.
.

Le triomphe de la vérité

.

Disparition anarchique des camions en transit vers l’Hinterland: Les syndicats des transporteurs routiers annoncent des mesures idoines


Vues : 12

IbrahimDélivrance d’un bon de suivi de chargement, signature d’un contrat en bonne et due forme… Ce sont là, de nouvelles mesures que vient de prendre le Comité transitoire des centrales des syndicats des transporteurs routiers de marchandises (Ctcstrmb) pour pallier aux cas de disparitions anarchiques de camions en partance pour les pays de l’Hinterland.
Les problèmes que rencontrent les camions en transit vers les pays de l’Hinterland se multiplient au fil des jours. Le cas le plus grave et le plus fréquent est la disparition anarchique de plusieurs de ces camions, occasionnant de lourdes pertes pour les importateurs et autres parties prenantes. Pour mettre fin à cette situation, le Comité transitoire des centrales des syndicats des transporteurs routiers de marchandises (Ctcstrmb) vient de prendre des mesures idoines. Au nombre de celles-ci, l’établissement de bon de suivi de chargement qui sera désormais délivré à tout conducteur de ces camions. Selon Abdoulaye Ibrahim, Président du Ctstrmb, cette décision fait suite à une récente rencontre avec le Chef de l’Etat, à l’issue de laquelle, il a été arrêté que les syndicats des transporteurs soient désormais associés aux mouvements des camions en partance vers l’Hinterland. «Les disparitions des camions et autres problèmes notés ont créé une totale crise de confiance entre les transporteurs béninois et les importateurs où leurs représentants », regrette le président Ibrahim qui évoque les cas d’une dizaine de camions qui ont disparu ces dernières semaines, dont certains fort heureusement, ont été retrouvés, par la suite, grâce au dynamisme des syndicats.
C’est une « pratique malsaine » qui continue de jeter le discrédit sur le port de Cotonou. Reste que l’engagement ferme qu’il vient de prendre avec ses collègues visant à travailler aux côtés de la brigade de la douane Cotonou Port, pourra réinstaurer la confiance perdue. En plus du bon de suivi qui sera délivré à chaque camion, un contrat sera également établi entre le transporteur et le propriétaire de la marchandise. «La mise en place de toutes ces dispositions devra permettre aux différents syndicats des transporteurs d’avoir un droit de regard sur l’ensemble des opérations de transport vers les pays sans littoral», rassure le président de Ctstrmb. Les nouvelles mesures ainsi prises sont prévues pour démarrer ce lundi 02 septembre sur le parc Betrexo. «Nous avons pris toutes les dispositions pour que tout se passe très bien. Nous avons les moyens pour dénicher les fraudeurs et tous ceux qui se serviront de faux documents pour tenter de tromper notre vigilance. Nous travaillerons en collaboration avec des services compétents, comme la Direction des transports terrestres, la brigade douane et autres structures pour assurer tout le succès qu’il faut à cette opération de suivi », affirme Abdoulaye Ibrahim. Si cette décision ne contente pas certains acteurs du secteur, il estime qu’ils ont raison, parce qu’« aucun voleur n’acclame la présence d’un gardien ».
Enfin, la grande guerre contre l’une des « mafias » qui fait ravage au Port de Cotonou ? Certainement. En plus des syndicats des transporteurs, la brigade de la douane Port Cotonou, entend aussi mener le combat de façon très dure et très forte. Ceci dans la droite ligne de la vision du Chef de l’Etat, qui veut définitivement assainir le secteur portuaire béninois. Déjà, en fin de semaine, des camions dont les immatriculations provisoires sont d’origines douteuses ont été arrêtés par cette brigade. Des enquêtes sont aussi en cours pour appréhender d’autres camions du genre dans les jours à venir. Si, la brigade de la douane Port apprécie à sa juste valeur, les mesures prises par les syndicats, elle souhaite que ces opérations se déroulent dans les normes retenues. Un responsable de cette unité affirme sa fermeté sur la question, souhaitant que ces mesures ne deviennent pas de nouvelles sources de rançonnement dans l’espace portuaire. D’où son appel aux syndicats concernés à les appliquer en toute équité et en toute transparence. «Le plus important pour nous, c’est la sécurisation des recettes de l’Etat», a-t-il conclu.

Christian Tchanou

Reviews

  • Total Score 0%


Plus sur ce sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You cannot copy content of this page