.
.

Le triomphe de la vérité

.

Interview exclusive de Assane S@S, l’homme que Kèmi a plaqué: « Prions pour que lorsque nous avons une femme, qu’il y ait aussi l’argent »


Vues : 27

Assane S@A et Kèmi ne sont plus ensemble

Assane S@A et Kèmi ne sont plus ensemble

Assane S@S est un artiste rappeur. Il est également un opérateur économique. Récemment, l’artiste Kèmi, sa fiancée l’a plaqué. A mots couverts, il en parle et lève un coin de voile sur sa vie.

L’Evénement Précis : Dites-nous depuis quand vous avez embrassé la carrière musicale ?

Assane S@S : Il faut dire qu’Assane S@S était dans un groupe, Ardiess Posse depuis 2005. En 2007, on a sorti un album. L’album n’avait pas tellement pris. Là dedans, il y avait «zingoulou tu vas nous tuer» avec Sweet Glory du groupe All Baxx. En 2008, le groupe a eu un problème qui nous a séparés. Donc, depuis 2009, j’ai embrassé ma carrière solo. Aujourd’hui, j’ai déjà trois (03) singles à mon actif. Il y a Baby Water you go, après ça Get ready avec Sweet Glory, puis Oya Dide, le dernier morceau.

Alors, qu’est-ce qui s’est passé entre temps pour que vous vous soyez séparé du groupe Ardiess ?
Je ne suis jamais resté dans le groupe Ardiess. Je suis ami au groupe. J’ai eu un featuring avec Magic du groupe Ardiess en 2000.

Pourquoi ne sortir rien que de single et non des albums ?
Il en est ainsi parce qu’avec mes singles, je cherche à connaitre mon public, aller au fond, savoir ce qu’ils veulent avant de sortir véritablement un album. Il ne faut pas sortir un album qui va rester dans ta chambre. Donc, moi je préfère aller en single d’abord pour mieux savoir ce que mon public apprécie.

Que retenez-vous alors des relations que vous avez tissées avec votre public ?
Au moment où j’ai sorti «Baby water», il faut dire que je n’avais pas le temps. Ce qui a fait que je ne me suis pas trop donné à sa promotion. C’est pareil pour Get ready. C’est quand j’ai sorti «Oya Didé» que le public a aimé. Et là j’ai commencé par prendre ma carrière au sérieux.

Quand allez-vous sortir votre album maintenant que le public vous connaît ?
Bientôt. Parce que déjà là, j’ai encore sorti un single, «Azonto ennemys» pour les ennemis. C’est sorti il y a quelques jours. A partir de la semaine prochaine, le clip sera tourné au Nigéria. Je compte bien lancer l’album avec ce son.

Quelle relation avez-vous avec le Nigéria ?
Je suis Béninois cent pour cent. Je suis de Sakété. Je viens de dire tantôt que suis un artiste rappeur yoruba, anglais. Et quand on dit le Yoruba et l’anglais, c’est plus le Nigéria. Et pour les Nigérians, c’est une fierté que quelqu’un d’autre chante et parle comme eux.

Des projets de concert en vue ?
Plein de projets et plein de concerts pour les vacances. J’attends de terminer le clip du single «Azonto ennemys» pour en parler.

Que véhicule Azonto ennemys comme message ?
Azonto ennemys parle de ceux qui en ta présence disent du bien de toi et dès que tu leur tournes le dos, ça y est ! C’est la médisance.

Est-ce un single réalisé après une expérience vécue ?
Je dirais que c’est une expérience vécue. Ce comportement qui consiste à médire de quelqu’un dans son dos est fréquent. Donc, c’est une façon pour moi d’inviter mes ennemis à danser.

Que faites-vous à part la musique ?
Je ne fais pas que de la musique. Assane S@A travaille aussi au port. Je vends des véhicules, puis je suis transitaire de formation.

Le transit et la chanson font bon ménage ?
C’est vrai que ce n’est pas facile. Mais, je fais avec puisque je ne peux pas dire maintenant que la musique me nourrit. Donc, je jumelle les deux. Mais, si je mange, je m’habille et que j’ai un véhicule, ce n’est pas la musique.

