.
.

Le triomphe de la vérité

.

RENCONTRE DE VERITE SUR LES PROBLEMES DE LA NATION: Boni Yayi engage le dialogue avec la jeunesse béninoise


Vues : 3

Boni Yayi face à la jeunesse

Boni Yayi face à la jeunesse

Une forte délégation gouvernementale, avec à sa tête Boni Yayi, le Chef de l’Etat, était le dimanche 12 mai en face de plus d’un millier de jeunes Béninois. Au menu de cette rencontre qui s’est déroulée dans la salle du peuple du Palais de la République, la question de l’emploi des jeunes, la bonne gouvernance, l’économie, le développement, les valeurs nationales.

Ils étaient plus d’un millier de jeunes Béninois à se rendre ce dimanche au Palais de la Marina. Au nom de la jeunesse, le représentant de l’Organe consultatif de la jeunesse, Damien Owolabi a évoqué les sujets qui vont meubler les discussions entre le Chef de l’Etat et ses «fils». « Nous sommes à une heure de vérité pour la jeunesse qui a été la cheville ouvrière de votre réélection en 2011 », a-t-il rappelé, avant de lister les doléances qui constituent les préoccupations de l’heure de la jeunesse béninoise. Il s’agit de l’organisation de l’Assemblée générale de l’organe consultatif des jeunes, la subvention d’ordinateurs portatifs au profit des étudiants, la mise en œuvre du service béninois de volontariat, la construction d’amphithéâtres dans les universités du Bénin, etc… Le coordonnateur de ladite rencontre, Christophe Vignigbé a, dans son allocution, évoqué, sans détour, les interrogations quotidiennes de la jeunesse béninoise : « A quand l’ouverture de la valise magique du bonheur que vous nous avez promise, Monsieur le Président de la République ? ».

Les réponses à ces interrogations ne tarderont pas

La dizaine de ministres présents est invitée à répondre auxdites préoccupations et chaque ministre est appelé à la barre. C’est le ministre de l’Economie et des Finances, Jonas Gbian, qui planche en premier en confirmant la croissance de 5,4%, tout en projetant 7% et plus pour l’année en cours, en comptant sur l’accroissement de la production du coton. Après lui, c’est au ministre Marcel de Souza du Développement de faire le rapport entre la croissance démographique actuelle du pays (3,25%), et le taux du Pib, pour expliquer les difficultés liées au partage de la richesse nationale, avant d’annoncer les reformes de l’environnement des affaires en cours actuellement pour inverser la tendance. Les ministres du Commerce, de l’Emploi des jeunes, de la Jeunesse, de l’Education, de la Sécurité et des Affaires étrangères, se sont aussi prononcés sur les différentes préoccupations des jeunes.

Boni Yayi rassure

A leur suite, le Chef de l’Etat a pris la parole. Pour rassurer la jeunesse de son pays et lui demander de prendre son destin en mains. Il a aussi dévoilé aux jeunes de son pays, les stratégies envisagées afin de permettre à cette jeunesse qui lui tient tant à cœur, de se prendre en main. L’équipement des structures d’accueil de la jeunesse en TIC, l’élargissement de la participation de la jeunesse dans les structures régionales, départementales et locales, le parachèvement de la mise à niveau des clubs des jeunes en milieu rural, etc ont été également évoqués par Boni Yayi. Le Chef de l’Etat cédant la place, à l’occasion, au père de famille, Boni Yayi n’a pas manqué d’éveiller la conscience des jeunes aux valeurs patriotiques, à l’esprit de sacrifice, à l’amour du Bénin. Qu’il s’agisse de comportements fondés sur l’ouverture, le dialogue, la compréhension et la tolérance, de la lutte contre la corruption, de l’attachement à la bonne gouvernance, la diffusion du sens civique ou de la culture du volontariat, ces valeurs ont été appelées à redevenir le moteur de la jeunesse béninoise. Conscient de l’ampleur de la tâche, Boni Yayi a exhorté les jeunes filles et jeunes gens béninois à ne pas céder au défaitisme

Flore NOBIME

Propos tenus par différentes personnalités

Christophe Vignigbé Président du Comité d’organisation

« La jeunesse s’interroge sur son sort »

« Excellence Monsieur le Président, les jeunes ici présents sont porteurs de tant de projets, de préoccupations, de souhaits qui ne resteront pas lettres mortes. (…)Excellence Monsieur le Président, vous avez voulu échanger avec votre jeunesse dans un langage de vérité. Eh bien ça ne va pas. Tout coûte cher dans nos marchés, le panier de la ménagère s’amenuise, nos sœurs ne vendent plus convenablement au marché. Le chômage est galopant. La jeunesse s’interroge sur son sort ».

