.
.

Le triomphe de la vérité

.

Arrêt de la cour d’appel de Cotonou suite à la lettre de désistement du chef de l’Etat: Lionel Agbo et Berthe Cakpossa définitivement libres, l’avocat peut rentrer au pays


Vues : 3

Me Lionel AGBOAccusés de diffamation et d’offense au chef de l’Etat, Me Lionel Agbo et la journaliste Berthe Cakpossa, directrice de la télévision Canal 3, viennent d’être  définitivement relaxés par la cour d’appel de Cotonou, sur la demande du plaignant.

Me Lionel Agbo, actuellement hors du territoire national, et la journaliste Berthe Cakpossa, directrice de la télévision Canal 3 n’ont plus rien à craindre désormais. Ils viennent d’être définitivement relaxés par la cour d’appel de Cotonou, suite à une lettre de désistement qu’elle a reçue de la part de la partie civile, ici représentée par le Chef de l’Etat. Cette décision qui les libère pour toujours des liens de l’accusation, dans le  cadre de ce dossier, a été prise le vendredi 25 octobre dernier, mettant ainsi fin à l’instance. En conséquence, c’est comme si Me Lionel Agbo et Berthe Cakpossa n’ont jamais été condamnés et peuvent dont circuler librement désormais.

Et pourtant, leur condamnation avait été bel et bien prononcée quelques mois plus tôt. Me Lionel Agbo avait, pour sa part, écopé six mois d’emprisonnement ferme et de 500.000 FCFA d’amende pour offense au chef de l’Etat. Si entre temps, la même instance judiciaire l’avait déjà relaxé une première fois, pour insuffisance de preuves en ce qui concerne le volet diffamation, elle l’avait condamné à six mois d’emprisonnement ferme pour offense au chef de l’Etat.
Les plaignants, le chef de l’Etat en personne, et les membres de son cabinet, reprochent à Me Agbo, ancien conseiller spécial et porte-parole de la présidence, d’avoir accusé le palais de la République d’entretenir la corruption, lors d’une conférence de presse tenue courant septembre 2012. A cette conférence de presse abondamment relayée par les médias, l’ancien porte-parole de la présidence avait fait un long réquisitoire contre l’entourage du chef de l’Etat, Boni Yayi, dans les différents scandales qui éclaboussent le régime. Son interpellation par le commissariat central de Cotonou, le 21 septembre dernier, avait suscité une forte mobilisation d’acteurs de la société civile, de syndicalistes et de défenseurs des droits de l’Homme.

Quant à la directrice de la chaine de télévision privée Canal 3, Mme Berthe Cakpossa, assignée pour avoir diffusé en intégralité la conférence de presse de l’avocat, elle a été également relaxée pour le volet diffamation et condamnée à trois mois d’emprisonnement ferme et 500 000 FCFA d’amende pour offense au chef de l’Etat. Tout cela est désormais clos, et les deux individus peuvent se tranquilliser depuis vendredi dernier, où a été prise la décision de leur relaxation définitive.

Christian TCHANOU

Reviews

  • Total Score 0%


Plus sur ce sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You cannot copy content of this page