.
.

Le triomphe de la vérité

.

Deuil dans le monde culturel béninois: L’artiste Alokè est mort


Vues : 22

Jeudi 31 janvier 2013 aux environs de 13 heures. Le deuil a frappé la famille Adilèhou et le monde des artistes. Adilèhou Serge Martin, connu sous le pseudonyme d’Alokè a rendu le tablier de la vie des suites d’une courte maladie. Après avoir été admis aux urgences du Centre national Hospitalier  universitaire Hubert Koutoucou Maga de Cotonou (Cnhu) puis transféré  à la salle Médecine 5 du même hôpital, l’artiste  n’a pu résister au diktat de la mort. La tragédie, c’est que selon les révélations faites par son jeune frère, Grégoire Adilèhou, la veille de son décès, Alokè ne laissait rien de cette issue tragique. « La veille de son décès, lui qui ne pouvait pas se lever a pu se mettre, lui-même, sur ses deux pieds. Il est d’ailleurs allé à la Cantine du Cnhu, où il a pu prendre de la bière pour se réjouir de l’amélioration de sa santé », a raconté Grégoire Adilèhou. Mais curieusement, le lendemain, tout l’espoir de la famille s’effondre après une complication jugée inexplicable de sa maladie. C’est ainsi que la maladie l’a emporté au moment où on l’attendait le moins.

Qui est réellement Alokè

Issu d’un père polygame, Urbain Adilèhou et d’une mère ménagère, Aboua Agnès, Adilèhou Serge Martin, alias Alokè est aussi un polygame. Père de 14 enfants issus de sa libre relation avec ses 4 femmes, l’artiste est d’origine Mahi mais vit à Allada, une commune du département de l’Atlantique. Demi-finaliste de l’édition 2012 du Concours national du vainqueur des artistes du Bénin (Conavab 2012), Alokè a déjà, à  son compteur, trois albums aux titres bien évocateurs. Fin amuseur de galerie, Alokè consacre son  tout premier album aux questions de sexe. Baptisé « Ninkouin bonsoir nouwé » pour littéralement dire ” bonsoir au sexe masculin”, cet album a connu un succès fou dans les années 98 au point où il a dû  donner les mêmes connotations aux deux derniers qu’il a réussis à mettre sur la plateforme musicale. Ces deux albums ont respectivement pour nom, ” Sibè Sibè” et ” Sœur Hwévi non” dans lesquels l’artiste a chanté sur les scènes de ménage tout en profitant pour donner des conseils aux femmes qui changent régulièrement de mari pour de petites querelles. Le rythme qui a accompagné ses deux albums est le “gangan”. Mais ce n’est pas tout.

Des signes prémonitoires ?

Selon les explications données par son jeune frère, Alokè, sur son lit d’hôpital se sentant très abattu par sa maladie, il ne faisait qu’exécuter des chansons funèbres. Mieux, aux dires de ses parents, il a consacré son dernier album, le 4ème de sa vie qui serait en train d’être actuellement traité  au studio Anelka à Sékou (un arrondissement de la commune d’Allada) aux chansons funèbres. Selon les mêmes sources, Alokè a apprêté son tout premier album version vidéo. Voilà deux albums que l’artiste compte mettre sur le marché courant l’année 2013 avant de succomber. Peut-on dire que ces différents faits sont des signes prémonitoires de ce que l’artiste sentait qu’un mal allait lui arriver ? On ne saurait répondre par l’affirmative avec certitude. De toute façon, Alokè même mort, résonnera bientôt sur le marché du disque. Il faut dire que, jusqu’à ce jour, la date  de ses obsèques n’est pas encore fixée. Selon ce que nous a confié son jeune frère, dimanche prochain, la famille se réunira pour prendre une décision à ce sujet.

Donatien GBAGUIDI

 

Reviews

  • Total Score 0%



2 thoughts on “Deuil dans le monde culturel béninois: L’artiste Alokè est mort

  1. Thomas_Coffi

    Nous écrivions le 16 Janvier que les symptômes laissaient supposer des cas graves et que les autorités devaient sérieusement voler à leurs secours…Hélas
    Paix à leurs âmes

  2. OMORES

    c’est vraiment grave que dans des circonstances pareil nos freres nous quittes de si tôt sans une quelconque mains heureuses et sans l’aide de rien et de personne et ceci au moment ou on s’y attends le moin que ses vie sont prises ; moi je dis haut et fort qui sommes nous pour juger nos freres ou les chatiers; de quoi est morts nos freres artistes que ce soit commédiant ou chanteur. A quels taux de décès devions nous attentdres avant une prise de conscience complete de cette situation qui accable le peuple? le pire est que les autres en ont mart mais que se passe t-il vraiment dans notre pays? que des questions sans réponses et que des morts sans raisons. A quoi devions nous nous attendres finalement.
    En tout cas paix aux âmes des illustres et idille fils du pays disparus tragiquement et en ligne ranger.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

You cannot copy content of this page