.
.

Le triomphe de la vérité

.

Match Bénin-Rwanda: Impressions de quelques confrères par rapport au match Bénin-Rwanda


Vues : 5

A quelques heures du match des Ecureuils face aux Amavubis, les journalistes béninois donnent leurs impressions. Pour la plupart, ils estiment que, malgré l’élimination, il faut que le Bénin gagne cette rencontre pour le prestige et pour soigner son classement mondial face à un adversaire relativement prenable.

Abdoul Bariyou AKLE, Chef desk sport de Radio Univers: « Ce match compte pour du beurre mais important pour le Bénin »Sport3

Ce match est sans enjeu majeur, mais cela reste une rencontre officielle qu’il ne faudra pas négliger. Car, le Bénin a beaucoup à y gagner. Primo, les Ecureuils doivent gagner pour justifier que leur performance réalisée le 16 juin dernier à Bamako, un match nul devant les Aigles, n’est pas le fruit du hasard. Ce faisant, le Bénin passerait devant le Mali si ce dernier échouait à Blida.
Secondo, ils doivent gagner pour remonter dans le classement FIFA, vu qu’actuellement le Benin n’est pas dans le top 100. En remportant aussi ce match, le Bénin peut aussi se positionner dans un bon chapeau pour le tirage au sort de la prochaine Coupe d’Afrique des nations. Tertio, c’est un match contre un adversaire qui n’est pas d’une très grande renommée, d’où la possibilité pour Omar TCHOMOGO de donner la chance aux jeunes de s’afficher, vu les absences de quelques cadres notamment, KOUKOU Djima, Jordan ADEOTI et autres IMOROU Emmanuel.

Pérez LEKOTAN, Secrétaire de rédaction et Chef desk sport du journal ‘’Le clairon’’: « Une victoire le dimanche nous épargne des tours préliminaires pour la qualification du mondial 2018 »Sport4

« Bénin # Rwanda est un match très important et avec beaucoup d’enjeu pour le Bénin. C’est vrai que le Bénin est déjà out pour le mondial Brésil 2014, mais il faut que Stéphane Sèssègnon et ses coéquipiers fassent tout pour gagner ce match. Une victoire le dimanche nous épargnera le tour préliminaire pour la qualification au mondial 2018. C’est aussi un challenge pour l’entraîneur intérimaire, Oumar Tchomogo, qui doit prouver au peuple Béninois que le nul 2-2 face aux Aigles du Mali n’est pas un hasard afin que le Ministère des Sports cesse de nous miroiter des « YOVO ». C’est aussi le moment pour certains joueurs de faire parler d’eux. Jodel Dossou a l’obligation de confirmer son talent comme face aux Fennecs de l’Algérie et face aux Aigles du Mali. Mouri Ogounbiyi doit montrer à Anjorin Moucharafou, ex Président de la Fbf qu’il avait raison de l’imposer à Manuel Amoros. Michaël Poté, pour sa part, devra tout faire pour regagner la confiance du public. Réda Johnson, lui, doit montrer à la presse qu’elle a bien fait de travailler pour son retour en sélection. Razak Omotoyossi a la lourde mission de montrer que, même sans club, il demeure le taureau de Pobè. Et enfin, Nana Nafiou Badarou doit saisir cette nouvelle occasion pour décrocher une place dans l’axe central de la défense. Bonne chance aux Ecureuils! »

Arthur Sélo, journaliste reporter sportif Nouvelle Tribune: « Gagner ce match est aussi un enjeu sportif »

Arthur Sélo« On ne peut pas dire que c’est le match le plus important parce que le match que s’apprête à livrer les Ecureuils du Bénin et qui compte pour la dernière journée des éliminatoires de la coupe du monde Brésil 2014 ne va rien changer à la situation du Bénin dans ce groupe H. Que ce soit le Bénin ou le Rwanda, les deux équipes sont déjà éliminées. Mais, les Ecureuils de Oumar Tchomogo ne peuvent pas se permettre de perdre ce match-là. Ce n’est bon ni pour l’équipe ni pour l’entraineur par intérim. Le Bénin a une revanche à prendre sur son adversaire de dimanche. Pour les éliminatoires de la Can 2013, les Amavoubis étaient venus battre au stade Charles de Gaulle de Porto-Novo les Ecureuils (1-0). C’est dire que Sèssègnon et ses coéquipiers n’ont pas le choix. Ils doivent, à tout prix, laver l’affront et montrer à tout le monde que c’était un faux pas de se faire battre sur son terrain par le Rwanda. Mais gagner ce match est aussi un enjeu sportif. Pour le Rwanda comme pour le Bénin, les trois points de cette rencontre permettront d’éviter de prendre part à des préliminaires pour la Can 2015 et le mondial 2018. Pour Oumar Tchomogo, entraîneur par intérim, c’est l’occasion de frapper dans l’œil des responsables en vue d’être titularisé au poste.

Réalisation Anselme HOUENOUKPO

Reviews

  • Total Score 0%


Plus sur ce sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You cannot copy content of this page