Et pourtant, vous vous y accrochez ?
La musique, pour moi au début, c’était une passion. J’aimais faire le rap et me voir aujourd’hui devenir une star comme je l’ai toujours souhaité, je vois que je n’ai fait que concrétiser mon rêve.

Beaucoup racontent que vous êtes le genre d’homme qui aime séduire les femmes et qui est prêt à tout croquer. Qu’en dites-vous ?
Il n’y a que les ennemis qui parlent mal de moi. Même au port, il y a plein de choses qu’on raconte derrière moi. Tout ça, c’est bien faux.

Mes lecteurs ne me comprendront pas si je parle avec vous sans aborder votre relation avec l’artiste Kèmi. Dites-nous pourquoi vous vous êtes séparés ?
Je dirai que notre relation a commencé comme le début de tout autre couple. J’avoue que, par la suite, j’ai rencontré pas mal de problèmes. Mais, je me suis dit que c’est ce qui devait arriver. C’est le plan de Dieu.

Vous aviez déclaré à la télévision nationale que c’était le grand amour. Alors, si c’est réellement le cas, vous auriez pu surmonter ces problèmes dont vous parlez
Je n’ai pas déclaré mon amour. J’étais réellement amoureux. Si ce n’était pas le cas, je n’allais jamais accepter me présenter à la télévision. Si je n’avais pas surmonté les difficultés que j’ai eues dans cette relation, je ne serais pas en train d’échanger ici avec vous. Tout compte fait, on avait vécu ensemble des moments heureux. Ce que je vais te dire pour finir avec cette affaire de Kêmy et ne plus y revenir, c’est que quand on est homme, prions toujours que lorsque nous avons une femme, que notre situation professionnelle soit toujours au point et que l’argent soit toujours là. En ce moment, l’amour est au rendez-vous.

Mais d’aucuns racontent qu’elle vous a abandonné parce que vous avez eu des relations intimes avec sa domestique, voire ses danseuses.
C’est archi faux. Des gens racontent n’importe quoi sur moi dans cette affaire. Pensez-vous réellement qu’avec toutes les filles qu’il y a, moi je chercherai à avoir des relations intimes avec la domestique ou les danseuses de mon épouse, celle-là que j’ai aimée ? Dieu a voulu que nous ne soyons pas ensemble et c’est arrivé.

Vous aviez récemment déclaré à un magazine qu’elle vous a quitté pour de l’argent. Vouliez-vous dire que votre argent est terminé et que l’amour est aussi fini ?
Mon argent n’est pas terminé. J’ai connu une chute comme tout autre homme. Il n’y a pas de super homme qui ne traverse jamais des zones de turbulence. Je suis sûr que je vais remonter la pente.

Et si elle revenait à la raison et décide de vous rejoindre, alliez-vous accepter au nom de l’amour que vous aviez pour elle ?
(Il écarquille les yeux et marque son étonnement) : Me rejoindre ? Non, je n’accepterai pas. J’essaie déjà de tourner la page.

Quel âge avez-vous ?
J’ai 30 ans.

Avez-vous des enfants ?
Oui, j’ai un garçon.

Avez-vous un projet de mariage après votre déception ?
Je suis venu dans la vie pour me marier un jour.

Qu’est-ce qui vous dérange chez vos amis ?
Je n’aime pas quand ça chuchote. Je n’aime pas quand on n’est pas clair, franc.

Un mot pour conclure ?
Je dis merci à tous ceux qui m’apprécient dans ce que je fais, pour leur dire qu’Assane S@A veut beaucoup donner au peuple béninois.

Entretien réalisé par Donatien GBAGUIDI

Reviews

  • Total Score 0%


Plus sur ce sujet

2 thoughts on “Interview exclusive de Assane S@S, l’homme que Kèmi a plaqué: « Prions pour que lorsque nous avons une femme, qu’il y ait aussi l’argent »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You cannot copy content of this page