.
.

Le triomphe de la vérité

.

Projet 10 millions d’âmes, 10 millions d’arbres: Blaise Ahanhanzo convainc les maires du Mono et du Zou sur la nécessité de planter des arbres


Vues : 11

Blaise Ahanhanzo-Glèlè

Blaise Ahanhanzo-Glèlè

Sensibiliser les élus locaux et les responsables administratifs à divers niveaux sur le projet Dix millions d’âmes-Dix millions d’arbres. En tournée nationale pour vulgariser cette initiative du gouvernement, le ministre de l’environnement était vendredi  à la  préfecture du Mono-Couffo. Après le Borgou-Alibori, l’Ouémé-Plateau et l’Atlantique-Littoral, la délégation ministérielle a été accueillie par le préfet Corentin Kohoué, les membres de la Conférence administrative départementale et plusieurs maires des communes du Mono-Couffo. Le ministre Blaise Ahanhanzo Glèlè et le directeur général des forêts et des ressources naturelles, Théophile Kakpo ont évoqué l’impérieuse nécessité de sauvegarder et élargir les ressources forestières en vue d’arrêter  l’avancée du désert et de lutter contre les effets néfastes des changements climatiques.  Dans son mot de bienvenue, le Préfet du Mono-Couffo, Corentin Cohoué a assuré les élus locaux ainsi que les responsables administratifs présents de l’importance de cette tournée du ministre. A son tour, le ministre de l’environnement  a présenté le projet Dix millions d’âmes-Dix millions d’arbres comme étant la réponse du Bénin à l’avancée du désert.  Face à cette situation, a-t-il expliqué, tous les pays se sont donné rendez-vous fin 2012 à Rio de Janeiro au Brésil pour un grand sommet dénommé ‘’le sommet de la terre’’. A cette occasion, le Chef de l’Etat  s’est engagé à initier des actions afin que, chaque année, soit planté un nombre de plants équivalent à l’effectif de la population béninoise, soit 09 millions d’arbres pour 09 millions d’âmes. Mais, avec les  chiffres du dernier recensement, on parle désormais de Dix millions d’âmes, Dix millions d’arbres. Ce projet est destiné principalement  à épargner le désastre, selon lui, aux générations à venir afin qu’elles trouvent une terre habitable. Le ministre Ahanhanzo Glèlè a indiqué  que les responsables communaux de protection de la nature et les chefs d’inspection forestière sont instruits pour accompagner les communes dans la mobilisation des différentes espèces de plants avant le jour de lancement de l’opération. Il a alors exhorté les élus locaux et toute la population du Mono-Couffo  à marquer par la mise en terre d’un plant d’arbre tous les  évènements importants de la vie, notamment les naissances, les baptêmes, le retour de la Mecque, la réussite à un examen. Il les a invités à créer des jardins publics bien aménagés, des haies le long des artères des villes ainsi que des jardins botaniques. L’arbre fournit à la terre entière l’oxygène dont elle a besoin et absorbe le gaz carbonique qui lui est nocif, a assuré, pour sa part, le directeur général des forêts et des ressources naturelles, Théophile Kakpo. La fin de ces deux présentations a été sanctionnée par la fixation de quotas d’arbres à planter par commune. Ces quotas dépassent  généralement l’effectif de la population par commune. Convaincus de la nécessité de multiplier les plants d’arbres à planter, les participants ont exprimé leur adhésion au projet en s’associant au défi de dépasser le nombre d’arbres plantés par leurs communes sœurs.

A la préfecture du Zou-Collines à Abomey, les élus locaux et leurs représentants ont réitéré les mêmes engagements. Dès ce lundi,  c’est le département  de l’Atacora-Donga qui accueille la délégation ministérielle à la préfecture à Natitingou.

Wandji

Reviews

  • Total Score 0%


Plus sur ce sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You cannot copy content of this page