.
.

Le triomphe de la vérité

.

Edito du 04 novembre 2013: En quête de respectabilité


logo journalL’Union fait la Nation a repris des couleurs ce week-end à la faveur de ses journées parlementaires. Le rendez-vous de Kétou lui aura permis de donner du poil de la bête et surtout de nous faire entendre un autre discours face à celui du pouvoir.

Ce qu’on attend de ce regroupement,ce n’est pas forcément de critiquer à tout vent le Chef de l’Etat et son régime, mais d’être une seconde voix crédible et écoutée, capable de rendre à la démocratie béninoise une certaine crédibilité. Contrairement à ce que beaucoup croient, le système politique appelé démocratie n’a aucun sens et surtout ne concourt à rien de bon lorsque l’opposition est aphone, rendu incapable de participer au débat public et inapte à servir à quoi que ce soit. Il est étonnant de voir quel trésor l’on déploie pour empêcher toute voix discordante de s’exprimer dans un pays comme le Bénin. Les moyens qui sont mis en œuvre, les pressions extraordinaires qui sont faites sur les préfets, les maires, les médias publics (et parfois même privés) pour les obliger à boycotter les activités de l’opposition, participent simplement à discréditer tout régime démocratique sérieux.A quoi me sert-il d’ingurgiter à longueurde journée une pensée fadeet outrageusement unique si une instance critique ou autonome, n’est pas capable de la mitiger ou de la remettre en cause ? Ce qui parait encore plus grotesque, c’est qu’après avoir mené ces manœuvres grossières, l’on se permette au surplus de clamer sur tous les toits que le Bénin est encore une démocratie. Et que l’on se plaigne que notre démocratie ne débouche pas vraiment sur le développement.

Toutes les démocraties qui se sont développées au plan économique ne l’ont été que sur la base d’une expression équitable et plurielle des opinions, permettant à ceux qui gouvernent de bénéficier de l’appui éclairant des voix autres. Cela permet de compter sur une opinion publique informéeet non pas manipulable à merci qui sait que les pouvoirs publics sont crédibles. Toute obstruction faite à l’UN ouau PRD aux fins de rendre inefficaces leurs expressions pacifiquesest une pure négation des valeurs démocratiques.

Tout ceci pour dire que les journées parlementaires de l’UN permettent à ce regroupement de construire un argumentaire face au pouvoir. Mais le problème, c’est qu’à force de départs et de déchirements internes, l’UN n’est plus la grande houle qu’elle fut. La réserve du PRD et le départ fracassant de la RB ont largement entamé sa puissance de feu. Est-elle capable aujourd’hui de mobiliser sans coup férir 10 000 personnes pour une marche citoyenne comme naguère ? Il est permis d’en douter. Au contact de ses propres turpitudes etde ses susceptibilités internes, sa force d’antan s’est considérablement ramollie. Au point qu’à certains égards, on peut affirmer que l’opposition béninoise s’est laissé phagocyter par le pouvoir. Le problème de crédibilité s’y pose aussi avec acuité, avec les départs de la RB et son ralliement au camp adverse. Que de militants perdus, de patriotisme désintéressé à jamais détruit et de désastres moraux engendrés avec ce revirement somme toute spectaculaire. Ne parlons pas du PRD. Il est parti avec sa force de mobilisation ainsi quela crédibilité qu’il peut encore inspirer dans un contexte de décrépitude des valeurs.

Je me suis toujours demandé si l’UN pouvait survivre à ces douleurs ? Et tiré la conclusion qu’elle se ferait certainement laminer dans les urnes pour les élections qui s’annoncent. Elle n’aura d’autre choix dans les joutes qui s’annoncent que d’aller en allianceavec d’autres partis, selon les municipalités.Il s’agit de ne pas tomberplus bas qu’aujourd’huien ayant les yeux ouverts sur les zones de conquête de la population électorale.

Pour le moment, si le groupe tient, c’est beaucoup moins par le soutien d’une quelconque population que par la multiplication des erreurs de gouvernance observées à la tête du pays. Elles l’obligent à représenter d’une certaine manière l’alternative que des Béninois souhaitent. Et la question est là : qui sera le candidat de l’Union prochainement ?Pas facile de trouver la réponse.

Par Olivier ALLOCHEME

Reviews

  • Total Score 0%


Plus sur ce sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

You cannot copy content of this page