.
.

Le triomphe de la vérité

.

Dans les champs de coton du Chef de l’Etat à Tchaourou: Le ministre Kassa constate l’évolution satisfaisante des plants


Vues : 9

Barthélémy KassaLes plants de coton du Chef de l’Etat, dans son champ d’une centaine d’hectares, à Tchaourou, évoluent avec grand espoir. C’est du moins la remarque faite samedi dernier par le ministre des mines, Barthélémy Kassa. A l’occasion de cette descente, il était accompagné de l’honorable Chabi Sika et de l’Intendant du Palais de la présidence de la république, Adam Bagoudou. Malgré la rareté des pluies, tout semble aller pour le mieux et l’espoir est permis. Au terme de ladite visite, Barthélémy Kassa, Karimou Chabi Sika et Adam Bagoudou, avec à leurs côtés quelques autorités locales et autres cadres de la commune, ont apprécié l’état des jeunes plants qui n’ont pas pour autant été marqués par la rareté des pluies. Ils ont, à cet effet, félicité les travailleurs sur place et les ont exhortés à redoubler d’ardeur pour l’atteinte des prévisions fixées. Profitant de cette tribune, le ministre Kassa a invité tous les autres producteurs, où qu’ils se trouvent, à faire de même pour atteindre voire dépasser les 500 mille tonnes fixés. Il les a invités, par ailleurs, à ne pas oublier les produits vivriers pour épargner au Bénin des situations malheureuses. Au terme de la visite, ces derniers ont imploré la grâce divine pour que soit jugulée la rareté des pluies.

Emmanuel GBETO

Reviews

  • Total Score 0%



One thought on “Dans les champs de coton du Chef de l’Etat à Tchaourou: Le ministre Kassa constate l’évolution satisfaisante des plants

  1. gourouzaimorou

    Nous n’allons plus tolérer ce clientélisme de piètre aloi qui pousse des ministres à sillonner les champs et à réaliser des exploits agricoles sur les écrans de télévision. Les masques finissent toujours par tomber. Que le ministre Kassa, frère siamois de l’ex ministre Katè s’informe auprès de ce dernier des dangers inhérents à telles démonstrations. Car aujourd’hui, il confie à tous ceux qui lui rendent visite qu’il aurait été instrumentalisé par le 1er magistrat. Pour ceux qui connaissent cet homme à la langue fourbe et au comportement indiscret, il serait trop facile de prendre au sérieux ces déclarations. Son expérience détestable et sinistre à la mairie de Banikoara devait permettre à qui le connaissait de s’attendre à ses minables prestations au département de l’Agriculture et à sa propension à rechercher des boucs émissaires à ses échecs.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

You cannot copy content of this page