.
.

Le triomphe de la vérité

.

Expiration de l’ultimatum de l’Unamab pour la correction des nominations: Les magistrats menacent de paralyser la justice


Vues : 1

Dans un communiqué dont nous vous publions l’intégralité, l’Union nationale des magistrats du Bénin (UNAMAB) exprime son insatisfaction quant à son principal point de revendication lié à la correction des nominations prononcées par le Conseil des Ministres. Et pour étudier la situation, le Bureau exécutif de l’Union convoque ses membres à une Assemblée générale prévue pour le jeudi 31 octobre prochain. D’ores et déjà, il les appelle à la mobilisation pour faire barrière à ce que le communiqué qualifie « d’actes de déstabilisation de la justice béninoise ». Pour mémoire, à l’issue de son Assemblée générale du 16 juillet, l’UNAMAB avait suspendu sa motion de grève et a ainsi imparti un délai de trois mois au gouvernement pour donner satisfaction à ses revendications. Depuis le 15 octobre dernier, ce délai est expiré et l’arme de la grève place encore sur la justive béninoise.

Lire le communiqué de presse

COMMUNIQUE DE PRESSE DU BUREAU EXECUTIF DE L’UNION NATIONALE DES MAGISTRATS DU BENIN (UNAMAB)

L’Union Nationale des Magistrats du Benin (UNAMAB), à l’issue de l’Assemblée Générale Extraordinaire qu’elle a organisée, le 16 juillet 2013, a décidé de suspendre la motion de grève du 12 juillet 2013.

Elle a, en outre, imparti au gouvernement un délai qui a expiré le 15 octobre 2013 afin qu’il soit procédé aux corrections des nominations irrégulières qu’il a prononcées en Conseil des Ministres le 28 mai 2013.

Le Bureau Exécutif constate que durant plus de deux (02) mois, le gouvernement n’a fait examiner que les dossiers d’avancement et de reconstitution de carrière pendants devant le Conseil Supérieur de la Magistrature.

Au même moment, alors que les magistrats attendent impatiemment les corrections de ces nominations provocatrices, le Président de la Cour Suprême ne cesse de faire des sorties médiatiques très troublantes sur la magistrature béninoise, notamment l’interview qu’il a accordée à la presse sur la procédure disciplinaire qui défraie actuellement la chronique.

Le BE/UNAMAB informe le Président de la Cour Suprême que, conformément aux dispositions de l’article 12 de la loi n° 94-027 du 15 juin 1999 relative au Conseil Supérieur de la Magistrature, «les Membres du Conseil Supérieur de la Magistrature et les personnes qui, à un titre quelconque, assistent aux délibérations sont tenus au secret professionnel».

Se souvenant que de mémoire de magistrats, le Conseil Supérieur de la Magistrature, a toujours été une institution de haute discrétion, le BE/UNAMAB espère que les récentes communications du Président de la Cour Suprême ne jetteront pas du discrédit sur les décisions de cette prestigieuse institution.

Tout en exhortant les magistrats membres de l’UNAMAB à rester mobilisés pour faire échec à toute entreprise planifiée de déstabilisation de la magistrature béninoise, le BE/UNAMAB les invite à prendre part à l’Assemblée Générale Extraordinaire qu’il convoque pour le jeudi 31 octobre 2013 à 09 heures au Tribunal de Première Instance de Première Classe de Cotonou pour évaluer la situation de crise que traverse, par ces temps qui courent, la justice béninoise.

Vive l’UNAMAB

Le Bureau Exécutif.

Reviews

  • Total Score 0%


Plus sur ce sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You cannot copy content of this page