.
.

Le triomphe de la vérité

.

Entretien avec Mory Touré, journaliste culturel malien, promoteur de la «Radio Afrika»: « Radio Afrika compte aujourd’hui 45 radios partenaires dans une vingtaine de pays »


Vues : 1

Mory Touré, ici au studio de Radio AfrikaMory Touré est journaliste culturel, correspondant de RFI sur l’émission à grande écoute «Couleurs Tropicales». Il vient de créer sa propre radio baptisée «Radio Afrika». Accueilli sur les Stars de l’intégration de la culture africaine (SICA 2013), à Cotonou au Bénin,il a accepté de faire avec nous, un bilan à mi-parcours de son projet.

L’Evénement Précis : Qu’est-ce qui justifie votre descente sur Cotonou ?

Mory Touré: Je suis au Bénin pour accompagner le festival dénommé les Stars de l’intégration de la culture africaine (SICA 2013) à travers la plateforme panafricaine que j’ai créée qu’on appelle Radio Afrika qui promeut aujourd’hui les événements artistiques et culturels avec plus de 45 radios à travers le monde dans une vingtaine de pays.

Vous êtes un journaliste culturel reconnu au plan international. Dites-nous déjà votre appréciation de ce que vous observez sur le terrain dans le cadre de ce festival qui réunit les artistes africains.
Je voudrais d’abord remercier le promoteur des Sica qui a eu enfin l’ingénieuse idée de changer le site de déroulement de cet événement. Le Stade de l’Amitié, je trouve que c’est en quelque sorte le centre de Cotonou. Tout le monde passe par là. Je pense que désormais, beaucoup de Béninois pourront découvrir ce grand événement avec les artistes de talents qui font chaque fois, des animations sur le terrain. Cela permettra également aux gens de venir découvrir Radio Afrika.

Radio Afrika est née il y a déjà quatre mois. Si on vous demandait de faire un petit bilan à mi-parcours, que diriez-vous ?
Je dois t’avouer que l’engouement que j’ai autour de ce projet dépasse mon entendement. Avec la bénédiction du grand Manu Dibango et du soutien de notre marraine, Mme Rokia Traoré, Radio Afrika évolue comme sur des roulettes. A chaque fois que j’explique ce projet-là à un grand-frère ou à un homme des médias, tout de suite, il se l’approprie et m’y encourage. C’est donc une grande satisfaction que je note. Je le dis parce que j’étais à Abidjan récemment pour un événement grandeur nature qu’on appelle le Marché des arts et spectacles d’Abidjan (Le MASA). Radio Afrika a donc été acceptée pour couvrir ce grand événement en 2014. Et à côté de ça, il y a le FEMU, un des plus gros festivals de la Côte-d’Ivoire initié par le groupe Magic Système a également accepté Radio Afrika en avril 2014. Je parle donc non seulement d’un bilan positif de joie, mais également de perspectives positives. Car, dans le futur déjà, on a d’autres grands événements culturels qui ont accepté qu’on les accompagne. Je suis donc vraiment heureux.

D’où vous est venue l’idée de créer Radio Afrika pour parler exclusivement de la culture africaine ?
Comme tu le sais, je suis un homme de culture. Depuis presqu’une vingtaine d’années, je suis dans la musique. Que ce soit dans la production, que ce soit même dans les spectacles. Ce qui fait que je voyage beaucoup. Depuis 2008, je pars en France. Et j’ai la chance de rencontrer là-bas, un des plus grands ingénieurs de ce pays qui, pendant l’été, me fait voyager sur les plus gros festivals européens. C’est donc là que j’ai vu pas mal d’artistes qui venaient aussi parler de la musique et de leurs pays et se prononcent parfois même sur la situation de leurs pays. C’est de là que je me suis posé la question de savoir comment est-ce que je peux aider ces ambassadeurs là afin qu’ils puissent continuer à montrer cette idée positive de l’Afrique à l’Occident. C’est comme ça que j’ai décidé de créer cette radio pour les accompagner. Au moment où eux, ils sont en train de chanter, moi je relaie leurs activités musicales et autres à travers cette radio qui aujourd’hui a des partenaires dans une vingtaine de pays. J’irai donc en Europe sur les plus grands festivals où l’Afrique est mise en évidence pour relayer leurs activités.

Quelles sont les radios partenaires de la Radio Afrika ?
Je ne fais pas de choix. Toutes les radios qui partagent la même vision que moi, je les accepte. Si dans un pays, j’ai toutes les radios qui veulent être sur la plateforme, je les accepte parce que la communication ne s’arrête jamais. Je suis en train d’élargir la radio sur la plateforme des radios francophones en Europe. Je viens de décrocher la collaboration de deux radios à Washington et à Montréal. Deux radios francophones qui ont décidé de m’accompagner. Je serai un peu la voix de l’Afrique dans ces deux radios francophones-là sur l’espace anglophone. Au Bénin, je viens de décrocher cette grande radio installée en plein cœur du plus grand marché Dantokpa qu’on appelle radio Tokpa. Outre cette radio d’ailleurs, il y en a trois autres qui nous accompagnent. Il y a la radio Wèkè, la radio Univers et la radio Gerdes. Et au fur et à mesure que le projet avance, le nombre de radios augmente aussi.

Les événements au Mali, votre pays, en tant que journaliste malien, comment les avez-vous vécus ?
Ceux qui ont payé le lourd tribut dans cette bêtise humaine, ce sont les artistes. Or, le Mali est un pays extrêmement culturel. Lorsqu’il y a donc eu l’invasion au Nord, l’Etat malien a dû décréter l’Etat d’urgence. Pas donc de rassemblement, ni de musique. Pendant cette période douloureuse, les artistes ne vivaient plus pratiquement. Il y en a qui sont même morts dans cette affaire. Mais je dirai que c’est leur part de contribution à ces malheureux événements que nous avons connus. C’est vrai que maintenant, la paix est en train de revenir et les choses deviennent de plus en plus normales. Et comme je le dis, la culture politique est le premier facteur du développement de tout pays. S’il n’y a pas cela dans un pays, tout ce que nous faisons ne suit pas. Ce que je demande donc humblement aux politiques maliens, c’est qu’ils se ressaisissent et qu’ils ne fassent plus les mêmes erreurs que leurs aînés pour permettre à notre pays d’avancer.

Propos recueillis par Donatien GBAGUIDI

Reviews

  • Total Score 0%


Plus sur ce sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You cannot copy content of this page