.
.

Le triomphe de la vérité

.

Entretien avec Serge Eloi Akakpo, 1er vice-président élu de la fédération béninoise de handball: «Les handballeurs vont constater bientôt notre engagement pour la discipline »


Vues : 8

sport2Elu premier vice-président lors de la dernière assemblée générale de la fédération béninoise de handball, Serge Eloi Kuassi Akakpo Djihountry, nous parle de son élection. Il dit être ému de la confiance que la famille du handball lui a accordée de nouveau tout en mettant l’accent sur les défis à relever par l’actuel bureau dont il est une des figures de prou.

L’événement Précis : La Fédération béninoise de handball a organisé son assemblée générale le samedi dernier. A l’issue de celle-ci, vous avez été élu premier vice-président. Quelles sont vos impressions ?

Serge Akakpo: Mes impressions sont très bonnes au regard de l’ambiance qui a, une fois encore, prévalu lors des travaux et de l’engagement de la famille sportive à construire un handball béninois rayonnant tant au plan national qu’international. Je me sens tout aussi honoré de la confiance que la famille du handball continue de placer en ma modeste personne en me confiant la vice-présidence de l’institution pour quatre nouvelles années. Je crois qu’il s’agit là d’un nouveau challenge, d’une nouvelle expérience qui m’apportera, à coup sûr, une plus value dans ma formation et dans mon accomplissement

A l’approche de cette AG, vu que le président Arèmou ne se représentait pas, beaucoup ont pensé que c’est vous qui alliez lui succéder. Dites-nous ce qui s’est passé, entre temps, pour que ce soit M. Antoine Bonou qui soit élu.
Rien de particulier ne s’est passé. Vous-même vous avez dit que beaucoup de gens ont pensé. Mais, entre les supputations et la réalité, il y a des fois un fossé. Ce n’est pas pour dire que ceux qui y avaient pensé ont tort. Je les remercie au passage pour avoir jugé que j’étais à même de prendre la succession du Dr Mansourou Arèmou. Il est vrai que l’idée a été fortement agitée et beaucoup de sollicitations ont été faites dans ce sens. Mais en de pareilles circonstances, il faut savoir faire les analyses qui s’imposent. Car être président de fédération, surtout dans un contexte comme le nôtre, reste une très lourde responsabilité qu’il ne faut pas endosser juste pour le prestige. C’est dire que, devant la situation, j’ai pris le recul nécessaire et obtenu des conseils avisés. C’était un véritable dilemme. C’est dans ces conditions que nous avons reçu l’accord de M. Antoine Bonou pour conduire le navire handball. Nous avons opté pour cela. Car, non seulement, il est un devancier, il dispose aussi et surtout de beaucoup d’atouts à mettre au service de notre handball. J’ai donc choisi de me positionner autrement pour lui apporter mon soutien. C’est donc ce qui s’est passé. En clair, il s’agit d’un choix délibéré au regard des enjeux de développement du handball béninois.

Maintenant que vous êtes le premier vice-président, à quoi les handballeurs béninois doivent-ils s’attendre de vous pour les quatre prochaines années ?
Le handball, pour moi, n’est pas une marchandise et j’aurai, une fois encore, l’occasion de le prouver. C’est dire que la famille du handball pourra se rendre compte que mon engagement au profit de la discipline n’est pas lié au poste. C’est une question de conviction. Je suis donc disposé a joué pleinement ma partition sous la coupole du chef d’orchestre pour l’atteinte des objectifs à nous assignés par la famille du handball. Je serai donc toujours disponible pour servir notre sport favori.

Quelles seront vos priorités durant ce mandat ?
Je ne parlerai pas en termes de mes priorités puisque j’appartiens à une équipe qui s’est déjà mise au travail. Nous essayerons de faire un plan quadriennal qui sera notre boussole. Mais, je peux vous rassurer qu’il sera certainement question de travailler pour faire rayonner davantage le handball béninois. Dans ce cadre, nous allons capitaliser les acquis pour mieux nous projeter vers l’avenir. Une chose est claire, la famille sportive ne sera pas déçue au regard des ambitions du président Bonou et de l’engagement de l’équipe qui l’accompagne.

Faites-nous un bilan de votre exercice en tant que secrétaire général ?
Il n’est souvent pas aisé de parler de soi-même. Je laisse donc mes mandants et mes camarades de l’exécutif faire ce bilan. Pour ma part, je dois avouer que sous la direction du président Arèmou, j’ai beaucoup appris. Je saisis cette occasion que vous m’offrez pour lui exprimer toute ma gratitude pour tout, car je ne trouve pas d’autres mots pour le traduire.

Qu’est-ce qui vous a le plus marqué lors de cette AG tenue le samedi dernier à Ouidah ?
Je l’ai déjà dit un peu plus haut. Tout observateur a pu noter que la réunion de Ouidah s’est déroulée dans la convivialité, dans la cohésion, dans la fraternité. Certains se sont même demandé s’il s’agissait d’une AG élective. C’est vous dire que c’était une véritable fête à Ouidah et cela est touchant. Je crois, qu’une fois encore, j’ai été sidéré par la famille du handball qui a toujours su relativiser les enjeux électoraux pour ne penser qu’au rayonnement de la discipline.

Vous avez un appel à lancer à l’endroit de la famille du handball ?
Un appel ? Ce serait juste pour dire à tous les membres de la famille que chacun de nous doit se sentir, plus que jamais, concerné par la nouvelle marche qui vient de commencer. Jouons donc notre partition avec foi, détermination et courage dans la solidarité agissante qui a nous toujours caractérisée.

Propos recueillis par Anselme HOUENOUKPO

Reviews

  • Total Score 0%


Plus sur ce sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You cannot copy content of this page