 

Jonas Gbian, ministre de l’Economie et des finances

« Beaucoup de reformes sont en cours pour impulser le secteur privé qui est pourvoyeur de richesses »

 «Nous avons discuté des pôles de croissance qui ont été identifiés et pour lesquels les jeunes ont été incités à faire preuve d’imagination, de courage, pour pouvoir s’insérer dans les nouveaux créneaux qui sont en train d’être identifiés pour la relance de notre économie nationale. Par ailleurs, au niveau des politiques de l’emploi, beaucoup de réformes sont en cours pour impulser le secteur privé qui est pourvoyeur de richesses ».

 

Sofiath Onifadé Baba Moussa, ministre de la Micro finance, de l’emploi des jeunes et des femmes

« Des structures d’accueil seront mises en place tout au long de cette année »

« Nous avons des structures d’accueil qui seront mises en place tout au long de cette année, pour accueillir les jeunes, pour les former, leur apprendre à faire un plan d’affaires. Tout cela se fera à travers ce que nous appelons les Business promotion center.»

Didier Aplogan, ministre de la Jeunesse, des sports et loisirs

« Nous avons invité les jeunes à une réorientation de l’emploi»

« Nous avons invité les jeunes à une réorientation de l’emploi pour qu’ils puissent se prendre en charge à un certain niveau. Nous avons parlé du développement des activités sportives et nous avons insisté sur la nécessité de faire de la formation, la nécessité d’avoir la patience des résultats. »

Benoît A. Dègla, ministre de l’intérieur, de la sécurité publique et des cultes

« Nous avons besoin des jeunes pour pouvoir réaliser le défi sécuritaire de notre pays »

« Il n’y a pas de paix véritable, pas de développement sans la sécurité. Nous avons besoin des jeunes pour pouvoir réaliser le défi sécuritaire de notre pays. Nous aurons certainement, dans les jours à venir, un atelier qui sera consacré à l’étude du phénomène de la cybercriminalité dans notre pays. Les causes nous en connaissons quelques-unes déjà, mais il nous appartient aujourd’hui de prendre les mesures pour mener une lutte contre ce fléau. »

François Abiola, ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique

« Le problème, c’est l’adéquation formation/emploi. Il va falloir que nous prenions le taureau par les cornes »

« Globalement il y a des choses qui ont été faites à l’enseignement supérieur. Le problème, c’est l’adéquation formation/emploi. Il va falloir que nous prenions le taureau par les cornes, et c’est pour cela que le chef de l’Etat a décidé d’aller vers le 2e forum de l’éducation. »

Marie-Elise Gbèdo, ministre de l’industrie, du commerce et des petites et moyennes entreprises

« Nous leur proposons de se rapprocher de nous »

« J’ai lancé un appel aux jeunes pour la reconversion des mentalités et surtout à se mettre ensemble pour préparer et soumettre des projets à mon ministère. Nous leur proposons de se rapprocher de nous, de l’Agence nationale des petites et moyennes entreprises pour qu’on les guide avec leurs projets, qu’on les forme et qu’ils puissent nous aider à développer l’agro business. »

Marcel de Souza, ministre du Développement, de l’analyse économique et de la prospective

« L’Etat ne peut pas embaucher tout le monde. Il faut aller vers le secteur privé, l’esprit d’entreprise »

« Nous avons dépeint la priorité en ce qui concerne le Plan de relance du secteur agricole, la mécanisation avec les 4 grands centres d’usine de montage de matériels agricoles, la mise en valeur de nos vallées, ensuite la diversification agricole, sans compter le financement par une banque agricole. Nous leur avons dit que l’Etat ne peut pas embaucher tout le monde. Il faut aller vers le secteur privé, l’esprit d’entreprise, l’entreprenariat agricole, entrepreneuriat pour créer des PME, des toutes petites entreprises et c’est à cela que la jeunesse devrait s’atteler parce que sa responsabilité aussi est engagée. »

Reviews

  • Total Score 0%


Plus sur ce sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

You cannot copy content of this page