.
.

Le triomphe de la vérité

.

Usage du formol dans l’alimentation des Béninois: Témoignages des utilisateurs du produit nocif


Vues : 67

medium_formolL’utilisation du formol dans l’alimentation prend de l’ampleur. Les aliments contenant

Au Bénin, il se développe une pratique malsaine consistant à utiliser du formol à la place du sucre pour rendre sucrés boissons et autres aliments. Il s’agit, entre autres, des jus de fruits, des amuse-gueules, des gâteaux, des friandises, de la bouillie, des boissons sucrées comme le bissap et d’autres aliments sucrés. Cette pratique est adoptée par beaucoup de vendeuses pour plusieurs raisons. Certains le font pour attirer la clientèle. « J’utilise le formol pour avoir beaucoup de clients. Lorsque le bissap est bien sucré les clients aiment cela, et ils en raffolent », explique dame Pierrette, vendeuse de bissap à Fidjrossè. Ailleurs, le formol est utilisé pour d’autres arguments : « Les gens le font et moi aussi j’ai commencé à le faire, de grandes dames le font également et moi j’ai découvert le secret », confie Philomène, vendeuse d’adoyo à Zogbo. Lorsque certains imitent leurs consœurs, d’autres, par contre, parlent du coût élevé du sucre. « Le sucre est trop cher. Si je vends les gâteaux, je ne gagne pas grand-chose. Mais quand j’utilise le formol, le bénéfice est important », avoue Régina Gomez, vendeuse de gâteaux à Agla.

Comment utilise-t-on le formol dans les aliments ?
Le sucre formol ressemble au glutamate blanc qu’utilisent les bonnes dames à la cuisine. Il ne se vend pas à tout le monde. « Quand on va chez la vendeuse au marché Dantokpa, on lui parle discrètement pour ne pas attirer l’attention des gens qui sont dans l’entourage. Parfois, c’est la vendeuse de sucre qui vous suggère de payer le sucre formol quand elle sent que vous êtes discret », affirme Aminata qui produit du pain sucré à Agla. Les vendeuses ont plusieurs techniques pour introduire le formol dans les aliments, d’après Philomène. « Pour la bouillie, j’écrase le sucre formol que je mets dedans et quand les clients achètent, j’y ajoute un peu du vrai sucre pour ne pas attirer l’attention, et la bouillie est bien sucrée », dit-elle. Par contre, certaines vendeuses s’abstiennent d’utiliser le formol. « Moi, je ne mets pas le sucre formol dans les aliments que je vends, parce que c’est nocif pour la santé de l’homme. Moi-même, je mange tout ce que je vends, mes enfants également », s’indigne dame Mètonou, vendeuse d’Akpan glacé à Agla. Pour dame Jeanne Dossou, vendeuse de jus de bissap, l’utilisation du formol chasse la clientèle : «Quand les enfants sentent que vous utilisez le formol dans le bissap, ils ne viennent plus payer ». En clair, beaucoup de Béninois consomment quotidiennement du formol sans le savoir.

Inès MISSAINHOUN,  Albéric DONHOSSOU & Etienne TEKPA (Stag.)

Reviews

  • Total Score 0%


Plus sur ce sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You cannot copy content of this page