommes pas assez représentées. Donc, c’est pour ça que je suis là.. 

Landry Mèdégan, Béninois résidant aux Pays-Bas :«Nous sommes venus chercher des opportunités d’investissement »

« Je suis président de l’Association des Béninois vivant aux Pays – Bas. Nous sommes contents d’avoir répondu aussi massivement à l’appel du gouvernement et de son chef, son Excellence le Dr Boni Yayi. Nous attendons de pouvoir discuter avec l’exécutif pour voir comment nous pouvons accompagner les efforts qui se font. Je pense aussi que, quelque part, il nous appartient d’écouter ce que le gouvernement aura à nous dire et puis, ensuite, d’exprimer aussi notre vision afin de pouvoir trouver un consensus. Je crois que les Béninois qui vivent, par exemple, aux Pays-Bas peuvent beaucoup apporter au Bénin. Comme vous le savez, les Pays-Bas sont très connus dans le domaine de l’eau. Ce qui nous intéresse, c’est comment investir. Nous sommes venus pour chercher des opportunités d’investissement.

Narcisse Justin Soglo, Béninois résidant en Russie:« Tous ceux qui sont à l’extérieur ne sont pas là-bas parce qu’ils le veulent »

« Nos attentes, c’est d’abord de permettre à tous les participants de s’exprimer, de voir les problèmes qui minent la diaspora, voir dans quelle mesure, nous pouvons essayer de nous entendre avec le gouvernement pour qu’il y ait des facilités pour un retour au pays. Vous savez très bien que tous ceux qui sont à l’extérieur ne sont pas là bas parce qu’ils le veulent. Ils veulent bien revenir au pays pour préparer la retraite. Mais il faut leur préparer le terrain. Et vu les perspectives que nous attendons, je crois qu’à la fin des travaux, nous aurons une idée réelle sur la diaspora. Donc, il y a beaucoup de choses à faire pour que nous ayons une idée globale sur la diaspora ».

Oké Patrick, Béninois résidant en France:« Nous avons des difficultés à investir dans notre pays »
 
« Nous avons beaucoup d’attentes quant à ce forum. Nous avons des difficultés à investir dans notre pays. Et c’est le problème de déplacement qui se pose. Et il faut bien qu’il y ait une structure sur place pour nous aider. Tout à l’heure, ils ont parlé d’une banque pour la diaspora, je trouve que c’est une bonne idée. Nous avons aussi des problèmes d’ordre juridique. Il faut savoir aussi que nombreux sont nos compatriotes qui ne se sont pas fait enregistrer au consulat et qui sont dans les pays sans qu’on ne les connaisse. Donc, ce forum est très important pour les Béninois de l’extérieur ».

Réalisation: Christian Tchanou

Reviews

  • Total Score 0%


Plus sur ce sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

You cannot copy content of this page