.
.

Le triomphe de la vérité

.

Pour un approvisionnement continu des usines de Kpomassè et d’Allada: Idrissou Bako et le PDAC/SONAPRA à la rescousse des producteurs de tomates et d’ananas


Vues : 1

Les mercredi 17 et Jeudi 18 avril 2013, une mission conduite par le Directeur Général de la SONAPRA en collaboration du Chef Projet et du Responsable à la composante financement entreprises agricoles et des journalistes a rencontré les producteurs de tomates et d’ananas dans les communes de Kpomassè et d’Allada. L’objectif de la mission est d’échanger avec les acteurs locaux en particulier les RCPA, les organisations de producteurs et les opérateurs privés afin de les sensibiliser et de recueillir leurs avis sur les mécanismes d’approvisionnent en matières premières des usines de transformation des produits agricoles et l’organisation susceptible d’être mise en place au sein desdites unités. Les élus locaux et une centaine de producteurs avec leurs RCPA respectifs ont salué l’initiative du PDAC et ont adhéré aux engagements pris.

Comment faire pour assurer un approvisionnement sans rupture en matières premières des usines de tomates et d’ananas nouvellement installées? Telle est la préoccupation qui a conduit le PDAC sur le terrain les Mercredi 17 au Jeudi 18 Avril 2013. Sur la base des termes de référence clairs, la mission a tenu une séance de travail avec 47 producteurs de tomates de la commune de Kpomassè. Ces producteurs ont tour à tour pris la parole pour dire les domaines dans lesquels ils souhaiteraient se faire accompagner par le projet PDAC. De ces échanges, ces producteurs proposent qu’on les appuie en approvisionnement de semences certifiées, forage de puits tubés, en motopompes, en engrais sur vivriers et en crédits agricoles surtout. La mission a visité quelques champs de petits plans de tomate.

A la rencontre d’Allada, 37 producteurs ont été enregistrés. La démarche reste la même que celle de Kpomassè. Il s’agit de donner la parole aux producteurs d’ananas. Le Directeur Général de la SONAPRA qui est en même temps le Coordonateur National du PDAC était présent à la séance d’Allada. Les inquiétudes des producteurs d’ananas se résument au manque de semences certifiées, l’organisation de la filière, la disparition de la variété Cayenne lice, la question de la caution solidaire, le prix du kg de l’ananas à l’usine et la non disponibilité des engrais sur vivriers. En prenant la parole, le DG/SONAPRA a indiqué que tous les intervenants sont des professionnels et il a remercié le Dieu Tout Puissant. Il a ensuite rassuré les uns et les autres au sujet des domaines d’intervention du PDAC. Il s’est engagé a les accompagner en semences certifiées, en engrais spécifiques, l’accompagnement technique et la recherche de débouchés pour la vente des produits. La structure de financement appelée ALIDE était aussi à cette rencontre et a présenté ses exploits sur le terrain en matière de financement de producteurs d’ananas.

Au total,  84 producteurs ont participé à la séance d’échanges organisée par le PDAC dans les communes de Kpomassè et d’Allada. Cesdits échanges sur le mécanisme d’approvisionnement des usines de transformation agricole par le PDAC ont rencontré l’adhésion des acteurs à la base. La quasi-totalité des personnes abordées sur le terrain n’ont pas hésité à manifester leur intérêt à ce sujet. Les acteurs ont souhaité que les engagements pris par les uns et les autres soient respectés pour le bonheur des usines de Kpomassè et d’Allada et du monde rural au Bénin. La tournée du PDAC se poursuivra au niveau des autres usines de transformation agricole les semaines à venir.

Rappelons que le PDAC a été transféré à la SONAPRA en juin 2012, au regard du rôle de coordination des actions de promotion et d’appui aux acteurs des filières qu’elle joue. Le Programme du Développement Agricole Communes au Bénin (PDAC) a pour objectif de contribuer à l’amélioration des investissements en productions végétales, animales et halieutiques, à la réduction de la pauvreté en milieu rural, urbain et périurbain et à la résorption du chômage des jeunes et des femmes à travers la promotion de l’entrepreneuriat agricole et le développement des grandes exploitations agricoles. De façon spécifique, il s’agit de professionnaliser l’agriculture pour assurer l’insertion des jeunes dans les métiers agricoles ; de moderniser les opérations agricoles pour améliorer les rendements ; d’accroître l’accès aux marchés des produits agricoles promus ; de promouvoir les micros et petites entreprises agricoles et d’assurer la gestion efficace du programme.

Reviews

  • Total Score 0%


Plus sur ce sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

You cannot copy content of this page