.
.

Le triomphe de la vérité

.

Sit-in à la Direction départementale des transports: La fédération des auto-écoles réclame la régulation du secteur


Vues : 0

Les acteurs du secteur des auto-écoles du Bénin ont investi, avant-hier mercredi 08 mai, la cour de la direction départementale des transports terrestres, des transports aériens et des travaux publics. Le motif du rassemblement était d’abord de dénoncer les travers qui tuent à petit feu leur secteur, ensuite, réclamer le respect des principes établis notamment en matière de délivrance des permis de conduire et de l’accréditation des auto-écoles. En effet, selon les témoignages, plusieurs problèmes constituent le goulot d’étranglement du secteur. Ils ont nommé, entre autres, la création clandestine et tous azimuts de certaines auto-écoles dont ils ont préféré, pour l’heure, taire les noms, le problème lié à la présentation des postulants aux divers examens du permis de conduire. Sur ce point, le président de la fédération, Nestor Ahouangnivo a insisté sur le fait qu’au moment où les écoles accréditées, comme la sienne, présentent quatre à cinq candidats par mois aux examens, il y en a qui présentent la trentaine et on ne sait par quelle alchimie, a-t-il déploré. « Il y a des gens de la direction qui favorisent ça », a appuyé le président pour indexer la complicité de certains responsables de leur direction de tutelle. Aussi, Nestor Ahouangnivo a-t-il ajouté qu’à y voir de très près, ce sont, pour la plupart des cas, des écoles irrégulières qui présentent à foison des candidats irréguliers et la conséquence, selon ses analyses, est que le travail est bâclé. Ce qui fait qu’on assiste fréquemment à des cas d’accidents sur les axes routiers. L’autre sujet qui suscite des remous dans les rangs de ces promoteurs d’auto-écoles est la taxe jugée injustifiée, qui s’élève à 400 f, selon les déclarations, que l’Etat perçoit dans le septentrion en plus des autres frais dont les acteurs disent s’acquitter avec peine. Le pire est que ces auto-écoles sont désormais obligées des payer les impôts. Ce n’est pas du tout du goût des manifestants qui ont tôt fait de balayer du revers de la main cette décision avant d’exiger de l’Etat d’être regardant sur ces différents problèmes évoqués pour la survie du secteur et la sécurité sur les routes.

Teddy G.

Reviews

  • Total Score 0%


Plus sur ce sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You cannot copy content of this page