.
.

Le triomphe de la vérité

.

Troisième conférence publique de l’alliance ABT à Porto-Novo: La réforme administrative au cœur des débats


Vues : 9

(L’alliance ABT prête pour les réformes, mais souhaite que le texte en discussion au parlement soit profondément revu)

Le Président Abdoulaye BIO TCHANE salue ici la mobilisation autour du d+®bat citoyen +á l'occasion de la 3ème édition des Conférences

Le Président Abdoulaye BIO TCHANE salue ici la mobilisation autour du d+®bat citoyen +á l’occasion de la 3ème édition des Conférences

Opiner sur les sujets d’actualité et d’intérêt national. C’est l’objectif poursuivi par l’alliance ABT en organisant depuis quelques temps et de façon périodique des conférences publiques itinérantes. La troisième édition de cette conférence publique portant sur le thème : « La réforme de la fonction publique béninoise en question » s’est déroulée le vendredi 19 avril dernier à la Maison Internationale de la Culture de Porto-Novo avec la participation des militants et sympathisants ainsi que d’importantes personnalités.

Hugues E. Patinvoh

L’alliance ABT est pour une réforme profonde de l’administration béninoise, mais propose que le texte actuellement sur la table des députés soit considérablement revu pour donner des chances de réussite à cette réforme. C’est l’essentiel de ce qu’on peut retenir de la troisième conférence publique organisée vendredi dernier à la Maison Internationale de la Culture de Porto-Novo par cette alliance. C’est donc, fidèles à l’engagement pris vis-à-vis du peuple béninois, celui de créer un dialogue franc et sincère entre les responsables politiques et les citoyens, que ce groupe politique qui ambitionne gérer le pouvoir d’Etat a, une fois encore, honoré cet engagement par la tenue effective de cette troisième conférence publique. Une occasion pour ses responsables de se prononcer sur les nouvelles réformes engagées par le gouvernement, notamment au niveau de la fonction publique, objet d’un projet de loi sur la table des députés. Pour décortiquer ce sujet qui fait couler déjà beaucoup d’encre et de salive, l’alliance ABT a sollicité l’expertise d’un professeur de droit à la Faculté de Droit et Sciences Politiques de l’Université d’Abomey Calavi, Célestin Monteiro. Dans son exposé, le conférencier est parti des objectifs et du contenu du projet de loi sur la table des députés pour déboucher sur ses insuffisances. Faisant référence aux décisions de la conférence des forces vives de la nation de février 1990 et aux états généraux de la fonction publique et de la modernisation administrative tenue en 1994, le professeur Monteiro a révélé qu’il y a un objectif global et des objectifs spécifiques qui sont poursuivis par rapport à ces réformes. L’objectif global étant de faire de l’administration béninoise une administration de développement et ceux spécifiques consistant à mettre l’homme qu’il faut à la place qu’il faut, à réorienter la culture administrative vers le mérite et le contrôle de gestion, à restaurer l’éthique dans le service public, à réaliser la décentralisation et la déconcentration de l’administration, le respect du bien public et du caractère républicain de l’administration publique. S’agissant du contenu de la réforme, le conférencier a renvoyé son auditoire vers l’exposé des motifs du projet de loi ainsi qu’aux résultats du bilan de la mise en œuvre de l’ancienne loi, notamment la loi n°86-013 du 26 février 1986 portant statut général des agents permanents de l’Etat. Mieux, selon lui, la réforme envisagée veut également s’attacher à l’examen de la situation juridique des agents contractuels de l’Etat ainsi que celle des agents de la fonction publique territoriale. Parlant des insuffisances de la loi, le conférencier a indiqué que les dispositions du texte qui organise le recrutement des agents dans la fonction publique, la titularisation, l’évaluation et la notation, les avancements et promotion hiérarchique, la discipline et l’évaluation professionnelle ne pourront pas induire une réforme profonde de l’administration publique. « Si les fonctionnaires dont le pouvoir public veut réformer le statut, savent qu’ils ne seront pas vraisemblablement punis pour avoir commis des actes irréguliers, ils auront, tout naturellement, tendance à adopter des attitudes très laxistes au plan de la moralité administrative. La lenteur de l’appareil administratif entretient un climat favorable à la corruption », s’est-il indigné.

L’ambassadeur de France eu Bénin au milieu de l'assistance

L’ambassadeur de France eu Bénin au milieu de l’assistance

A la suite de l’exposé du professeur Monteiro, aussi bien, les militants et sympathisants de l’alliance ABT, que des personnes ressources et des cadres d’autres partis politiques ont réagi à travers des contributions et questions d’éclaircissement. Le président de l’Alliance ABT n’est pas resté indifférent dans ce débat d’intérêt national. Présent dans l’auditoir, Abdoulaye Bio Tchané a déclaré sans ambages que la réforme de la fonction publique est nécessaire, si le Bénin veut véritablement épouser le développement. « Je n’ai pas entendu quelqu’un dire qu’il ne veut pas de la réforme. Et il nous faut des réformes précisément, parce que, nous sommes comme les autres. Je ne veux pas accepter l’idée que nous avons des gènes quelque part qui font de nous des tarés », a-t-il martelé. Au regard de tout ce qui précède, on peut dire, sans risque de se tromper, que l’alliance ABT à travers cette conférence publique, vient d’apporter sa touche à ce débat sur la réforme administrative et cet exemple mérite d’être suivi par d’autres groupes politiques. De toute façon, le débat sur la réforme administrative et bien d’autres ne fait que commencer.

 

Reformer pour doter le Bénin d’une administration performante, selon Bio Tchané

Reformer ou périr. Telle est la conviction affichée par  l’ancien président de la BOAD et ancien ministre de l’économie et des finances pour mettre l’administration publique au service du développement du Bénin. A travers cette conférence publique qui a réuni un parterre impressionnant d’acteurs politiques venus d’horizons aussi divers que les Forces cauris pour un Bénin Emergent (FCBE) et le Parti Communiste du Bénin (PCB), le leader de l’Alliance ABT, Abdoulaye Bio Tchané a fait de la reforme de l’administration la véritable recette pour redorer son blason terni par des maux tels que la politisation à outrance et la lenteur. Ainsi, devant la classe politique fortement mobilisée, Abdoulaye Bio Tchané s’est évertué à indiquer le chemin à suivre après un profond diagnostic de l’administration publique en guise de contribution au débat sur les voies et moyens à explorer pour le renouveau de l’administration béninoise. Il apparaît alors indéniable que cette remarquable contribution suscite une réelle attention à la tête de l’Etat béninois pour mettre le Bénin sur les rails de son développement.

Reviews

  • Total Score 0%



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You cannot copy content of this page