.
.

Le triomphe de la vérité

.

Débats autour de la révision de la constitution: Le MEsB du professeur François Abiola lance le débat à Sakété


Vues : 1

Les militants du Parti Mouvement Espoir du Bénin (MEsB) du Prof François Abiola sont pour la révision, comme on peut lire sur cette pancarte

Les militants du Parti Mouvement Espoir du Bénin (MEsB) du Prof François Abiola sont pour la révision, comme on peut lire sur cette pancarte

Le Parti Mouvement Espoir du Bénin (MEsB) du professeur François Abiola  a apporté sa touche dans le débat lié à la révision de la constitution du 11 décembre 1990 qui nourrit depuis quelques semaines l’actualité nationale. Les militantes et militants ont exprimé leur soutien au projet par une gigantesque marche le mercredi 03 juillet à Sakété.

Le parti MEsB du ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique n’entendait donc pas rester en marge du débat autour du projet de loi portant révision de la constitution du 11 décembre 1990. A travers une marche ayant mobilisé une marée humaine, mercredi denier, à Sakété, les militantes et militants ont exprimé haut et fort leur soutien au chef de l’Etat. Partis du complexe scolaire d’Oyadogoun, les milliers de femmes, d’hommes et d’étudiants ayant effectué le déplacement ont parcouru les artères de la ville pour échouer au siège du parti sis au quartier Dagbao. Ils étaient munis de pancartes, de banderoles sur lesquelles on pouvait lire : « Touche à ma constitution », « La révision de la constitution, un impératif », « La révision de la constitution, une nécessité », « La révision de la constitution : la seule alternative pour lutter contre les crimes économiques ». Ainsi, ils ont exprimé leur détermination à accompagner Boni Yayi dans son initiative d’assainir la loi fondamentale béninoise. Le porte-parole des militants, Gaspard Alladé, après lecture d’une déclaration, l’a transmise au député Firmin Biokou qui a promis rendre compte fidèlement au président de l’Assemblée nationale et à ses collègues députés.

Déclaration du Parti Mouvement Espoir du Bénin au sujet du projet de révision de la Constitution Sakété, le 3 juillet 2013

Depuis quelques semaines, le président de la République, chef de l’Etat, chef du gouvernement, le Dr Boni Yayi a transmis par décret N° 2013-255 du 06 juin 2013 à l’Assemblée nationale, le projet de révision de la Constitution du 11 décembre 1990.
Mais force est de constater qu’au lendemain de la transmission au parlement, de ce projet élaboré par d’éminents juristes et constitutionnalistes de notre cher et beau pays le Bénin, des voix s’élèvent pour accuser de façon consciente ou inconsciente, le Président de la République sur les motifs qui expliquent cette initiative. Une situation face à laquelle le Parti Mouvement Espoir du Bénin (MEsB) ne saurait rester indifférent.
Le toilettage de la loi fondamentale de notre pays, après vingt ans de pratique, devient une nécessité. Car, comme toute œuvre humaine, elle présente quelques imperfections qu’il faut absolument améliorer pour permettre à l’Etat béninois d’engager un certain nombre de réformes pour le développement de notre pays et la consolidation de notre démocratie.
Fidèle à son engagement personnel et à son attachement pour le respect scrupuleux des principes fondamentaux de la conférence nationale des forces vives de la nation de février 1990, en l’occurrence l’édification d’un Etat de droit, la démocratie libérale, la forme républicaine de l’Etat, le multipartisme intégral, la nature présidentielle du régime, la limitation du mandat du président de la république, l’âge des candidats à l’élection du président de la république, la laïcité de l’Etat et la consolidation des bases et fondements de notre démocratie, le président de la république a pris le soin d’introduire dans le projet envoyé au parlement trois grandes innovations.
Le but visé est le règlement de façon efficiente et définitive de quelques difficultés récurrentes qui entravent le fonctionnement des institutions de la République et par conséquent le développement socioéconomique et politique du Bénin.
Entre autres innovations, on peut citer, la création et la constitutionnalisation de la Cour des Comptes à l’image des pays de l’espace Uemoa, la constitutionnalisation de la Commission électorale nationale autonome (CENA), l’imprescriptibilité des crimes économiques dans le cadre de la moralisation de la vie publique et la lutte contre la corruption engagée dans notre pays depuis 2006.
Au lieu que toute la classe politique se soulève comme un seul homme pour accueillir et accompagner ces réformes incontournables, c’est plutôt à de l’intoxication qu’on assiste.
Chacun y va, selon sa compréhension à lui. Le débat de fond qui doit être mené sur le sujet semble être laissé de côté pour faire place à des rumeurs. Toute chose qui doit interpeller tout citoyen épris de paix et de justice. Tout le problème, c’est, paraît-il, que le Chef de l’Etat veut perdurer au pouvoir, laissant de côté l’essentiel.
Qu’est-ce qui fait tant peur, ou donne de l’insomnie à ces anti révisionnistes lorsqu’on sait que le chef de l’Etat a plus d’une fois affiché sa ferme volonté de respecter la loi fondamentale de notre pays ?
Toujours pour prouver sa bonne foi à ces incrédules permanents, le président Boni Yayi a pris des engagements le 6 avril 2011 à Porto-Novo, puis devant le pape Benoît XVI,et les présidents Barak OBAMA, Nicolas Sarkozy et François Hollande. Il a juré être à son second et dernier mandat.
Pour rester en conformité avec les articles 42 et 44 de la Constitution, le président Boni Yayi a, une fois encore, réaffirmé les mêmes engagements à l’occasion de la rencontre qu’il a eue le 30 juin dernier avec les artistes lors de la séance de sensibilisation de ces derniers sur le Régime d’assurance maladie universelle (Ramu). « …Vous ne verrez plus mon nom sur aucun bulletin de vote… », fin de citation. Toutes ces preuves du chef de l’Etat ne suffisent-elles pas pour clore le débat ?
Après analyse de la situation, le parti politique Mouvement Espoir du Bénin (MEsB):
– Invite les uns et les autres à la retenue et à savoir raison garder ;
– A préserver les acquis de la démocratie béninoise ;
– Apporte son soutien à cette l’initiative du président de république et s’engage à travailler pour son succès.
– Invite tout le peuple béninois à se mobiliser pour accompagner cette noble réforme qui permettra à notre pays, le Bénin, de réaliser des progrès réels pour une économie prospère et durable.

Vive le Mouvement Espoir du Bénin
Vive le Bénin unis et prospère
Je vous remercie

Esckil AGBO (Coll.)

Reviews

  • Total Score 0%


Plus sur ce sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You cannot copy content of this page